"Personne n'a oublié" de Stéphanie Exbrayat

Genre : Suspense, Policier, Historique

Résumé :
Sam, huit ans, tombe du haut d'une grange et meurt le crâne fracassé. Pour sa mère Colette, impossible de croire à un accident. Elle soupçonne François, son mari, un homme violent et secret, de ne pas être étranger au drame. Dix ans auparavant, Colette, enceinte d'un autre homme, a été contrainte de l'épouser. Dès lors, son mari a imposé la terreur et la tyrannie au sein de leur foyer. Bravant la violence de cet homme, Colette s'engage dans une dangereuse quête de vérité. Quel rôle a t-il joué dans la mort de Sam ? Et quel est ce trouble passé que François semble vouloir cacher à tout prix ? Au cœur de ce petit village du Morvan, les esprits s'échauffent et les tensions remontant à la guerre atteignent leur paroxysme. Le village bruisse de rumeurs et de douloureux secrets ne tardent pas à resurgir... 

Extrait :
"La jeune femme ne parvenait pas à se défaire de l’image cauchemardesque de son fils mort sur les pavés de la grange, sa chevelure blonde, poisseuse et noire de sang, sa jambe désarticulée comme celle d’un pantin cassé."

Mon avis :
1962. Dans un petit village de France, Colette vient de vivre un drame : son fils Sam, huit ans, est mort en tombant de la grange. Elle culpabilise car habituellement, il l'accompagne toujours dans ses déplacements. En effet, elle ne veut pas qu'il reste avec François, son mari, qui se montre dur et violent. D'ailleurs, il n'est pas le père biologique de l'enfant. Une fois le choc initial passé, Colette s'interroge sur les circonstances de la mort de Sam; les choses ne semblent pas claires, et son mari reste toujours aussi fermé. Elle décide de mener son enquête pour découvrir ce qui est vraiment arrivé à Sam. Pour cela, elle va également devoir remonter dans le passé de François, dont elle ne sait rien. Son parcours sera semé d’embûches, Colette n'est pas au bout de ses peines.

Dès les premières lignes, nous entrons dans le vif du sujet : Colette a été hospitalisée suite au décès de son fils. Lorsqu'elle rentre chez elle, des questions surviennent : que faisait Sam dans la grange alors qu'il n'avait pas le droit d'y aller ? Comment François a-t-il pu le voir tomber dans la grange, alors qu'il affirmait couper du bois cent mètres plus loin ? Colette se demande alors si François n'aurait pas tué Sam : cet homme très secret se montre parfois violent. Et s'il avait découvert que Sam n'était pas son fils et qu'il avait voulu se venger ? Qui est vraiment François ? Qu'a-t-il fait avant de débarquer en 1953 dans leur village ? Sam aurait-il découvert quelque chose de compromettant ?
Dans une ambiance pesante, nous suivons Colette dans son enquête au travers d'un récit à la troisième personne, mais aussi de passages du journal intime de la jeune femme. Elle pourra compter sur le soutien de sa voisine Madeleine, qui sera une alliée et une amie inestimable. Bienveillante, elle saura soutenir Colette durant des mois d'investigations. Le docteur du village, un ami de la mère de Colette, se montrera aussi très présent pour elle. Connaissant la vie de la jeune femme, il la protège de façon paternelle. Au fil des pages, Colette va nous raconter sa vie actuelle, mais également son passé : son enfance difficile, son premier amour et surtout, pourquoi elle a épousé un homme qu'elle n'aime pas. Petit à petit, nous la verrons progresser dans son enquête. On est vraiment à ses côtés, et on peut ressentir toute la tristesse et la fatigue de cette femme. Sam était sa raison de vivre, sans lui, elle n'a plus goût à la vie. Au fur-et-à-mesure, Colette évoluera et finira par s'épanouir de plus en plus.

En plus d'être prenant et intéressant, ce roman est instructif.
Il nous parle de la condition de la femme à cette époque : elle n'avait aucune liberté. Le mari avait les pleins pouvoirs : il décidait si elle avait le droit de travailler (si c'était le cas, il gardait souvent la paie pour lui), elle devait demander son autorisation pour tout; la femme devait obéir à son mari et celui-ci gérait leurs vies (patrimoine, etc.). C'est en 1965 que la réforme des régimes matrimoniaux permettra à la femme de s'émanciper.
Nous découvrons également l'atmosphère tendue de l'après guerre : début des années 1960, les crimes commis pendant la Seconde Guerre Mondiale sont encore très présents dans les esprits. L'épuration judiciaire (c'est-à-dire, le jugement des collabos et criminels de guerre) a eu lieu jusqu'en 1953; puis une amnistie a été votée. Ainsi, beaucoup n'ont donc pas été jugés pour leurs crimes, provoquant la consternation et l'insatisfaction de nombreuses personnes.

Le livre est captivant et bien écrit. Dans ce récit, l'auteure a su nous faire partager toutes les émotions de Colette, mais aussi retranscrire les conditions de vie de l'époque. Le seul bémol est que certaines questions ne trouvent pas de réponses lors du dénouement : cela laisse le lecteur faire ses propres suppositions, mais, pour moi, c'est aussi un tout petit peu frustrant. La plume de l'auteure est soignée et agréable à lire.

Ma note : 4,5/5

"Click & Love" de Cyril Massarotto

Genre : Roman, Romance

Résumé :
Julie est une jeune Parisienne de 30 ans. Elle ne croit plus en l'amour et doit faire des ménages pour gagner sa vie. Paul, lui, a 40 ans. Il est chirurgien, vit à Londres et ne se console pas de la mort de sa femme. Leurs trajectoires n'auraient jamais dû se croiser... Et pourtant, une application très particulière, Click & Love, va progressivement les rapprocher. Et jouer avec leurs nerfs.
Alors que, message après message, leur désir de se rencontrer devient brûlant, Click & Love censure toutes les informations qui leur permettraient de se donner rendez-vous. Une torture. Et cette question : que cherche la main invisible qui se cache derrière l'écran ?
Julie et Paul, des deux côtés de la Manche, vont tout tenter pour piéger la machine. Mais alors qu'enfin ils réussissent à se voir «en vrai», quelque chose d'inexplicable se produit, qui bouleversera leur vie...

Extrait :
" - Oh, y en a marre, de tout ça. On n'a plus besoin de cette appli !
- Tu as raison.
- Alors on va faire simple : tu n'as qu'à m'appeler au 06 INTERDIT !
- ??? Quoi ???
- Oh ! Ils ont caché mon numéro ! Comment ils font ça ?
- Ah, tu avais tapé ton numéro ?
- Mais oui !
- Il y a forcément un logiciel qui surveille ! C'est logique, au fond...
[...]
- Bon, dis-moi où tu habites.
- Au 8 rue de INTERDIT ! VEUILLEZ NE PLUS RECOMMENCER !
- Merde ! Bon attends... Réfléchissons, soyons malins... Ah ! Dis, tu aimes les restaurants, Julie ?
- Euh... Oui ???
- Tu veux que je t'en conseille un où ils font de merveilleux menus le samedi soir ?
- Ah, OK, je vois ! ^^ Oui avec plaisir ! Je dois justement aller dîner avec une amie, ce samedi, c'est parfait ! 😊
- En effet. Je te conseille donc d'inviter ton amie au restaurant le INTERDIT ! VOUS ALLEZ ETRE SANCTIONNES POUR LE BIEN DE VOTRE RELATION !
[...]
VOUS NE POURREZ PLUS ENTRER EN RELATION DURANT LES SEPT PROCHAINS JOURS. LA SANCTION PREND EFFET IMMEDIATEMENT. "

Mon avis :
Julie, 30 ans, est femme de ménage. Elle vit seule, à Paris, après une relation amoureuse qui l'a profondément blessée. Sa meilleure amie, Ornella, essaye de la soutenir comme elle peut. Elles vont à la salle de sport, font du shopping, des soirées. Julie se sent malgré tout en décalage face au monde d'Ornella : des gens riches aux métiers tous plus prestigieux les uns que les autres. Paul, 40 ans, est  chirurgien. Il vit à Londres dans l'appartement de son meilleur ami Jonas. Ce dernier est marié et retrouve sa femme tous les week-ends. Paul est veuf depuis 4 ans. Il a du mal à se remettre de la mort de son épouse.
Julie et Paul se retrouvent à tester une nouvelle application de rencontre Click & Love, qui se veut être un concept très original. En effet, seules les personnes compatibles au delà de 80% peuvent échanger. Et dès l'instant où l'on choisi une personne, cela devient l'unique prétendant. Les conditions sont stricts : des échanges uniquement par messages dans un premier temps; puis, dans un second temps, des messages vidéos. La phase finale, si les affinités se précisent, est la rencontre.
Julie et Paul franchissent tant bien que mal les deux premières étapes. Ils ont enfin le rendez-vous tant espéré. Ils se rencontrent dans un restaurant Parisien. Mais tout ne se passera pas comme prévu... Et si les apparences n'étaient pas ce qu'elles semblent être ? Si tout n'était pas si simple qu'il n'y paraissait ?

Ce livre est raconté à la troisième personne. Nous suivons alternativement le point de vue de Julie et Paul. Nous apprenons à les connaître : ils ont tous deux un passé douloureux qui a laissé des blessures. Leur estime d'eux est fortement remise en question et leur envie d'avenir quasi inexistante. Les deux protagonistes sont très attachants, on a envie de les aider, comme le font leurs amis respectifs. Ornella et Jonas sont des amis bienveillants pour Julie et Paul. Leurs amitiés sont fortes et ils peuvent compter les uns sur les autres à tous moments.  

Ayant beaucoup de points communs, c'est naturellement que Julie et Paul se choisissent sur l'application Click & Love. Au fil des conversations, on sent que des sentiments naissent, des émotions qu'ils pensaient ne plus pouvoir ressentir. Julie et Paul évoluent : ils osent croire à un renouveau, au bonheur, et vont jusqu'à imaginer une vie amoureuse ensemble. Le soir de leur rencontre, un rebondissement inattendu, tant pour les personnages que pour le lecteur, vient perturber ce moment qui se voulait magique.
Déjà captivé, notre curiosité est alors davantage piquée : on s'interroge tout autant qu'eux sur ce qu'il se passe. L'histoire, qui semblait banale mais émouvante, prend alors une tournure tout à fait différente. C'est à la fois frustrant (pour Julie et Paul !), déroutant et original. On tente de comprendre en échafaudant des hypothèses. Le mystère restera entier jusqu'au dénouement final, magistral, qui m'a totalement surprise.

Ce roman m'a enchantée du début à la fin. Dynamique, le récit est drôle et intriguant. La plume fluide de l'auteur nous fait passer beaucoup d'émotions.  Agréable à lire, l'histoire est prenante, belle et surprenante. C'est un coup de cœur !

Ma note : 5/5

"Tout le monde connait Lola" de Jonathan Mazo

Genre : Roman, Romance

Résumé :
Je m'appelle David et j'ai le moral au plus bas. Cela fait maintenant deux ans que j'erre dans ma vie au gré du vent. Et puis un jour, elle débarque dans mon quotidien, comme ça, sans crier gare. Lola qu'elle s'appelle. Et le pire c'est qu'elle prétend être ma petite amie. Tout le monde connaît Lola, alors que je suis bien placée pour savoir que cette femme m'est inconnue. Je vous laisse, je ne voudrais pas passer à côté de ma vie !

Extrait :
"Une femme, la trentaine, peut-être moins, peut-être plus, venait d'entrer dans le salon, la bouche grande ouverte, et des yeux m'indiquant que j'allais sûrement être privé de dessert.
- Mais t'es vraiment dégueulasse ! m'avait dit la voix sans nom.
J'avais recraché les restes de ma mixture alimentaire en m'apercevant qu'une femme s'était mise en travers du salon. Je m'en étais alors remis à l'instinct primaire d'un : «Bordel de merde !» Une réaction normale était-elle d'usage en ces circonstances ? Une femme débarquait chez moi sans prévenir, et s'offrait à moi comme un cadeau dont on aurait oublié le papier autour."

Mon avis :
David est un jeune écrivain qui subit la vie et son quotidien depuis deux, depuis que Marie l'a quitté. Il ne s'en remet pas et il broie du noir à longueur de journée. Un jour, une jeune femme apparaît dans son salon. Elle semble bien connaître les lieux et y a ses habitudes. Sous le choc, David n'ose rien demandé et comprend, petit à petit, que Lola est sa petite-amie depuis deux ans. Ses voisins et amis la connaissent. Tout le monde, sauf lui. Comment est-ce possible ? Peut-il réellement avoir oublié deux ans de sa vie ? David va continuer sa vie, avec Lola, comme si de rien n'était. Tout se passera-t-il sans encombre ?

David est complètement dépressif depuis que son ex l'a quitté deux ans plus tôt. Il semble vivre renfermé chez lui. Sa seule distraction est Lucien, son vieux voisin ronchon qui prend plaisir à embêter les autres locataires. David est quelqu'un d'assez triste, ennuyeux et navrant. Il est même agaçant car il se morfond à longueur de journée. Lorsque Lola débarque dans sa vie, un changement va s'opérer : d'abord minime, cela va s'intensifier peu avant la fin. Il deviendra moins pathétique, plus joyeux et optimiste. Lola est une jeune femme pleine de vie, joviale et gentille. Elle a aussi un fort caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Lucien, derrière son côté grincheux et pénible, est en fait un homme bon et prêt à rendre service.

L'histoire est racontée à la première personne, par David. C'est quasiment un monologue tout au long du livre. J'ai été surprise durant ma lecture car je ne m'attendais pas du tout au récit que j'ai lu. C'est assez particulier, atypique et déroutant. J'attendais un dénouement plus rationnel. Je n'ai pas accroché comme je l'aurais voulu. Cependant, la plume de l'auteur est très soignée. Il sait faire passer les émotions de son personnage, l'écriture est fluide avec des pointes humoristiques. On prend plaisir à le lire.

Ma note : 2,5/5

"Mortelle Adèle : La rentrée des claques" de Mr Tan & Diane Le Feyer

Genre : Bande dessinée, Humour

Résumé :
Il y a une chose que je déteste plus que le lundi matin, les haricots verts et les devoirs, c'est cette peste de Jade... et ses paillettes ! Mais ne comptez pas sur moi pour me laisser faire. Je compte bien lui montrer que l'élève la plus modèle de l'école, c'est moi !
Mortelle Adèle a enfin trouvé une bonne raison de se lever chaque matin pour aller à l'école : tenir tête à Jade et ses copines qui se croient les reines de la cour de récréation ! Et si la rentrée des classes a déjà eu lieu, les vrais problèmes ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez. Car pour Adèle, c'est bientôt... la rentrée des claques !

Extrait :
"Qu'est-ce que t'es moche...
- Tu trouves ?

- Ca devrait même être interdit, d'être aussi moche...
- ...

- C'est pas ma faute si la vérité sort de la bouche des enfants !
Mon avis :
Dans cette bande dessinée, on découvre le quotidien de la jeune Adèle : son entourage, l'école, ce qu'elle aime, ce qu'elle n'aime pas. Voici quelques personnages récurrents de ce tome :












La fillette a un caractère bien trempé et impose ses idéaux. Elle a une grande répartie et sait ce qu'elle veut.

En vraie chipie, elle fait tourner en bourrique tous ses proches, à commencer par ses parents, Geoffrey qui est amoureux d'elle, ainsi qu'Ajax, son chat. A l'école, comme à la maison, Adèle ne manque pas de réflexions. Derrière son humour noir et percutant, elle passe des messages subtiles et intelligents, notamment en ce qui concerne la condition de la femme, les filles superficielles, l'expression, etc. 

Sa franchise est à mourir de rire. Elle est très attachante et drôle. Parfois, elle est aidée par son ami imaginaire, qui  la conseille dans certaines situations, ce qui n'est pas toujours une bonne chose.


Cette bande dessinée comprend de nombreux tomes (au moins 13). Elle est composée de petits sketchs d'une page, en général. Les illustrations sont très jolies. Je n'ai pas trouvé d'âge pour la lecture de cette bande dessinée, je dirai que des enfants à partir de 8 ans peuvent la lire; avant, cela me semble un peu tôt.
NB : j'ai enlevé un demi-point car Adèle essaye de tuer son chat, et j'aime les chats... Gnark !

Ma note : 4,5/5

"Le vase rose" d'Eric Oliva

Genre : Thriller, Suspense, Policier

Résumé :
Et si votre pire cauchemar devenait réalité ? Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever. Frédéric Caussois a choisi. Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

Extrait :
"Son fils était livide, et son petit corps frêle était secoué de soubresauts incessants. Tao tremblait de tous ses membres. Son lit ressemblait à un champ de bataille où un escadron de soldats venait d'être décimé.
Son mari, complètement paniqué, tentait désespérément de le maintenir afin qu'il ne se blesse pas.
Frédéric tourna la tête vers elle.
«Appelle les secours !» hurla-t-il.
Luan se précipita dans sa chambre.
Le cœur au bord des lèvres, elle attrapa le téléphone posé sur la commode et composa le 15."

Mon avis :
La famille Caussois, composée de Luan, Frédéric et leur fils Tao, vit heureuse. Les parents travaillent, ils ont un belle maison dans les environs de Lyon. Après le repas, un soir, Fred donne son traitement à Tao, pour éradiquer un zona récurent. Une fois au lit, Tao a mal au ventre, convulse et meurt, devant les yeux de ses parents impuissants. L'autopsie révèle que l'enfant a été empoisonné au cyanure. Qui a pu faire cela ? Et pourquoi ? Le maréchal des logis Tedeski compte bien le découvrir. Cependant, les semaines passent et rien n'avance. Fred décide de mener son enquête de son côté. Cela va s'avérer plus complexe qu'il n'y parait. Jusqu'où cela va-t-il le conduire ? Découvrira-t-il enfin la vérité ?

On est plongé dans le quotidien des Caussois, et rapidement le drame survient : imprévisible, soudain et choquant. L'entrée en matière est bouleversante et on est tout de suite pris dans ce roman. Qui a pu vouloir la mort d'un enfant ? Un mort aussi violente ? Les parents sont rapidement mis hors de cause, mais la liste des suspects est très mince, voire inexistante. Les investigations piétinent complètement. Cela frustre Frédéric qui va prendre les choses en main. Il découvre des informations intéressantes qu'il partagera finalement avec Tedeski, afin d'enquêter en commun. Il faudra encore plusieurs mois, des fausses pistes et des prises de tête pour que Fred sache enfin ce qui est arrivé ce fameux soir.

A travers l'enquête de Fred, on découvrira plusieurs personnages et leurs vécus; sans le vouloir, il aidera certaines personnes à résoudre leurs problèmes. C'est notamment le cas pour Cindy, une jeune mère très touchante, sous l'emprise d'un homme violent. Le lecteur se retrouve aux côtés du héros de ce livre, et on essaye de l'aider. On ne peut s'empêcher de faire des suppositions lorsque de nouveaux éléments apparaissent. On échafaude des hypothèses, qui, pour ma part, se sont toutes révélées inexactes. J'ai donc été surprise par le dénouement de cette histoire. Il y a eu plusieurs rebondissements dans le récit; celui-ci est dynamique, il nous tient en haleine. On ne se repose pas une minute, tout comme Fred, depuis qu'il a perdu Tao. On ne peut être qu'ému face à ce père effondré. Sa femme ne tiendra pas le coup et s'effacera petit à petit, tandis que Linda, une pharmacienne, deviendra une allier précieuse dans ses recherches.

Rythmé, le roman est bien écrit. Plongé dans l'affaire du meurtre de Tao, on ne voir pas le temps passer.

Ma note : 4/5



"Rêver n'est pas un vilain défaut" de Carole Cerruti

Genre : Roman, Feel-Good, Chick-Lit, Romance

Résumé :
A bientôt trente ans, Elisabeth a des rêves plein la tête. Elle aimerait être écrivain, voudrait être un peu moins enrobée et ne plus être l'éternelle célibataire que l'on regarde avec pitié. Mais voilà, elle fait partie des femmes qui passent inaperçues. Trop c'est trop ! Invitée à la soirée de gala des anciens étudiants (qu'elle n'a pas revu depuis dix ans), elle décide qu'elle n'ira pas toute seule pour ne pas subir les moqueries de ses anciennes camarades. Il faut un petit ami, et vite. La seule solution ? Engager un acteur ! Mauvaise idée... L'homme est bien trop séduisant, charismatique et arrogant pour que leur couple soit crédible. Pour une fois, le destin n'aurait-il pas pu lui donner un petit coup de pouce ? Mais Elisabeth doit faire avec. D'ailleurs, qu'est-ce qui pourrait bien déraper ? Tout peut arriver... surtout quand on ne l'attend pas ! 

Extrait :
"Je me levai et me préparai un café bien serré, tout en avisant mon reflet dans la cafetière en inox. J'avais une sale tête; la soirée arrosée et le cauchemar avaient laissé leurs traces. [...]
Je pris ma tasse et allumai mon ordinateur tandis qu'une petite voix dans ma tête me soufflait de consulter mes e-mails.
Une petite voix accompagnée maintenant d'une grosse frayeur et d'un frisson. [...]
Non, pensai-je en tapotant mon mug du bout des ongles : je ne pouvais pas l'écouter, elle me demandait de consulter les messages envoyés.
L'absence de Kathleen. Le vin. Les rires. La photo de ce comédien.
Le.
Mail.
Elle n'avait pas fait ça !
Je cliquai sur le dessin de l'enveloppe et crachai mon café."

Mon avis :
Originaire d'Angleterre, Elisabeth (alias Liz) vit depuis quelques années à New York. Agée de 28 ans, elle travaille dans une librairie et essaye d'écrire des romans. Elle est entourée de Kathleen, sa meilleure amie, et d'Alice, sa patronne. Sa vie est très monotone : elle n'a pas de vie amoureuse et désespère d'en avoir une un jour. Alors qu'elle a le moral en berne, elle reçoit une invitation pour une réunion d'anciens élèves à laquelle elle se doit de participer puisque c'est sa belle-mère qui l'organise. Elisabeth angoisse d'avance : retour en Angleterre, revoir Trish, sa peste de demi-sœur, ainsi que ses anciens camarades qui lui ont mené la vie dure, supporter sa belle-mère Brihanna et surtout, exposer le vide qu'est sa vie. C'est alors qu'elle et Kathleen ont l'idée -lors d'une soirée arrosée- d'engager un comédien pour jouer le rôle d'un brillant petit-ami imaginaire. Elle montrerait une bonne fois pour toute qu'elle n'est pas la ratée que l'on pense. Si seulement tout se passait comme prévu...

Dans ce roman, nous découvrons une héroïne à la Bridget Jones : une femme banale qui n'a pas confiance en elle, et qui approche de la trentaine sans n'avoir vraiment rien construit de sa vie. Issue d'une riche famille, Elisabeth aurait dû devenir avocate, comme l'attendait son père et sa belle-mère; elle aurait dû avoir un mari et un enfant, comme sa demi-sœur; elle aurait dû être plus mince, elle aurait dû... ne pas être elle à en croire Brihanna, son père et Trish. Comment avoir croire en soi lorsqu'on ne répond pas aux attentes de ses proches et qu'on a l'impression de décevoir ? Pour échapper à ces jugements et à une déception amoureuse, Liz est partie d'Angleterre pour s'installer à New York.
Face à ce vécu, elle ne peut que paniquer à l'idée de retrouver tout ce petit monde qu'elle a fui. Il est impensable pour elle d'être une fois de plus la risée de sa famille et de ses camarades. C'est donc accompagnée d'un comédien qu'elle fera son retour aux sources. Aux côtés d'un bel étalon, elle en surprendra plus d'une, et comptera bien rendre son ex jaloux. Tout ne se passera pas comme prévu, évidemment, Elisabeth tombera sous le charme du beau jeune homme, qui n'est pourtant là que pour jouer un rôle...

Liz est très attachante : il est très facile de se reconnaître en elle car elle ressemble à beaucoup de femmes. En effet, comme beaucoup, elle n'a pas confiance en elle, elle se trouve trop grosse, pas séduisante. Elle est gentille, drôle et généreuse; pourtant, elle se dévalorise tout le temps.  Seules Alice et Kathleen soutiennent Elisabeth dans son projet de devenir auteure, l'encouragent à sortir et lui disent qu'elle est jolie.
En Angleterre, Elisabeth pourra aussi compter sur sa grand-mère, une vieille femme touchante et de bons conseils. En revanche, Trish et Brihanna sont plutôt détestables; et le père de Liz est effacé. Le séduisant comédien ne fera pas du charme qu'à Liz, puisqu'on fond littéralement pour lui.

A la façon des comédies romantiques, on est complètement transporté dans cette histoire émouvante. Elle est racontée à la première personne, du point de vue de Liz, ce qui nous permet de percevoir ses émotions : joie, peine, doute, tristesse,... On se sent très proche d'elle. Captivant, le récit est agréable à lire, dynamique et riche en sentiments. J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a fait passé un moment enchanteur*. C'est un coup de cœur !

* et d'un... ! ;-)

Ma note : 5/5

"Le journal d'Aurore : rien de va plus !" de Marie Desplechin & Agnès Maupré

Genre : Bande dessinée, Journal

Résumé :
J'aimerais bien qu'ils me regardent assez pour me trouver personnellement atroce. Au moins, j'aurais l'impression d'exister. Là, c'est comme si j'étais transparente.
Contradictoire, désabusée, touchante et exaspérante, Aurore mène une existence d'une platitude extrême et tient à nous le faire savoir ! 

Extrait :
"Chère Madame Ancelin,
Je n'ai pas eu le temps de vous dire au revoir à la fin du collège parce que j'avais beaucoup de soucis. C'est donc la raison pour laquelle je vous écris, pour vous dire au revoir, et aussi que j'ai eu mon brevet avec une mention bien. Je ne suis pas complètement idiote, je sais très bien que sans vous, je n'aurais pas eu de mention, et même pas de brevet du tout. Vous êtes un professeur très bizarre pour un professeur, et surtout pour un professeur de maths, ce qui fait que j'ai eu de la chance de vous rencontrer, parce que je me sens très bizarre aussi.
J'ai l'impression que les professeurs de lycée n'ont rien de bizarre, ce qui fait que je n'ai pas très envie d'aller au lycée. Mais j'irai quand même, ne soyez pas inquiète, de toute façon je n'ai pas le choix.
J'espère vous revoir un jour, ce qui prouve que j'ai au moins une ambition dans la vie."

Mon avis :
Nous reprenons l'histoire où elle s'est arrêtée dans le tome 1 : Aurore vient de passer son brevet, elle participe à ses premières soirées et a rencontré le frère de son ami Samira. Le brevet en poche, Aurore va découvrir, après l'été, sa première année de lycée. Ses résultats ne seront pas encore glorieux. Avec ses ami.e.s, ce n'est toujours pas simple, elle voit beaucoup moins Lola, sa meilleure amie.
Avec sa famille, c'est toujours compliqué, d'autant qu'elle ré-emménage chez ses parents, après avoir passé plusieurs mois chez ses grands-parents. Elle décide de faire des efforts pour améliorer les relations, notamment en se montrant plus joviale.

La grande nouveauté est qu'elle va intégrer un groupe de rock, et qu'elle chantera ses compositions personnelles.
Aurore évolue dans ce second opus. On la voit grandir, notamment parce qu'elle devient tata, qu'elle entre au lycée, et elle prend confiance en elle en faisait partie de son groupe de musique. Elle a toujours son caractère bien trempé mais semble davantage ouverte aux autres. Comme toute adolescente, elle garde des préoccupations de son âge : amitié, amour, sont les thèmes récurrents.

Aurore est touchant et plus plaisante dans cette histoire, car elle pleurniche un peu moins, elle ne se remet pas perpétuellement en question, et se montre moins froide avec son entourage. Elle devient adulte. Ses maladresses sont toujours présentes et drôles. 
On prend toujours plaisir à découvrir son quotidien. Mon seul regret est que son journal s'arrête brutalement. J'aurais bien voulu en savoir encore plus : ce qu'elle devient, ses amis, sa famille,...

Ma note : 4/5

"Les indignes" de Loli Artésia

Genre : Nouvelle, Thriller, Horreur, Suspense

Résumé :
Un à un, ils s'apprêtent à pénétrer dans la grand bâtisse de l'auteur. Celle-ci, qui n'a décidément pas le sens commun, a trouvé que c'était là manière réjouissante de commencer son recueil d'indignités. Les réunir en un même endroit, tous ces personnages qui vont se succéder au fil des pages. L'idée lui est venue en passant l'aspirateur.

Extrait :
"La voilà projetée dans l'atmosphère calfeutrée de sa bibliothèque fictive. Installée dans un fauteuil matelassé de velours, elle saisit sa plume, la trempe dans l'encre.
De l'autre côté de la porte, les personnages s'impatientent. Certains commencent à trépigner, à souffler, d'autres regardent leur montre, d'autres encore dévisagent leur curieux voisins. [...]
Chacun se demande ce qu'il peut avoir en commun avec les autres. Chacun tente d'imaginer ce que lui réserve l'auteur.
Dans sa bibliothèque, celle-ci esquisse de sa plume un geste impérieux dans le vide et, avec des allures orgueilleuses de chef d'orchestre, s'exclame :
«En piste !» 
Un à un, entrent les personnages."

Mon avis :
L'auteure se pose pour écrire. Elle a en tête ses idées, ses personnages. Ils sont là, tous. Elle n'a plus qu'à mettre les mettre en scène. Ce livre est un recueil de seize nouvelles sombres (court résumé de chacune en dessous). Elles ont toutes le point commun d'être basées sur un problème psychologique : un trouble, une maladie,... tout cela mène (parfois) à des drames.
Prenantes, les histoires s'avèrent saisissantes, inquiétantes et surprenantes. Le trouble s'insinue progressivement, on se prend rapidement au jeu de l'auteure en essayant d'imaginer ce qu'elle réservera à son prochain personnage. Plusieurs fois, j'ai été même plus indigne qu'elle pour certains. Les récits sont courts, efficaces et percutants.

Le thème de la maladie psychologique fait peur, surtout quand on pense à ses conséquences : passage l'acte, meurtre, folie,... C'est donc avec angoisse que l'on découvre ce recueil : Louis, Blandine, Mélusine, Bébert, Cat, Silvia,... tous passeront entre la plume impitoyable de l'auteure, pour notre plus grand plaisir... Les personnages sont touchants pour la plupart, mais parfois perturbants et étranges. Quelques fois, ils nous trompent et s'amusent de nous; d'autres fois, ce sont eux qui se font avoir. On ressent leurs émotions : doutes, peur, joie, tristesse,... on a l'impression d'être en huis clos avec eux et l'auteure.

Parmi les différents textes, j'ai préféré Cat, La désenfentée et Les jupons multicolores qui m'ont plus marquées que les autres. Ce livre est agréable à lire. J'ai bien aimé que les nouvelles soient reliées par le fil rouge de l'auteure qui écrit les nouvelles, c'est original.

1. L'imprudence : Louis, étudiant, prend le volant après une soirée arrosée. Il se réveille dans sa voiture accidenté sans souvenir...
2. Cat : Cat se rend au café tous les jours après le travail. Un jour, elle a la curieuse impression qu'un homme s'intéresse de trop près à elle...
3. Vingt centimes : Alan se conduit comme un SDF la journée en demandant quelques centimes pour un café. Pourquoi semble-t- il tourmenté ?
4. La vie arc-en-ciel : Léa est une jeune femme qui aimerait profiter de la vie, mais elle est aux petits soins pour sa meilleure amie qui est dépressive.
5. Les mots des autres : Philippe est un biographe qui tente d'écrire un roman.
6. La désenfantée : Silvia est une jeune maman célibataire qui tente de mener sa vie du mieux qu'elle peut.
7. Tout va bien : Un agent immobilier a une vie absolument parfaite : travail, famille, maison... Une vie si lisse ne cache-t-elle rien ?
8. Merlu : Mélusine est une ado tourmentée, atteinte de TOCs. Elle tente de se soigner.
9. Est-ce aimer ? : Louise se confie à son amie sur son mal-être, mais Margaux a la langue trop pendue...
10. Misère et bulle de rhum : Bébert est clochard à Strasbourg, mais tous les week-end, il abandonne ses compagnons de fortune : où va-t-il donc ?
11. Spleen Tramway : Une bande d'amis sort. Elle et Lui se regardent, s'apprécient, peut-être le début de quelque chose entre eux...
12. Le crocodile : Nilda conduit sa mère aux urgences, il patiente, longtemps... La peur monte, il n'a pas de nouvelle d'elle...
13. Les jupons multicolores : Les gendarmes sont appelés à intervenir chez une famille ordinaire, un drame s'est produit...
14. Vieille bourrique : Un vieil homme se confie à sa femme sur sa jeunesse et leur vie.
15. La hache : Une mère raconte à sa fille l'histoire de sa grand-mère qui était atteinte de démence sénile assez jeune.
16. Salope : Un homme célèbre enchaine les conquêtes d'un soir après les concerts, des femmes sans importance, mais l'une d'elles le marquera à tout jamais.

Ma note : 4,5/5

Service Presse

"Le journal d'Aurore : jamais contente... toujours fâchée !" de Marie Desplechin & Agnès Maupré

Genre : Bande dessinée, Journal

Résumé :
Jeune fille seule comme un rat, affligée d'un physique monstrueux et d'une famille ennuyeuse, certainement athée, probablement lesbienne, cherche jeune homme pour l'aimer à la folie...
Ado moyenne d'une famille moyenne, Aurore a une vie dramatiquement lamentable, probablement ratée... En pire !

Extrait :
"C'est clair : tout le monde écrit son journal, spécialement les filles moyennes, je le sais. Moi aussi, je passe par le rayon livres en entrant au supermarché. Le plus dingue, c'est que les bouquins sont publiés. Passez du rayon livres au rayon films, et là, tapez-vous la tête contre les murs : y'a des types pour en faire des films. Je me demande quel genre de film on peut faire avec une vie où il ne se passe rien. Genre la mienne. Une sorte de documentaire animalier, j'imagine. La vie du rat-taupe sur les plateaux d'Abyssinie en moins palpitant."

Mon avis :
Aurore, une jeune fille en pleine adolescence, se décide à écrire un journal intime pour y confier sa vie. Elle se rend vite compte que son quotidien est très banal. Elle se trouve elle-même peu intéressante, encore moins jolie. Pourtant entourée de sa famille, elle ne verra que le négatif : ses parents stricts, ses sœurs agaçantes, surtout Sophie, sa petite sœur parfaite...
Les tensions seront sont omniprésentes avec ses parents : elle se sent incomprise. Avec ses amies, ce n'est pas beaucoup mieux : Lola sa meilleure amie ne pense qu'à elle, et Samira est une madame je sais tout. Mais elle peut quand même compter sur elles pour lui remonter le moral.
Au collège, elle est en 3ème et ce n'est pas la joie : ses notes ne sont pas très bonnes. Bref, Aurore est une adolescente en pleine crise : parfois agaçante, elle boude et pleurniche; souvent touchante, elle est gentille et manque cruellement de confiance en elle.
Nous suivons Aurore durant un an et demi dans ce premier volume. Elle raconte jour après jour ses joies, ses peines; elle nous fait part de ses doutes et interrogations. A travers l'histoire, plusieurs sujets sont abordés, parfois avec humour : le physique, l'orientation sexuelle, l'amitié, l'amour durant l'adolescence.

Aurore est attachante et ressemble à beaucoup d'adolescentes, elle a des préoccupations de son âge. Les lect.rices.eurs du même âge pourront sûrement s'identifier à elle, les adultes se reconnaitront avec du recul; les parents de jeunes enfants vont prendre peur (haha...), tandis que ceux qui ont déjà des adolescents y verront peut-être les leurs...

On passe un bon moment en compagnie d'Aurore. L'histoire est réaliste et bien illustrée. J'ai apprécié la mise en page : les chapitres sont des mois, on se repère facilement dans le temps.

Cette BD, en deux volumes, est l'adaptation des romans de Marie Desplechin Le journal d'Aurore :
Ma note : 4/5

"Chicago Requiem" de Carine Foulon

Genre : Roman, Thriller, Suspense, Romance

Résumé :
Chicago, années folles...
Sur la scène d’une ville en proie à la corruption, acteurs et gangsters se côtoient.
William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. Il aide son épouse, Susan, à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition. La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone. Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

Extrait :
"- Vous voyez Chicago comme un théâtre ? Je vois cette ville comme un bouge infâme où on peut se recevoir une balle à tout moment. J'emploie des détectives, des hommes de main, des gardes du corps parfois, mais cette ville me fait peur. "

Mon avis :
Chicago, dans les années 1920. William et Susan Henderson vivent au manoir familial Henderson. William gère l'héritage de cette grande famille du mieux qu'il peut, en tentant de mettre de côté le mouton noir de celle-ci : Meredith, sa sœur. Elle a en effet passé cinq années en prison à cause de crimes commis plus jeune. Malgré la relation fusionnelle qu'il existait entre Meredith et William, ce dernier n'a eu d'autre choix que de témoigner contre sa sœur à son procès. Elle prépare une vengeance depuis un moment. Elle veut faire payer tous ceux qui lui ont fait du mal, à commencer par Susan, puis Rose - une cousine -, et encore bien d'autres. Pour cela, elle s'est rapprochée de la mafia, et a tissé sa toile tout autour de ses cibles. Parviendra-t-elle à ses fins ? Comment finira la lignée Henderson ?

La famille Henderson est très riche. Les grands-parents ont des affaires prospères depuis des années. Dans ce roman, nous suivons la génération des petits-enfants : William, Meredith, Rose, Clarence et Richard; ainsi que leurs épou.ses.x. Si la majorité s'en est plutôt bien sortie, Meredith elle, a mal fini. Elle tient pour responsables son frère, ainsi que ses cousin.e.s de son emprisonnement. Mariée à un bandit qui a des liens avec la mafia, elle va mettre en place un plan pour se venger de sa famille. William, qui la connaît bien, la fait surveiller par un détective privé, mais ce ne sera pas suffisant pour empêcher la femme de nuire. 
A travers des bonds dans le passé, nous découvrons l'histoire de cette grande famille, notamment comment chaque personnage a évolué vers sa situation actuelle.
Nous revivons la période 1920 : le banditisme, l'évolution de la condition des femmes, la non-mixité sociale,... A travers une saga familiale complexe, on effectue une remontée dans le temps intéressante et instructive.

Le roman débute avec un organigramme de la famille Henderson qui a son utilité pour se repérer entre tous les personnages. Ils sont en effet relativement nombreux, et ce n'est pas évident de se repérer entre tous au départ. Une fois lancé dans la lecture, il n'y a pas de souci.
Chaque personnage est bien décrit, on apprend à connaître son passé, son caractère, son quotidien. On découvre des protagonistes concrets, qui transmettent des émotions diverses. William, Susan et Meredith sont les principaux personnages. Meredith est complètement antipathique, elle semble plongée dans une folie meurtrière et perverse. Je ne me suis pas davantage attachée à Susan et William, qui ne m'ont pas touchée. Susan est un peu trop geignarde; William naïf, même s'il ne manque pas de courage. Richard est désagréable et mauvais. J'ai préféré Rose et Edward, qui sont plus authentiques et joyeux. 

L'histoire est plaisante même si elle ne m'a pas complètement emballée : elle m'a parut un peu longue et manquait un peu de rythme. Cependant, la plume de l'auteure m'a beaucoup captivée. Elle est en effet très soignée : les situations et surtout les personnages sont très détaillés. Cela rend le récit très vivant et réaliste. On s'imagine très bien les événements relatés dans le livre, comme si on les voyait défiler en les lisant.

Ma note : 3/5