"Une petite voix me disait de maigrir encore" de Solène Revol

Genre : Témoignage

Résumé :
« Je me dirige vers la balance : 33,8 kilos. J’ai encore perdu du poids, une partie de moi est satisfaite. Mais je suis triste aussi : si je continue à perdre, je vais rester longtemps à l’hôpital. Or je dois passer mon bac… J’ai l’impression que la maladie me dévore. Qu’il ne reste presque plus rien de moi. Pourquoi suis-je si contente de maigrir encore ? ».

Pendant près de deux ans, Solène connaîtra l’enfer de l’anorexie. Dans ce journal intime, elle raconte ce « monstre » qui s’invite à chaque repas et l’empêche de se nourrir : une petite voix obsédante qui lui renvoie l’image d’une fille « nulle », « énorme », « immonde ».
À force de ténacité, d’amour des siens, d’accompagnement du corps médical, Solène finira par retrouver confiance en elle et goût à la vie. Une libération dont cette jeune fille rayonnante, aujourd’hui étudiante, souhaite témoigner pour toutes les autres.

« J’aimerais que ce livre aide les adolescents à mieux s’accepter, à lâcher prise. Qu’il encourage aussi les parents à demander de l’aide aux premiers signes de la maladie. L’anorexie est un cauchemar. À tout moment de la journée ou de la nuit, on se retrouve en détresse, seule, perdue… au bord du gouffre. » 
        
Le témoignage bouleversant d’une guérison. Un magnifique message d’espoir.

Extrait :
"Tout ce que je veux, dans le fond, c'est garder la maîtrise de quelque chose et ne pas, là encore, me sentir dépassée par les événements.
Et si c'est aussi important pour moi, c'est parce que, contrairement à ce que je pensais, je me rends bien compte que je n'ai plus aucun contrôle sur ma vie et sur mon corps. C'est un véritable échec… Ce mal-être constant que je ressens me prouve bien que j'ai encore un bon bout de chemin à parcourir avant de m'accepter. Je suis un peu perdue… C'est comme si tous mes efforts ne servaient à rien. J'ai l'impression que tout m'échappe."

Mon avis :
Solène est une adolescente comme les autres : elle vit avec ses parents et son frère, elle a plusieurs amies au lycée, elle a des amourettes; c'est une excellente élève qui pratique également le basket. Pourtant, à 15 ans, sa vie va doucement basculer dans l'enfer. Comme les filles de son âge, elle se compare aux autres : unetelle est plus jolie, plus mince; sous entendu qu'elle-même n'est pas intéressante, ni attirante. Dans sa tête, une voix s'insinue, un monstre grandit et s'empare de son esprit qui la manipule pour la pousser dans une illusion de la perfection : être mince. L'anorexie vient de s'introduire dans son quotidien... 

D'abord de façon discrète, les changements sont minimes : juste un peu plus de sport, un peu moins de gâteau; juste ce qu'il faut pour perdre deux kilos avant l'été. Ensuite, la pression s'intensifie : plus de restrictions, toujours plus de sport pour continuer à perdre encore un peu, pour la rendre encore plus mince et jolie. Enfin, l'emprise devient totale : l'anorexie a complètement pris le dessus sur Solène, elle ne contrôle plus rien; incapable de se nourrir, elle se rend compte qu'elle est en difficulté et qu'elle a été trop loin. La honte et la peur l'envahissent, elle se sent perdue et ne sait plus quoi faire.
Lorsque ses parents sont mis au courant, toute la cellule familiale s'en trouve bouleversée. Solène doit guérir, et pour cela, elle doit être hospitalisée. L'anorexie mentale est une maladie grave, mais dont on se sort avec du temps et de l'aide. La jeune femme va faire tout ce qu'elle pourra pour s'en sortir, même si c'est loin d'être facile tous les jours.

Dans le récit, Solène retrace toute son histoire, depuis les prémices de la maladie, jusqu'à sa guérison. Nous ressentons ses émotions, ses doutes et ses angoisses; mais surtout nous entrons à ses côtés dans cette spirale infernale. Nous trouvons également le point de vue de certains de ses proches : Isabelle et Gilles, ses parents; mais aussi son amie Coralie. Cela nous permet de comprendre la souffrance et l’impuissance qu'ils ont pu ressentir. Durant son séjour à l'hôpital, Solène a sympathisé avec d'autres adolescentes victimes, elles aussi, d'anorexie : Lilou et Anna. On se prend d'affection pour ces jeunes femmes, tout en se demandant si elles ont suivi le chemin de Solène...

Ce livre est un témoignage poignant sur l'anorexie mentale, qui cause des ravages sur la santé physique et psychologique de la personne atteinte; et également des souffrances pour les proches, notamment les parents qui remettent en question leur quotidien et leur éducation. Ils se sentent fautifs et pensent avoir manqué quelque chose; surtout, ils s'en veulent de n'avoir rien vu. 
Ce qui marque dans cette maladie, et qui est justement mis en avant dans ce témoignage, c'est cette obsession du contrôle et de la perfection : vouloir tout gérer au mieux pour ne pas décevoir; garder la maîtrise à tout prix, comme si notre bonheur ne dépendait que de cela. Mais il n'en est rien : personne n'est parfait, nos vies ne le sont pas; c'est important de s'accepter tel que l'on est, et d'oublier le regard des autres.
"Etre heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections" - Aristote
Je ne suis pas novice sur le sujet de l'anorexie, j'ai pu voir plusieurs reportages, et lu un autre témoignage; j'ai surtout été un jour à la place de Coralie. A l'époque, j'ai été complètement démunie et dépassée. La maladie nous désarme, on s'inquiète sans savoir comment agir. Ma Solène s'en est sortie et elle vit aujourd'hui très heureuse; c'est tout ce que je peux souhaiter à toutes celles (et tous ceux) qui sont confrontées à l'anorexie.

Ma note : 🌑🌑🌑🌑🌑

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire