"Ces oiseaux qu'on met en cage" de Marjorie Levasseur

Genre : Roman, Romance, Drame

Résumé :
SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…...
Vu de l'extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ? Un jour, arrive le geste de trop, l'événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l'’existence. Les masques tombent, le vernis craque. Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d'’évoluer, de retrouver une liberté perdue…. D'’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

Extrait :
"Tu ne peux pas sauver tout le monde, Samuel. Fabrice, comme Manon, est un oiseau qu'on a mis en cage, qu'on a privé de sa liberté d'être ce qu'il était au fond de lui-même et dont on a brisé les ailes. Tu n'es pour rien dans leurs malheurs."

Mon avis
La vie de Samuel, jeune avocat, bascule le jour où il retrouve son frère Fabrice pendu. Un suicide qu'il vit mal, d'autant plus lorsqu'il apprend les raison de celui-ci. Il part vivre en colocation avec Colette, une retraitée qui deviendra sa grand-mère d'adoption. Elle saura l'écouter et le conseiller. Samuel commence un emploi dans un cabinet, où il rencontre Manon. Petit à petit, il se rend compte que sa vie n'est pas si simple et il va tout faire pour l'aider. Parviendra-t-il à la sauver, elle ?

Cette histoire nous fait connaître des protagonistes, qui ont tous une part de mystère : un secret, une blessure, ... La réalité n'est pas toujours ce qu'elle parait être. Les personnages sont attachants, on ressent leurs émotions : joie, peine, souffrance, bonheur... On vit l'histoire à leurs côtés.

Le livre est prenant avec du rythme durant tout le récit; mais aussi émouvant, car proche de la réalité. Ce sont en effet des situations que l'on peut voir dans les faits divers quotidiens. On se plonge donc facilement dedans.
Je ne m'attendais pas au dénouement final et cela a donc ajouté un rebondissement dans ma lecture, puisque je m'étais imaginée une autre fin. C'est vraiment bien écrit, on sent que la plume est soignée.

Ma note : 🌑🌑🌑🌑🌑

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire