"Destinations inconnues" du Club des Indés

Genre : Nouvelle

Résumé :
Les beaux jours son là ! Adieu nuits à rallonge et efforts désespérés pour se réchauffer ! Le soleil revient, la température monte, les esprits s'échauffent en rêvant d'évasion. Besoin de partir ? Ça tombe bien, le Club des Indés vous emmène en voyage !
Amélie B, Audrey Martinez, Aurélien Grall, Daryl Delight, Elijaah Lebaron, Isabelle Morot-Sir, Larème Debbah, Line Marlin, Marie Havard, Marjorie Levasseur, Nina Jo, Sélène Derose et Sophie Rouzier sont réunis pour vous proposer leur catalogue de destinations.
Amour, frisson ou émotion ? Avion, train ou navette spatiale ? Il y en a pour tous les goûts ! Que vous soyez coincés dans les embouteillages ou détendus sur la plage, le recueil de nouvelles vous fera vivre mille sensations. 
Ce délicieux cocktail de littérature indépendante comprend pas moins de 13 nouvelles. Alors, pas d'hésitation : embarquez pour une destination inconnue avec le Club des Indés !

Extrait :
"Toute guillerette, je sautille, pensant déjà à toutes les photos incroyables que je vais poster sur ma page Instagram  ! J'en oublie que je porte des chaussures à talons compensés... 
Ma cheville se tord.
Mon genou se plie.
Je bascule en avant.
Les paumes de mes mains sur le sol, j'évite la chute.
Mais...
J'ai les fesses en l'air et la jupe remontée sur le bas du dos... montrant à qui veut ma culotte porte-bonheur, que je mets à chaque voyage car j'ai peur en avion. Rose pâle, vieillie par le temps, avec des oursons blancs, elle est limite trop petite ! La honte !!!"

Mon avis :
Ce recueil mêle une nouvelle fois tous les styles littéraires : du suspense, de la romance, de l'humour, du fantastique. Le thème du voyage est bien abordé par chaque auteur.e, selon son style, à sa façon. De ce fait, chaque destination est unique et originale. On prend plaisir à voyager avec eux. 
Ces courts textes permettent de découvrir l'univers des auteur.e.s, même si je les connais quasiment tous. 

J'ai eu quelques préférences qui, évidemment, collent à mes lectures habituelles. Ainsi, les nouvelles d'Amélie B, de Daryl Delight, d'Audrey Martinez, d'Isabelle Morot-Sir et de Larème Debbah m'ont plus particulièrement touchées.

Bravo et merci à tout.e.s. Vivement le prochain recueil !

Ci-après, mon petit mot sur les 13 nouvelles :

  • "Les oursons blancs débarquent à Ibiza…" - Amélie B. : Capucine, Béa et Clara partent rejoindre leur amie Anne-Charlotte à Ibiza où elles passent le week-end. Raconté du point de vue de Capucine, on suit avec intérêt ce voyage, d'autant qu'il ne manque pas de péripéties en tout genre.
  • "Eurostar" - Aurélien Grall : Par hasard, Sophie, commerciale, se retrouve dans le même Eurostar que son amant Andrew. Celui-ci l'averti qu'il est là pour empêcher Daech de récupérer un poison. Les choses tournent mal, Sophie doit intervenir pour lui prêter main forte, mais a-t-elle raison  ?
  • "Une surprise de taille" - Nina Jo : Un jeune femme voit débarquer dans son quotidien Betsy, une très belle femme, qui devient contre toute attente, sa meilleure amie. Une amie sur laquelle on peut compter dans tous les domaines, conduisant parfois à de drôles de situations...
  • "Frayeur nocturne" - Daryl Delight : Enzo voyage au gré de ses envies, à pied sur les chemins. Il dort où il peut, où l'on veut de lui. Un soir, Lucas lui propose de l'héberger pour la nuit. Après un bon repas avec la famille de celui-ci, la nuit tombe. Lucas ferme toute la maison et sort un fusil... 
  • "Confessions d’une globementeuse" - Sophie Rouzier : Une jeune femme se confie un beau matin à un retraité qu'elle aperçoit tous les jours depuis des mois et des mois. Elle lui parle de son envie d'écrire, d'un concours qui a pour sujet le voyage, mais elle, n'a jamais voyagé. Après un long monologue, la réponse du retraité va les laisser songeurs tous les deux, bouleversants leurs existences.
  • "L’ombre du passé" - Audrey Martinez : Olivier et sa famille partent en vacances à Nice, dans la maison d'enfance de l'homme, orphelin de ses parents depuis quelques années. Bien qu'il soit heureux, il se pose toujours des questions sur ses origines car il a été adopté. Dans le grenier, il trouve un dossier que sa mère lui a laissé qui concerne son passé...
  • "Le passager" - Isabelle Morot-Sir : Etudiante à Strasbourg, Alexine repart pour les vacances dans son Sud natal chez ses parents. En chemin, elle fait halte dans sur une aire de repos. A son retour, elle trouve un invité surprise dans l'habitacle. Ne sentant pas de danger, elle décide de le véhiculer avec elle.
  • "On s'était dit rendez-vous dans dix ans..." - Marjorie Levasseur : Célie s'offre des vacances en Nouvelle-Calédonie. Mais à ses yeux, ce sont plus que des vacances. Il y a 10 ans, elle était là-bas avec ses parents, elle est tombée amoureuse de Félix et ils se sont donné rendez-vous dans 10 ans... L'attendra-t-il, comme elle, elle l'attend ?
  • "Chasse au trésor" - Line Marlin : Diane, une fillette, se faufile de la maison pour aller jouer sur la plage. Mais au bout de quelques minutes, la voilà qui découvre un monde inattendu. A la recherche d'un trésor, elle est partie plus loin qu'elle ne l'aurait voulu. Et si le bonheur était finalement juste devant ses yeux ?
  • "Au bord du gouffre" - Larème Debbah : Claire est une working-girl tandis que son mari Benoît est père au foyer. Elle en fait trop, beaucoup trop pour son travail. Toujours absente, le couple s'éloigne, se déchire. Pendant l'été, Benoît part avec les enfants chez ses beaux-parents. Claire doit l'y rejoindre. Le fera-t-elle ? Jusqu'où peut-on aller par amour ?
  • "Anthonio" - Sélène Derose : Une femme se promène sur la plage. Triste, déprimée, elle songe à commettre l'irréparable en se laissant aller dans l'eau. Mais elle est interrompu par quelqu'un qui l'attrape dans l'eau, mal en point. Elle lui porte secours. Elle découvre une personne extraordinaire...
  • "Un petit saut pour l'Homme..." - Elijaah Lebaron : En 2057, John, ancien astronaute, est nostalgique des années passées où il pouvait voyager dans l'espace. Aujourd'hui, des robots le font à leur place. A plusieurs reprises, il se réveille dans des où il ne s'était pas endormi, des voyages inexplicables. Il va tenter de les comprendre avec son meilleur ami.
  • "Quand les vacances se corsent" - Marie Havard : Julie et Alexa partent en vacances en Corse. Elle rencontrent deux hommes avec qui elles partent sur une île au large. Julie se sent de plus en plus bizarre depuis qu'elle s'est fait piquer par une méduse.

Ma note : 5/5

"La lumière ne fait pas de bruit, sauf en talons aiguilles" d'Audrey Lucido

Genre : Roman

Résumé :
Hélène, parisienne jusqu'au bout des ongles, a tout pour être heureuse : argent, vêtements de luxe, vie de rêve dans un manoir, voiture de collection. Jusqu'au jour où elle décide de tout plaquer pour aller rejoindre sa meilleure amie, Andréa, retournée auprès de sa famille et de ses amis, dans son village natal. C'est alors que son roadster, une Morgan de 1976, tombe en panne juste devant le garage de Marlon. Une aubaine ? Pas si sûr, tant ce monde semble diamétralement opposé au sien. Qu'est-ce qu'Hélène fuit ? Pourquoi son arrivée tonitruante fait-elle exploser en mille morceaux la trompeuse tranquillité de ce village ? Dès les premiers cliquetis de ses talons aiguilles sur les pavés, toute la lumière sera faite sur des secrets enfouis depuis des siècles, déclenchant un coktail pétaradant de querelles familiales et de quiproquos !

Extrait :
"Dans un grincement de porte, Hélène descend du bolide, suivie de près par Altesse ; tandis que Marlon, les poings sur les hanches, le torse en avant, s'approche de la voiture, avec une démarche de cow-boy.
"En quoi puis-je vous être utile, ma p'tite dame ?", demande-t-il.
La conductrice soupire. S'essuie les mains avec un mouchoir. Regarde autour d'elle. Souffle. Puis balance, sur un ton sec et cassant :
"Cela se devine, non ? [...]
- Ma p'tit dame... Je vais vous expliquer un peu comment cela se passe ici... Les gens désagréables m'ont toujours gonflé ! Alors vous mettez une once de chaleur dans votre voix ainsi qu'un minimum d'intérêt, pour moi, dans votre regard... Et peut-être... J'ai bien dit peut-être... Que je serai enclin à vous aider !" [...]
Hélène entrouvre la bouche de nombreuses fois, tel un poisson hors de l'eau. Personne ne lui a jamais parlé sur ce ton."

Mon avis :
Hélène, ancienne mannequin d'une trentaine d'années, a quitté Paris pour vivre chez ses parents dans leur somptueux manoir. Mais elle vient d'apprendre une nouvelle sur sa famille qui la met dans tous ses états. Pour mieux prendre du recul, elle quitte son luxe et son confort pour retrouver sa meilleure amie, Andréa. Celle-ci vient de se réinstaller dans son village natal, auprès de sa famille. La voiture d'Hélène tombe en panne en arrivant à l'entrée du village, ce qui lui permet de faire connaissance avec Marlon, le père d'Andréa. Puis, il lui indique le gîte de sa fille Bérénice pour y passer ses nuits, le temps que sa voiture soit réparée. Hélène découvre petit à petit les membres d'une famille particulière. L'intégration s'annonce compliquée, d'autant que ce village a la particularité d'être coupé du monde. En effet, les habitants ont fait le choix de ne pas avoir le téléphone, ni internet. Cependant, le séjour d'Hélène va être pimenté avec la découverte d'une mystérieuse pièce de monnaie et d'un journal intime comportant une clef. Hélène va enquêter pour tenter de découvrir un secret longtemps dissimulé... 

J'ai très vite été décontenancée par le récit, car je ne m'attendais pas à cette histoire, ni à la façon dont elle est racontée. Ce n'est toutefois pas une déception, cela m'a donné l'occasion de découvrir un livre un peu décalé. J'ai eu l'impression d'être au théâtre et d'assister, scène après scène, à la découverte de ce village hors du temps avec ses habitations et habitants loufoques. 

Ils ont tous un caractère bien trempé, à commencer par Marlon et Rose, les parents d'Andréa, Bérénice et Marie. Rose est une bonne femme râleuse qui trouve toujours à critiquer quelqu'un; commère sur les bords, elle se fait un plaisir de tout connaitre. Marlon est un brave homme, garagiste, qu'il ne faut cependant pas trop agacer. Les trois filles du couple semblent être toutes différentes et plus ou moins influencées par les jugements de leur mère acariâtre. Dans le village, il y a quelques autres habitants, dont Erneste : ce vieux grognon qui ne quitte pas son banc de la journée, épiant les faits et gestes de chacun. 
Au milieu de tout cela, Hélène débarque avec ses talons aiguilles et perturbe la tranquillité du hameau. Elle intrigue, inquiète ou encore ravie les habitants; tout dépend de quel point de vue l'on se place. Nous avons en effet une narration à la troisième personne, qui nous permet de naviguer d'un personnage à l'autre et ainsi, connaitre ses pensées et ses émotions.

L'ambiance était un peu celle d'un vaudeville : dans un huis-clos, nous retrouvons des situations étranges, des révélations croustillantes, des rebondissements, des secrets de familles,... Tout cela autour d'une plume agréable à lire; les descriptions étaient imagées. Le seul bémol a été le dénouement : brutal et trop peu développé à mon goût. Globalement, ce roman léger, mêlant humour et suspense, fait passer un bon moment.

Ma note : 3/5

Service Presse

"La page blanche" de Boulet & Pénélope Bagieu

Genre : Bande dessinée, Drame, Humoristique

Résumé :
Une jeune femme se réveille dans Paris. Elle ne se souvient ni de son nom, ni de ce qui l'a amenée là. Son passé a disparu.

Extrait :
"C'est comme si je n'avais oublié QUE ce qui me concerne, MOI : mes études, ma famille, mon adresse... Par exemple, GRAMBERT ! Tu m'aurais dit Fnac, Virgin, je vois bien ! Mais Grambert, ça m'évoque RIEN.
- Mais t'as vu personne ? Un médecin ? Va aux urgences, enfin ! C'est peut-être grave !
- Nan mais je veux pas m'affoler non THEU plus je vais THEU THEU ! bien PWOOH ! à part ç... Je fume pas, c'est ça ?
- Ah bin j'en sais rien, moi.
- Non mais je veux pas aller à l'hôpital ! S'ils pensent que je suis mytho ? Ou folle ? Ils vont vouloir m'enfermer !
- Mais c'est inquiétant quand même !"
Mon avis :
Eloïse est assise sur un banc de Paris, elle semble perdue dans ses pensées. Lorsqu'elle se reconnecte à la réalité, elle ne sait plus ce qu'elle faisait. 
Pire encore, elle ne sait plus qui elle est, ni où elle vit. Elle va rester prostrer quelques heures avant de découvrir un sac à main, le sien. Elle découvre alors son identité et son adresse, à laquelle elle décide de se rendre. La capitale, les rues, le métro : tout cela lui est encore familier; mais rien la concernant directement.
Une fois chez elle, elle fouille tout l'appartement. Elle a l'impression d'être chez une étrangère. Rien ne lui revient en mémoire. Elle essaye de faire des activités qu'elle semblait faire avant : dessin, tricot,... Mais, cela n'apporte rien non plus.
Le lendemain, un appel lui apprend qu'elle a un emploi dans une librairie. Elle va s'y rendre pour reprendre son poste, en faisant comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas évident. Accablée de questions et paniquée, elle finira par se confier à Sonia, l'une de ses collègues. Au bout de quelques jours, et puisque c'est toujours le trou noir, elle va aller voir un médecin, passera des examens et parlera à plusieurs psychologues. 
En vain. Eloïse va continuer ses investigations, tenter de remonter plus loin. Parviendra-t-elle à recoller les morceaux de sa vie ? Saura-t-elle ce qui a provoqué cette amnésie ? 

La jeune femme est très attachante. A priori trentenaire, sans conjoint ni enfant, elle vit avec son chat. Elle a une vie banale, comme n'importe qui. C'est la stupéfaction lorsque son black-out survient. On se met facilement à la place d'Eloïse qui est complètement dépassée et perdue. Sa situation est inimaginable, inexplicable et inattendue ! Pourtant, elle arrive à conserver un sens de l'humour face à tout cela, elle tente de prendre du recul.

J'ai bien aimé l'histoire, même si le dénouement ne m'a pas vraiment satisfaite. Les illustrations sont très jolies.
 Ma note : 4/5

"Les prières de sang" de Jean-Marc Dhainaut



Genre : Roman, Thriller, Fantastique

Résumé :
Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire...

Extrait :
"A l'instant même où Alan raccrocha le combiné, des cris et des pleurs de bébés résonnèrent dans toute la maison. Le souffle d'une respiration glaciale lui caressa le visage. Quelque chose venait de l'effleurer. Il aperçut furtivement des silhouettes sombres dans la pièce, dont une qui se tenait près de lui. Toutes disparurent le temps d'un battement de paupières. Quelles explications allait-il pouvoir trouver ?"

Mon avis :
1986. Future maman, Céline Fairland vit seule en Normandie. Pour meubler sa petite maison, elle a fait l'acquisition d'une somptueuse armoire du monastère voisin. Cependant, suite à cet achat, des événements étranges ne tardent pas à se produire, poussant à bout les nerfs de la jeune femme. Celle-ci trouve les coordonnées d'Alan Lambin, un homme qui enquête sur les phénomènes paranormaux. Avec Mina Arletti, son assistante médium, Alan quitte sa Bretagne pour se rendre chez Céline. Très vite, ils vont se rendre compte de ce que vit Céline. Puis, les choses se compliquent : la future maman voit son état de santé en danger. Alors qu'elle est hospitalisée, Alan et Mina remontent les traces de l'armoire sans se douter des épreuves qui les attendent... Parviendront-ils à libérer Céline de l'emprise du meuble ? Perceront-ils le mystère de celui-ci ?

Alan Lambin, 44 ans, éternel célibataire sans enfant est associé avec Mina Arletti, 46 ans, éternelle célibataire sans enfant également, depuis trois ans. Ces deux personnages sont fait pour s'entendre : ils chassent tous deux les esprits et font le tour des lieux réputés hanté. Alan s'appuie sur un matériel dernier cri, tandis que Mina exploite ses talents de médium : elle ressent les choses et passe parfois par des états de transe qui lui permettent de voir des scènes ou des personnes. Complémentaires dans la vie professionnelle, on comprend très vite qu'ils le seraient également personnellement. En effet, ces deux grands timides se tournent autour depuis trois ans, attendant que l'autre fasse le premier pas. Ils sont très touchants et on espère qu'ils franchiront le cap et que l'un déclarera sa flamme à l'autre. 

Durant leurs investigations, on est parfois un peu agacé par Alan qui montre beaucoup de réticence dans leur affaire, niant l'évidence. Mina ne comprend pas pourquoi il ne veut pas admettre ce qui se déroule devant leurs yeux. Finalement, il n'aura pas le choix que d'ouvrir les yeux sur la situation, car cela deviendra leur plus grosse enquête, la plus dangereuse aussi. Une fois qu'ils ont trouvé le point central des phénomènes paranormaux ‒ au monastère ‒, ils devront retracer l'histoire de ce lieu pour comprendre. Mais, si certains fantômes veulent faire connaitre la vérité, d'autres ne sont pas de cet avis, et ils sauront se faire entendre.

C'est donc dans une atmosphère oppressante que nous lisons ce récit captivant. On ressent les émotions des personnages, notamment Céline au début du roman. L'histoire est prenante et bien écrite : on a l'impression que l'intrigue se déroule devant nos yeux. En effet, la plume de l'auteur, simple et efficace, rend les situations réalistes. On sent l'ambiance se dégrader au fur-et-à-mesure des diverses découvertes du duo, faisant monter la panique. On dévore rapidement le livre qui comprend du suspense, de l'angoisse et un bon dénouement. J'ai aussi aimé le petit côté romance entre Alan et Mina : on se demandera jusqu'à la fin s'ils finiront ou non ensemble.

Ma note : 4,5/5


"Sortez-moi de là !" de Sonia Dagotor

Genre : Roman, Feel-Good, Humoristique

Résumé :
Je me prénomme Madeleine. Je sais, c'est un prénom d'une autre époque et encore, vous ne savez pas tout ! Je viens de perdre ma mère avec qui je vivais dans notre maison en Auvergne. Ma mère a toujours décidé pour moi, mais rassurez-vous, je ne lui en veux pas. Même après sa mort, elle me commande encore. Sa dernière trouvaille, m'envoyer à Paris ! Pour une nana qui n'a jamais quitté son village natal, c'est une petite révolution. Mais je suis prête. Il était temps de me sortir de là. Je vous emmène avec moi ?

Extrait :
"J'enfile la culotte, un peu à contrecœur, mais au point où j'en suis, je ne peux plus me sauver. J'ai juste un petit problème technique. Non... J'hésite. Je ne peux pas tout vous dire... Je suis gênée. Allez... Je me lance, je n'ai plus de secret pour vous, depuis le coup de la brosse... Ça dépasse un peu, là-dessous.
- Je m'en doutais, annonce madame Daisy qui est revenue sans que je l'entende, me faisant sursauter. Kelly va s'en occuper. Kellyyyyyy ! Apporte la cire chaude !
- Vous êtes aussi un salon d'esthétique ? demandé-je, incrédule.
- Nous faisons absolument tout chez moi, lâche-t-elle, ne laissant aucun doute sur les multiples compétences de la maison.
Kelly arrive avec tout l'attirail, cire et sèche-cheveux. En trois minutes, je me retrouve la petite à l'air, complètement épilée, rougie, mais douce comme une peau de bébé."

Mon avis :
Madeleine, 35 ans, vient de perdre sa mère. Cette femme réservée, déjà orpheline de son père, se retrouve seule du jour au lendemain dans son petit village Auvergnat qu'elle n'a jamais quitté. Madeleine ne connait rien du reste du monde, alors quand le notaire lui explique que sa mère lui lègue un appartement à Paris, et que dans son testament, elle lui demande de s'y rendre, c'est la panique ! Elle n'a rien à voir avec les filles d'aujourd'hui, elle n'a pas le permis, n'a jamais travaillé; elle est novice pour énormément de choses. Mais elle va prendre son courage à deux mains pour se rendre dans la capitale. Comme une petite fille, elle s'émerveille de tout. Mais tout se complique lorsqu'elle arrive à son appartement et que celui-ci est toujours occupé, alors qu'il devrait être libre. Madeleine fait alors la connaissance de son occupant, Jacky; mais aussi de Rosie qui vit dans l'immeuble. Cette dernière fait une révélation à Madeleine : elle connaissait sa mère. La jeune femme n'est pas au bout de ses peines. En effet, d'autres surprises l'attendent durant ces quelques jours à Paris. 

Madeleine est touchante de naïveté et attachante. Elle va découvrir la vie à la mort de sa mère : quitter son village, prendre le train, aller à Paris, prendre le taxi, apprendre les us et coutumes de la vie moderne qu'elle ne maîtrise pas du tout ! Pour elle, un Uber, c'est Hubert le taxi; les mots relou, et chelou viennent d'une autre langue, la Zumba est un genre de yoga; et enfin, le loup est une énigme pour elle puisqu'elle ne l'a jamais vu. C'est d'ailleurs une des missions que Rosie s'attribue : lui faire connaitre les plaisirs de la vie et pour cela, tous les moyens sont bons. Cette dame âgée sera comme une deuxième mère, bienveillante, protectrice; mais surtout dynamique et pleine de vie. Grâce à elle et à Jacky, Madeleine va s'épanouir et apprendre à être une jeune femme de 35 ans. 

On suit avec plaisir les péripéties parisiennes de Madeleine qui débarque avec ses sabots dans la grande ville. Ses frasques, dues à son ignorance, sont hilarantes par moment. Elle a  un caractère entier : elle s'exprime sans filtre, alors qu'un peu de retenue serait la bienvenue de temps en temps. On est tout de même peiné de voir à quel point Madeleine est passé à côté d'une partie de sa jeunesse, comme si elle sortait d'un couvent. De ce fait, en quelques jours, elle va avoir beaucoup de premières fois et elle va tenter de rattraper le temps, de façon parfois maladroite. Elle sera, fort heureusement, bien entourée. J'ai beaucoup aimé tous les personnages de ce livre qui jouent tous un rôle important pour Madeleine. 

Dynamique, le récit est très drôle et il réserve quelques rebondissements que l'on ne soupçonnait pas. L'histoire est originale, plaisante et bien écrite. La plume de l'auteure est toujours autant agréable à lire. J'ai beaucoup aimé ce roman qui m'a très souvent fait rire. Prenant, je n'ai pas pu le lâcher avant la fin.

Ma note : 5/5


"La mer en face" de Vladimir de Gmeline

Genre : Roman

Résumé :
Philippe - scénariste de cinquante ans, dont le couple bat de l'aile - s'apprête à retourner en Allemagne. Adolescent, il a séjourné deux étés chez son oncle, ancien Waffen SS. Ce voyage, maintes fois différé, tient autant du pèlerinage que de l'enquête familiale. Philipe est hanté par la «Shoah par balles», l'extermination des Juifs d'Europe de l'Est. Une image en particulier l'obsède : un groupe de femmes et d'enfants attendant d'être fusillés dans le dos, face à la mer Baltique.
Philippe doit-il se confronter aux fautes qu'il n'a pas commises, ou rester prisonnier de ses questionnements ? Des coups de téléphone alarmants l'obligent à interrompre cette quête des origines pour rejoindre son fils Ivan, hockeyeur professionnel au Canada, qui semble en danger.
Philippe parviendra-t-il à le protéger et ainsi libérer des errements familiaux du passé ?

Extrait :
"- Drôle de conception de l'Allemand à l'ancienne, reprend Günther Schlabach. Malheureusement, vous n'avez pas tort. Votre oncle était un ancien nazi ? C'est ça que vous cherchez ?
Merci Guillaume, oui. Maintenant je me sens plus libre, fluide.
- Pas vraiment. Pas précisément. Pas seulement.
- Vous savez, c'est le cas de beaucoup de gens dans ce pays. On a voulu se convaincre du contraire, mais Hitler n'est pas arrivé au pouvoir par magie.
- Je ne fais pas une enquête sur lui.
- C'est ce que vous croyez.
Il m'a touché."

Mon avis :
Philippe, un homme d'une cinquantaine d'années, est en pleine réflexion sur lui, sa vie, son passé. Ce qui le tracasse notamment, c'est le vécu de son oncle Allemand, chez qui il a passé des vacances quand il était adolescent. Le reportage d'un de ses amis sur la guerre, la Shoah, l'extermination des juifs, a fait ressortir un mal-être. Il souhaite en savoir plus et décide de partir sur ses traces pour comprendre et être sûr de la personne qu'était son oncle. A côté de cela, sa vie sentimentale n'est pas au mieux : il vit avec Léa, avec laquelle il a eu une petite fille, Charlotte. D'une première union avec son ex-femme Claire, sont nés deux enfants : Sacha et Ivan, qui sont jeunes adultes. Philippe reçoit un appel de son fils Ivan, qui vit au Canada. Il est hockeyeur mais ne semble pas trop bien. Son père décide de se rendre auprès de lui. Que va-il découvrir en Allemagne ? Et au Canada ? Sera-t-il apaisé après ses périples ?

Dès les premières lignes, nous entrons dans le quotidien de Philippe. Nous voyons très vite que c'est une personne qui est en pleine remise en question. Il a été marié, il a eu deux enfants puis a divorcé. Il n'a été que peu présent pour les enfants, il voyageait beaucoup avec son travail. Il s'est remis en couple avec une femme plus jeune, Léa, avec qui il a eu Charlotte. La relation qu'il entretient avec Léa semble dissolue, déjà épuisée. Il n'y a plus tellement de confiance, Léa reçoit par exemple de mystérieux hommes plusieurs soirs dans leur maison de campagne, mais ne justifie en rien leur présence. L'énigme continue alors qu'il est en déplacement en Allemagne, Philippe sent que ce n'est pas clair.
Philippe devra aussi gérer son passé familial : son oncle était-il un nazi ? Si oui, à quoi a-t-il participé exactement ? Quels ont été ses crimes ? Ses actes ? Son ami Guillaume l'accompagnera durant ce voyage et le soutiendra comme il peut. Enfin, son fils Ivan aura aussi besoin de la présence de son père pour se sortir d'une situation délicate.

Philippe est un personnage que j'ai trouvé agaçant : il me semblait mou et se torturait l'esprit avec des tas de questions. A la cinquantaine passée, on sent qu'il est tourmenté; comme s'il faisait un bilan et voulait remettre les choses en ordre, éclaircir des points, racheter des erreurs. Il regrette certainement des choix et culpabilise pour les actes de son oncle. J'ai eu envie de le secouer très souvent, le pousser à agir et à moins réfléchir, à profiter de la vie sans s'encombrer du passé. Son ami Guillaume est tout aussi mystérieux et à son image. Ils peuvent malgré tout, compter l'un sur l'autre. C'est peut-être la seule chose réussie dont ils sont sûrs. Léa, peu présente dans le livre, parait aussi à bout de souffle concernant son couple. Elle profite de la vie et s'est accommodée du train de vie de Philippe. Ivan a des ressentiments vis-à-vis de son père qu'il a trouvé trop absent dans son enfance et parfois strict.

Si l'auteur a su me transporter dans le récit par rapport à la transmission d'émotions, j'ai cependant été déçue que l'histoire n'ait pas été plus axée sur le passé de son oncle. Je m'attendais à une enquête beaucoup plus développée et présente concernant son implication dans la Seconde Guerre Mondiale. L'affaire d'Ivan ne m'a pas trop transportée. Globalement, ce livre est plaisant et facile à lire.

Ma note : 3/5

"Mon voisin Totoro" d'Hayao Miyazaki

Genre : Anime Comics, Bande dessinée, Manga, Fantastique

Résumé :
Pour se rapprocher de l'hôpital où leur mère malade se rétablit, les petites Mei et Satsuki déménagent à la campagne avec leur père. Curieuses et pleines de vie, elles décident d'explorer les alentours. Un exploration qui les amènera à faire la rencontre de Totoro, un créature étrange et merveilleuse, qui prendra soin des petites filles et changera leur vie...

Extrait :
"Totoro ?! Ah ! Tu t'appelles Totoro ?!
- ?!
- Oui c'est ça... Totoro ! Totoro..."


Mon avis :
Au Japon, Yasuko, mère de deux petites filles, Satsuki (10 ans) et Mei (4 ans), est soignée dans un hôpital suite à une maladie. Son mari, Tatsuo, décide donc de déménager pour se rapprocher d'elle. C'est ainsi que le famille débarque dans un tout petit village entouré d'immenses forêts.
Tatsuo, Satsuki et Mei emménagent dans une maison longtemps inhabitée et qui regorge de mystère. Dès leur arrivée, les filles se font un plaisir de l'explorer de fond en comble. Elles découvriront des glands un peu partout et vont apercevoir des noiraudes.
Mei, qui reste à la maison pendant que Satsuki est à l'école et que son père travaille, va partir fouiller les alentours de leur maison. Dans le jardin, elle va tomber nez à nez avec de drôles de petites créatures qu'elle décide de suivre. 

C'est comme cela, à la façon d'Alice (en tombant dans un tunnel), qu'elle fera la connaissance d'un autre étrange animal : Totoro. 
Il s'agit d'un esprit de la forêt qui veille sur la nature. Il deviendra un ami avec les fillettes et saura les aider quand elles auront besoin. Drôle, il se montre discret mais très protecteur.
Satsuki et Mei découvriront encore bien des enchantements grâce à Totoro.

Ce livre est adapté du film sorti en 1988 au Japon. Mon voisin Totoro est à la fois pour les petits et pour les grands. il est question d'amitié, de respect, d'amour et de magie. Nous partageons une partie délicate de la vie de la famille dans ce récit, puisqu'elle apporte des changements (déménagement, hospitalisation,...). C'est une histoire attendrissante avec des personnages touchants, notamment Mei qui sait s'affirmer du haut de ses 4 ans.

J'ai beaucoup aimé le côté Alice au Pays des Merveilles qui se dégage à plusieurs moments. Cet ouvrage est classé en tant qu'Anime Comic, c'est-à-dire un livre adapté du film. Il reprend fidèlement les images de celui-ci. Elles sont magnifiques : éclatantes et colorées. Ce chef d'oeuvre est absolument à découvrir (en film ou en livre).
Ma note : 5/5

"Lucinda perd le contrôle" de Ness E.H.

Genre : Roman, Feel-Good, Chick-Lit, Humoristique

Résumé :
Lucinda a enfin réussi : après une vie sentimentale un peu chaotique, à trente ans passés elle a trouvé le "parfait" petit-ami, beau, brillant, William réunit toutes les qualités qu'elle a toujours recherché chez un homme. Elle s'y voit déjà dans sa sublime robe blanche accrochée à son bras, une vision idyllique qui clouerait le bec une bonne fois pour toute à son insupportable sœur Tyffanie et qui ravirait ses parents.
Seulement voilà, Will n'est pas aussi parfait que Luce le pense et d'ailleurs il est bien loin de l'être aux yeux de sa meilleure amie Marylin au caractère bien trempé et à ceux de ses collègues et amis Hélène et Tanguy. Bien-sûr Lucinda finira par le découvrir de la pire des manières... et la voilà donc de nouveau célibataire, découragée et un peu désespérée.
Elle devra tout recommencer et être sûre cette fois de faire les bons choix ! Entre son admirateur secret qui lui dépose des cadeaux de plus en plus farfelus sur son bureau, son nouveau collègue Tristan, mignon mais coincé qui a toujours l'air de juger tout le monde et elle en premier, le beau et célèbre Daniel Leroy qui arrive cette année dans son cours d'anglais, Lucinda aura bien du mal à savoir où elle en est ! D'autant que le démoniaque Will n'a pas dit son dernier mot ! Heureusement elle peut compter sur l'aide de ses amis et de sa nièce Fiona pour remettre de l'ordre dans tout ça !

Extrait :
"Pendant un instant elle se demanda comment elle avait fait pour en arriver là, en fait, la question était plutôt, qu'avait-elle fait pour mériter ça ?! Elle était gentille comme fille... enfin elle le croyait... avait-elle commis un quelconque péché impardonnable qui l'avait conduite à rencontrer Will et donc à tomber amoureuse d'un des pires mecs sur terre ? 
Luce grimaça de douleur, sa cheville était cassée. 
Et voilà comment je vais finir, morte en randonnée, dévorée par des scorpions et des serpents, moi qui déteste ça ! 
Tentant de ne pas penser au ravin au-dessous d'elle, Luce ferma les yeux et souhaita de toutes ses forces remonter le temps au moment où tout avait commencé à déraper dans sa vie ! 
Le problème, c'est qu'elle avait du mal à choisir lequel c'était..."

Mon avis :
Lucinda est une jeune trentenaire qui voit sa vie bousculée du jour au lendemain. Elle vivait en couple depuis deux ans avec William, le petit ami parfait avec qui elle se voyait déjà mariée. Leur histoire a pourtant soudain pris fin juste avant l'été, de manière brutale. Effondrée, Lucinda tente de passer à autre chose. Elle est entourée de Maryline, sa meilleure amie; et également de ses collègues Hélène et Tanguy. Sa famille ignore encore son célibat récent. En effet, ses parents voit en Will le gendre idéal, son frère et sa sœur ainsi que leurs conjoints respectifs, sont bourrés de préjugés et de jugements blessants; aucun ne saurait la réconforter, à part peut-être Fiona, sa nièce. 
A la rentrée des classes, elle reprend son travail de professeur et se construit un nouveau quotidien. Elle retrouve Hélène, Tanguy, ainsi que d'autres collègues dont Tristan, fraîchement arrivé. Cette routine lui permet de tourner doucement la page, d'autant qu'un de ses élèves de master va bientôt lui faire tourner la tête... 
C'est alors qu'elle reprend le dessus que les choses se compliquent : d'abord, elle apprend que la sœur de Maryline sort avec le meilleur ami de son ex, un hasard !?... Ensuite, elle reçoit des cadeaux à son bureau, qui ne sont pas signé : qui est cet admirateur secret - ou ce psychopathe !? Enfin, Will réapparaît dans sa vie : que lui veut-il réellement ?
L'année scolaire de Lucinda ne sera finalement pas si tranquille que cela, elle apportera beaucoup de surprises.

Cette jeune femme touchante au caractère affirmé saura nous séduire car elle est drôle, sensible et bienveillante. On a de la peine pour elle et on se sent proche. Ses amis Mary, Hélène et Tanguy sont à son image et on les apprécie tout autant qu'elle. Ils sont au petit soin et présents autant dans les moments heureux que dans les instants difficiles. Ils la secouent sans être intrusifs, ils respectent ses choix. En revanche, la famille de Lucinda nous parait beaucoup moins sympathique : son père et son frère sont effacés, sa mère idolâtre William; sa sœur et sa belle-sœur sont hautaines et méprisantes, son beau-frère est idiot. Lucinda a deux neveux, des jumeaux insupportables; et une nièce de 16 ans en apparence en pleine rébellion, mais au fond, c'est elle la plus lucide de tous. J'ai beaucoup aimé ce personnage qui n'hésite pas à s'opposer à la bêtise des adultes de son entourage.
Les autres personnages entourant Lucinda sont plus ou moins agréables : Louise, William, Paul, Tristan,... Tous auront un rôle à jouer dans l'histoire qui n'est pas aussi simple que l'ont pourrait croire au début.

Il s'agit d'une romance, mais autour de celle-ci, d'autres événements vont survenir. Ces derniers vont pimenter le récit et surprendre le lecteur. Ainsi, l'auteure nous offre un roman dynamique, drôle et pétillant; avec des rebondissements inattendus. Même si j'avais deviné certains éléments, j'ai tout de même dévoré cette comédie romantique. La plume est soignée, légère et pétillante, ce qui rend la lecture plaisante.

J'ai beaucoup apprécié les différentes références à des films ou séries (Kaamelott, X-files, Harry Potter, Bridget Jones...) : trouver des points communs avec l'héroïne permet de s'identifier davantage, elle semble plus réaliste. Pour moi, ce livre s'inscrit dans la lignée de feel-good comme ceux de Sophie Kinsella, Carole Cerutti, Lena Walker, mais aussi d'autres auteures auto-éditées que j'ai déjà lu : Sophie Rouzier, Sonia Dagotor, Zoé Brisby, etc. On passe un bon moment en compagnie de Lucinda !

Ma note : 5/5

Service Presse

"Les enfants de Castlewood" de Mickaël Druart

Genre : Nouvelle, Horreur, Fantastique

Résumé :
Cinquante ans après avoir été dévoré par les flammes, le château de l'orphelinat de Castlewood se voit restauré par les soins d'un riche inconnu. Mais tandis que sur le village pèse toujours l'ombre de la tragédie, six citoyens sont invités à partager un repas entre les murs de la lugubre bâtisse.
Aucun, pourtant, ne doit sa présence au hasard.
Car derrière les portes de l'orphelinat, dont les murs font encore résonner les rires cristallins de leurs victimes, se dissimule le secret bien gardé de la tragédie, et du lien qui l'unit aux six convives, et à leur hôte.

Extrait :
"Puis la plus grande tragédie connue de Castlewood avait frappé l'établissement. Un soir, cinquante ans auparavant, le village entier s'était amassé dans les rues pour assister, horrifié et impuissant, à un incendie aussi monstrueux que dévastateur. Après plusieurs décennies, on racontait encore comment les villageois s'étaient arraché les cheveux et obstrué les oreilles avec tout ce qui leur passait sous la main, incapables de supporter les cris déchirants des orphelins prisonniers des flammes dévorant le château."

Mon avis :
Une immense demeure surplombe le village de Castlewood. Ancien château de noble, celle-ci était un orphelinat. Mais cinquante ans plus tôt, un incendie a ravagé l'édifice, tuant les orphelins. Cette tragédie a marqué à jamais l'histoire du village, ainsi que les habitants qui avaient été horrifiés. La bâtisse a été laissée à l'abandon. Elle reste un triste témoignage du drame qui s'est joué, alimentant les rumeurs qui courent depuis cette terrible nuit. 
Un jour pourtant, c'est avec stupeur que les habitants ont vu s'installer un nouveau propriétaire, Lord Dawkins, qui a rénové la maison. Jonathan, père célibataire, reçoit d'ailleurs une invitation pour un dîner en compagnie du Lord. D'abord septique, il fini par accepter de s'y rendre. Sur place, il y retrouve deux couples, Mark & Sally Wendford et Howard & Linda Fawkes, qui vivent aussi à Castlewood. Le repas commence dans une ambiance étrange et avec une avalanche de questions de Lord Dawinks. Des questions inquisitrices et personnelles qui ne tardent pas à éveiller la méfiance des convives. Ces derniers veulent alors écourter la soirée, mais, il s'avère que cela ne sera pas possible... Que cache Lord Dawkins ? Quels sont ces rires étouffés dans les murs ? Quel lien unit les six invités ? Quel secret doit être révélé, et à quel prix ?  

Nous suivons l'aventure plutôt du côté de Jonathan et son fils Colin. Dans un récit à la troisième personne, il nous raconte l'histoire du village, la tragédie de l'orphelinat et ses réticences à aller au repas de Lord Dawkins. La curiosité fini par l'emporter; une curiosité malsaine qui le pousse à découvrir de l'intérieur les lieux où vivaient ces orphelins, qui, de surcroît, subissaient de mauvais traitements. Des actes connus mais volontairement ignorés par les habitants du village. 
Dès le début du repas, on sent que cela va déraper. Entre des rires d'enfants entendus à l'étage et les questions dérangeantes de Lord Dawkins, l'ambiance devient de plus en plus tendue et électrique. Il semblerait que des choses lient les convives et qu'ils aient des secrets inavouables. C'est alors qu'un jeu glauque débute. 

L’atmosphère est terrifiante une fois que ce jeu démarre. On frissonne avec les protagonistes qui déambulent à travers le manoir, perdus et affolés. Bien que sordide, l'histoire est prenante. Les émotions, l'angoisse et la panique notamment, sont au rendez-vous; on est tenu en haleine et on a hâte de connaitre le dénouement. Ce dernier saura répondre à nos questions et lèvera le voile sur bien des mystères; tout en nous surprenant lors de l'épilogue.
Jonathan et son fils sont attachants, ils paraissent innocents et on tremble pour eux. Nous n'avons pas le temps de connaitre les deux couples invités avec Jonathan, mais ils ont l'air gentils. Il n'y a que Lord Dawkins qui semble bizarre et trop curieux. On comprend lors du dénouement ce qui le motive, mais, aveuglé par sa douleur, il est devenu malade, fou.

Cette nouvelle effrayante est dynamique et rythmée, on ne peut que la lire d'une traite. Il n'y a rien de gore dans le récit, tout est dans ce que nous imaginons au travers des mots.  L'auteur a une écriture percutante qui nous emporte totalement et nous captive. Evidemment, j'aurais aimé que ce soit plus long, plus développé pour profiter encore plus de cette sombre histoire. Cela n'enlève rien au fait que j'ai adoré !

Ma note : 5/5

"Le jeu" de France-Michèle Adler

Genre : Thriller, Fantastique, Nouvelle

Résumé :
À Kid-han-nink, l'une des plus belles propriétés de Long Island, les jumeaux, Julian et Justin Farrell, vivent hors du monde. Ils jouent à Tarzan dans les immenses bois de Kid-han-nink, font des courses effrénées à cheval, campent sur leur île privée et dorment enlacés dans leur cabane dans les arbres. Ils s'aiment, se bagarrent, jusqu'au jour où une adolescente de leur âge vient troubler leur univers. Le délire s'installe. Qu'y a-t-il de vrai, d'imaginé dans le dédale de ce jeu qu'ils vivent et revivent inlassablement ? Quelle est cette tragédie tue par la famille entière, et qui a brisé leur destin ? Entre enquête et souvenirs, rivalité et culpabilité, Le Jeu reste l'histoire d'un amour fou entre deux frères. 

Extrait :
"C'est elle. Mais si, c'est June. Regarde, ce sont ses cheveux blonds, ses yeux bleus. Regarde, c'est sa démarche. C'est elle, je te dis. Viens, Justin. Allez, viens ! Le jeu recommence."

Mon avis :
La famille Farell, les parents et leurs jumeaux Justin et Julian, vivent royalement. Ils sont aisés et occupent une très belle demeure. Les jumeaux ont tout ce qu'ils veulent : de l'espace, des jeux, des voyages. Ils sont complices et inséparables; mais par moments, ils se jalousent et se battent. Cependant, l'amour l'emporte toujours. Jusqu'à leur adolescence où June débarque dans leurs vies. C'est leur nouvelle voisine, une jeune fille de leur âge qui les ébloui. Une nouvelle rivalité apparait dans leur relation qui pourrait bien les pousser loin. Jusqu'où iront-ils ? Que va t-il se passer dans ce cadre idyllique ? Quels secrets renferme la famille Farell ?

Cette nouvelle est rédigée de façon atypique puisqu'il s'agit de courts chapitres racontés par différents protagonistes. Ainsi, certains chapitres c'est Julian qui parle à son frère Justin. Il lui parle de leur vie à tous les deux, de leur complicité, de leurs jeux. Il resasse, se souvient. Dans les autres chapitres, nous faisons la connaissance d'anciens employés de maison et d'amis de la famille, qui ont plus particulièrement côtoyés les jumeaux. Durant ces parties, on comprend que les personnages sont interrogés par un journaliste. Il retrace le parcours de la famille qui a été victime de plusieurs drames que l'on découvre petit à petit. On comprend que la folie s'est immiscée dans le quotidien des jumeaux Farell et a fini par briser la famille entière. 

Je n'en dévoilerai pas plus sur le contenu de l'histoire, afin de préserver le suspense. J'ai bien aimé cette mise en page, comme si on récoltait des éléments pour faire une émission de faits-divers qui parlerait de Justin et Julian Farell. On est rapidement intrigué et captivé par le récit. L'auteure sait titiller la curiosité au travers d'un texte direct, bref et efficace. A chaque chapitre, on a envie d'en savoir plus, de percer le mystère et de comprendre. A supposer que l'on puisse comprendre ces divagations ? 

C'est un court roman original et percutant. On se plonge facilement dans l'univers des Farell, on vit l'affolement et on ressent l'impression de délire. On a du mal à discerner la frontière entre le réel et l'imaginaire, on est dans le flou régulièrement. La lecture est rapide et agréable, je n'aurais pas boudé quelques pages supplémentaires.

Ma note : 3,5/5

"La perfection du crime" d'Helen Fields

Genre : Thriller, Suspense, Policier

Résumé :
Perdu dans une région isolée des Highlands, un corps se consume. Seules des dents et un fragment de vêtement permettent de l'identifier. Au même moment, dans une maison d’Édimbourg, dissimulée aux yeux de tous, une femme hurle dans le noir.
L'inspecteur Luc Callanach, qui vient juste de prendre ses fonction, est chargé de l'enquête pour homicide. Accompagné de sa coéquipière, Ava Truner, il doit faire ses preuves face à un meurtrier qui a couvert ses traces avec un soin tout particulier.
Une autre disparition les embarquera dans une course contre la montre pour éviter qu'une nouvelle victime trouve la mort. Mais le véritable sort des trois femmes se révélera être bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer. 

Extrait :
"Il allongea le cadavre avec des précautions dignes de celles d'un père, étirant à l'extrême chacun des membres, permettant à l'air de circuler librement autour du corps de la femme. Malgré son teint cendreux, elle semble en paix. Ses cils tranchaient sur le gris de son visage, ses lèvres blêmes. Il la préférait ainsi que lors de leur première rencontre. Certes, sa nudité n'avait rien d'attirant, ainsi exposée, mais était absolument nécessaire. D'elle, tout devait disparaître. Chaque aspect de son passé, chaque lien avec la vie qu'elle avait menée. Il s'agissait, de bien des manières, d'un purification."

Mon avis :
Luc Callanach est un inspecteur fraichement arrivé au sein du commissariat d'Edimbourg. C'est un français né en Ecosse, il a la double nationalité. Fuyant des problèmes personnels en France, il a demandé à être muté dans son pays natal. Sa prise de poste n'est pas évidente. La communication avec son équipe est compliquée : Luc n'est pas très avenant, et les autres ont dû mal à intégrer le français. Il va pouvoir compter sur le soutien d'Ava Turner, sa coéquipière. Luc va être chargé d'une enquête pour homicide : une personne disparue et un corps carbonisé découvert. Le lien entre les deux sera vite établi et son équipe va devoir arrêter ce tueur. Dans l'intervalle, une deuxième femme disparait à son tour. Tandis que Luc tentera de la retrouver, Ava va être chargée d'une autre étrange affaire. Durant leurs investigations, les deux policiers pourront compter l'un sur l'autre. Ils vont s'entre aider pour résoudre leurs enquêtes.

Durant le récit, nous suivons également le serial killer que Luc recherche. Dès les premières pages, nous avons son point de vue, et peu de temps après son identité. Petit à petit, le puzzle se constitue dans nos esprits, tandis que Luc est encore bien loin de la vérité. Il faut dire que cet homme a pris toutes les précautions pour ne pas être trouvé. On perçoit un être malsain, mauvais et pervers. Le malaise est réellement palpable alors que nous lisons les chapitres le concernant. L'ambiance est glauque, angoissante et oppressante. 
Dans ce roman, nous suivons donc une enquête pour plusieurs homicides qui sont liés, dont nous connaissons le coupable et ses motivations. Mais nous allons également suivre Ava et Luc dans une enquête sur des nouveau-nés abandonnés. J'ai beaucoup apprécié d'avoir cette deuxième affaire dans le récit qui sera, en outre, très intéressante. 

En ce qui concerne les personnages, Luc est assez antipathique au départ, il est froid et sec; on comprend que son équipe a dû mal à l'intégrer. Grâce à Ava, il va s'ouvrir un peu et apprendre à mieux fonctionner. Derrière son comportement, des blessures se révèleront lentement. Nous comprendrons alors pourquoi il parait si déplaisant. Cependant, il est loin d'imaginer que son passé va resurgir au pire des moments. Même si j'ai eu du mal avec Luc durant le premier quart du livre à cause de sa façon d'être, il se montrera pourtant attachant, courageux et fort. Ava est une femme indépendante, téméraire et bienveillante. Elle se consacre essentiellement à son travail; elle n'a pas de famille, juste une amie, Natasha. Les deux protagonistes vont se rapprocher et une amitié va naître. 

L'atmosphère est assez sinistre tout au long du roman. On est rapidement captivé dans cette sombre histoire. Le suspense nous tient en haleine au fil des pages, alors même que nous connaissons le meurtrier. Le récit est dynamique et surprenant; il y a plusieurs rebondissements, dont un que j'avais supposé. On aura du mal à lâcher le livre avant le dénouement. J'ai bien aimé que plusieurs éléments, à priori sans rapport, se retrouvent mêlés les uns aux autres. La lecture est agréable et rapide.

Ma note : 4/5

"Ma vie (pas si) parfaite" de Sophie Kinsella

Genre : Roman, Chick-lit, Feel-Good

Résumé :
La vie à Londres. Du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé, et aujourd'hui, ça y est ! A elle les soirées branchées, le job de rêve dans une grande agence de pub… Certes, elle vit en coloc à deux heures du centre, son budget est si serré qu'elle ne se nourrit que de nouilles et sa boss est un cauchemar. 
Et ce que Katie ignorait, c'est qu'à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer. Retour à la case départ : la campagne. Pas question de se laisser abattre. Katie va faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Unis…

Extrait :
"Je suis tout en bas de l'échelle, mon salaire est le moins élevé et mon bureau le plus petit, mais il faut bien commencer quelque part. C'est mon premier boulot rémunéré et, tous les jours, j'en remercie le Ciel et ses étoiles. Et vous savez quoi ? Mon travail est intéressant.
Dans un sens.
Presque.
Tout dépend en fait de la définition qu'on donne au mot «intéressant». En ce moment, je travaille sur un projet très excitant : le lancement d'un nouveau produit laitier de la marque Coffeewite qui transforme instantanément le café en cappuccino moussant. Je fais partie du groupe de réflexion. A vrai dire, en terme de travail quotidien, ça se réduit à... 
Soyons réalistes. L'aspect amusant et glamour du job viendra plus tard."

Mon avis :
Katie est une fille de la campagne qui a grandi avec son père dans la ferme familiale. Elle rêvait de devenir une fille de la ville. Grâce à son premier emploi, c'est un rêve qui s'est accompli. Depuis plusieurs mois, elle travaille dans une grande entreprise de publicité. Si, au travers de son compte Instagram, sa vie parait idéale (photos de restaurants de luxe, décoration soignée, etc.), en réalité, il n'en est rien. Katie compte chacun de ses sous tant la vie est rude à Londres. Elle est obligée de faire de la colocation avec deux personnes peu avenantes; elle a une chambre si minuscule que son armoire est un hamac au dessus de son lit. Pour couronner le tout, il lui faut un temps fou pour aller jusqu'à son travail. En outre, ce dernier n'est pas des plus passionnants jusque là, elle est junior, et on lui confie les tâches les moins intéressantes. Katie envie beaucoup Demeter, sa boss parfaite. Evidemment, son père Mick, et sa belle-mère Biddy, n'en savent rien, Katie veut les préserver. 

Pendant que la jeune femme tente de survivre à son quotidien, Mick et Biddy se lancent dans la création d'un camping glamour et sollicite Katie pour les aider, ce qu'elle fera avec plaisir. Ce qu'elle ne sait pas encore, c'est qu'elle sera beaucoup plus impliquée dans l'aventure que prévu. Un licenciement soudain la contraindra à retourner temporairement (elle l'espère) chez son père. En attendant, elle prend plaisir à jouer à la boss du camping.
L'histoire ne s'arrête pas là. Lors d'un week-end, Katie aura le plaisir de voir débarquer d'anciennes connaissances qui vont la déstabiliser. Ce sera aussi l'occasion pour elle de mettre les choses au clair, avant de découvrir des informations troublantes. Bref, la vie de Katie sera riche en péripéties, en stress, en joie, en amour et en surprises.

Nous partageons avec bonheur le quotidien de la jeune femme de 26 ans, au fil des pages. Katie est une personne authentique, sincère, gentille et dévouée. C'est une amie comme on aimerait en avoir, une salariée studieuse et une fille attentionnée. On ressent par moment des blessures qui l'ont marquée lors de son enfance. Mick est un homme courageux, de bonne volonté mais aux idées très souvent saugrenues. On s'attache également à Biddy qui temporise le père et sa fille quand il faut. 
Au travail, Katie s'est liée d'amitié avec quelques personnes; mais le personnage le plus marquant est Demeter, sa chef. Elle ressemble à Miranda dans Le diable d'habille en Prada, quoiqu'un peu plus agréable. Elle a tout de même un caractère difficile par moments et des mots un peu durs. Katie fera aussi connaissance avec un autre de ses chefs, Alex, plutôt intimidant, charmant et étonnant.

Le livre est prenant et amusant dès les premières lignes. On est vite entraîné dans le récit, raconté du point de vue de Katie. Le roman mêle humour, amitié et amour; c'est tendre, drôle et touchant. La romance n'est pas dominante, il y a un juste équilibre avec le reste de l'intrigue. L'histoire est originale. Même si j'avais deviné une partie du dénouement, la lecture est restée plaisante. L'écriture est fluide et facile à lire, on ne voit pas le temps passer. J'ai beaucoup aimé ce livre et découvrir la plume de cette auteure.

Ma note : 5/5




"20 ans..." de Claire Bertin

Genre : Roman, Romance

Résumé :
Elles ont 20 ans et leur vie d'adultes commence. Quelles routes Clara, Emilie et Vanessa choisiront-elles de suivre ? Trois personnalités et trois destins liés les uns aux autres. Des voyages, des fous-rires et, surtout, de l'amour. Partagez leur voyage initiatique à l'aube de l'âge adulte et plongez dans leurs aventures !

Extrait :
"Dans un bus bourré d'étudiants et de lycéens surexcités par leur rentrée scolaire, une amitié venait de naitre. Elles l'ignoraient encore mais leurs destins seraient scellés et chacune allait devenir un élément essentiel dans la vie des autres. Même si au creux de la moiteur et le bruit ambiant, ce virage dans leurs vies n'était pas encore palpable, une légèreté et une joie inexplicable s'emparaient d'Emilie, Clara et Vanessa."

Mon avis :
En Bretagne, Emilie, Clara et Vanessa se rencontrent sur les bancs du lycée alors qu'elles débutent le même BTS en tourisme. Elles se lient très rapidement d'amitié et partagent tout. Durant leur première année d'études, elles auront la chance de faire deux voyages qu'elles ne sont pas prêtes d'oublier. Le premier en Chine et le second au Pérou.
En outre, leurs vies personnelles vont être rythmées. Clara va tomber sous le charme de leur professeur d'anglais. Une relation illégitime et complexe va débuter, mais comment finira-t-elle ? Clara n'est pas au bout de ses surprises. Emilie, qui entretenait une relation avec un ami de lycée va tomber de haut lorsqu'il la trompera, et pas avec n'importe qui. Blessée, la jeune femme aura du mal à s'en remettre. Vanessa vit une relation amoureuse depuis trois ans, dont une partie à distance, puisque son prince charmant est parti travailler en Suisse. Leur amour pourra-t-il survivre au temps et aux kilomètres ?

On plonge dans ce roman en se remémorant nos souvenirs d'étudiants. On s'imagine très bien à la place de ces trois jeunes filles : des personnes bienveillantes, gentilles et amusantes. Elles ont les mêmes centres d'intérêt, sont à l'écoute et présentes les unes pour les autres. A plusieurs reprises, Clara, Emilie ou encore Vanessa, connaitront des moments de bonheur intense; mais aussi des déconvenues surprenantes, inattendues. Malgré les soucis, elles se serrent les coudes et s'entraident. Elles auront la chance de découvrir la vie en Chine et au Pérou. Ces séjours les feront grandir.
Les personnes qu'elles sont amenées à côtoyer seront plus ou moins sympathiques. Il y a une bonne entente avec les autres camarades de leur classe. Le professeur d'anglais, Jean, n'hésite pas à entretenir une relation avec Clara; celle-ci tournera vite au vinaigre et deviendra malsaine. Jean nous donnera l'impression d'être oppressant, nuisible et nous met mal à l'aise. C'est le personnage qui marquera le plus ce roman à mes yeux : toxique, sournois et dangereux; mais qui existe dans la vie et qui peut détruire une personne. Heureusement, tous les garçons qu'elles vont rencontrer ne seront pas comme lui. L'expérience de Clara les rendra vigilantes.

Dans ce livre, nous suivons donc le quotidien de trois jeunes filles durant une année scolaire remplie d'aventures. L'histoire est intéressante même si elle pourrait être plus aboutie et structurée. Malgré tout, on prend plaisir à suivre Emilie, Clara et Vanessa grâce à un récit réaliste, riche en rebondissements et en surprises. Les descriptions des différents voyages et excursion nous emportent dans les pays, même si parfois j'ai trouvé que ces moments étaient parfois un peu long. 
Cette histoire nous donne envie de savoir ce que vont devenir Emilie, Clara et Vanessa : que va-t-il se passer durant leur deuxième année ? Et au-delà ? La plume de l'auteure est agréable à lire et on passe un bon moment de lecture.

Ma note : 3,5/5

Service Presse

"Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens" de Becky Albertalli

Genre : Roman, Romance, Young Adult

Résumé :
Moi, c'est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petit ville en banlieue d'Atlanta (traduisez : un trou paumé). J'ai deux sœurs, un chien, Bieber (oui, oui, comme Justin), et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d'Harry Potter, j'ai une passion profonde pour les Oréos, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.
Blue, c'est un garçon que j'ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c'est. En fait, ça me plait bien : je ne suis pas du tout pressé d'annoncer à tout le monde que je suis gay. Personne n'est au courant, à part lui, Blue... et aussi cette fouine de Martin Addison, qui a lu mes e-mails et menace de tout révéler.

Extrait :
"Nous sommes dans les coulisses, assis sur des chaises pliantes en métal, quand Martin Addison m'annonce :
- J'ai lu tes mails.
- Quoi ?
Je lève la tête.
- Tout à l'heure. A la bibliothèque. Sans le faire exprès, bien sûr.
- Tu as lu mes mails ?
- Disons que j'ai utilisé l'ordi juste après toi, et quand je suis allé sur Gmail, ton compte s'est ouvert. Tu aurais dû te déconnecter.
Je le dévisage, médusé.
- Pourquoi ce pseudo ? demande-t-il en martelant le pied de sa chaise.
Merde, excellente question. A quoi bon utiliser un pseudonyme si le premier clown venu perce à jour mon identité secrète ?"

Mon avis :
Simon est un adolescent de 16 ans plutôt populaire. Il a deux amis d'enfance : Nick et Leah, et une amie arrivée dans leur lycée récemment, Abby. La vie de lycéen se passe plutôt bien, Simon a de bons résultats et pratique le théâtre. Chez lui aussi, tout va bien, il est proche de ses parents et de ses deux sœurs. Pourtant, Simon a un secret : il est homosexuel mais ne l'a avoué à personne. Non pas qu'il ait peur de la réaction de ses proches, mais il n'a pas encore trouvé le bon moment pour l'annoncer. La seule personne à être au courant, c'est Blue, un jeune homme mystérieux de son lycée. Ni l'un, ni l'autre ne connait l'identité de l'autre. Leur secret commun, l'homosexualité, les a rapproché : ils en parlent ensemble et deviennent amis, voir plus. En effet, Simon tombe même amoureux de son bel inconnu. Il aimerait donc pouvoir le rencontrer un jour... Ce qui risque de tout compliquer, c'est que Martin, un de ses camardes, a découvert ce secret, et qu'il menace de tout révéler. Quelles décisions Simon prendra-t-il ? Découvira-t-il qui est Blue ? Martin mettra-t-il ses menaces à exécution ?

Dans ce roman, nous découvrons Simon, un jeune garçon attachant qui attend le bon moment pour faire son coming-out et qui entretient une relation virtuelle avec Blue, qui semble être très gentil. On le suit dans son quotidien. Le fait que ce soit raconté du point de vue de Simon nous rapproche de lui. Cela nous permet d'être au plus près de ses sentiments.
Les amis de Simon sont tous sympathiques, l'ambiance est conviviale entre eux. Il n'y a pas de gros conflits, juste des malentendus et parfois des jalousies. Même Martin, qui utilise un procédé douteux, n'a pas un mauvais fond. La famille du héros est comme une famille lambda : des parents ouverts et à l'écoute qui vivent comme n'importe qui. Cela donne du réalisme aux personnages. 
Les échanges entre Simon et Blue apportent un suspense qui nous tient en haleine, car comme Simon, on a envie de connaitre l'identité de son prince charmant. On est convaincu, en lisant leurs mails, qu'ils sont fait l'un pour l'autre.

Ce livre aborde le thème de l'homosexualité et le questionnement qu'un jeune homme peut avoir quant à son coming out : les doutes, les conséquences,... C'est intéressant, mais je trouve que tout est très simple dans l'histoire. En effet, il n'y a aucun conflit, aucun rejet ni des parents de Simon, ni des parents de Blue suite à leurs annonces; au lycée non plus, il n'y a pas d'effluves particulières. Bien évidemment, l'homosexualité est intégrée dans les mœurs depuis plusieurs années. Malgré cela, on voit encore régulièrement des soucis, notamment lors de la marche des fiertés ou avec mariage pour tous. De plus, on lit souvent des messages insultants et haineux sur les réseaux sociaux. Enfin, dans le cercle familial, il arrive que certains parents rejettent leur enfant à cause de son orientation sexuelle, parfois de façon très violente.

Rien n'est tout blanc ou tout noir dans la vie et j'ai eu l'impression qu'ici, c'était très blanc. Je pensais que le comportement de Martin allait aller loin, je m'attendais à le détester, mais ça n'a pas été le cas. J'imaginais qu'un des parents auraient pu avoir avoir besoin de temps pour accepter, ou encore que les camarades au lycée se seraient montrés plus virulents. J'ai eu la sensation que la situation ne reflétait pas vraiment la réalité de ce qu'il se passe réellement dans notre société (même si l'histoire ne se déroule pas en France).

Ce n'est pas désagréable de lire une histoire où tout va bien, mais cela m'a paru un peu plat. Cependant, j'ai quand même beaucoup apprécié la relation de Simon et Blue. Cela reste une lecture plaisante. Le récit est tendre et amusant. La plume de l'auteure est fluide et agréable à lire.

Affiche du film et couverture des nouvelles éditions du livre (dont le mien) :
Ma note : 3/5