"J'arrête quand je veux !" de Coralie Khong-Pascaud

Genre : Roman, Romance, Feel-Good, Chick-Lit

Résumé :
À 28 ans, Élisa est comblée  : un job de rêve dans une grande maison d'édition, un gentil fiancé, Hugo, qui lui cuisine de bons petits plats (ou presque), un chat légèrement caractériel et des milliers de followers sur les réseaux sociaux. Que demander de plus  ?
Sa vie est parfaite jusqu'au jour où Hugo l'accuse de préférer son smartphone à lui, son merveilleux fiancé. Il faut dire qu'Élisa est vraiment accro  : au réveil, son premier geste est de regarder ses notifications, à midi, elle instagramme son déjeuner et le soir, elle lit les commentaires indispensables de ses « amis ».Exaspéré, Hugo lance un ultimatum  : elle doit choisir entre cet objet de malheur et lui  ! Mais comment vivre sans téléphone, ne serait-ce que pour se souvenir de ses rendez-vous  ? La vie d'Élisa va prendre un tournant insoupçonné car, par amour, la jeune femme est prête à tout. Vraiment tout...

Extrait :
"- Je te préviens Élisa. Il va falloir choisir : c'est ton téléphone... ou moi !
Je manque de tomber de ma chaise.
- Pardon, tu peux répéter ?
- Tu m'as très bien entendu !
- Mais c'est complètement ridicule !
- Non ça ne l'est pas. Cet engin nous pourrit le quotidien et tu ne t'en rends même pas compte. Tu n'es pas capable de le gérer comme une personne normale, tu es complètement accro et je ne peux plus le supporter !
- Tu plaisantes là...
- Non. Ce sera vraiment lui ou moi. A toi de voir."

Mon avis :
Dans ce roman feel-good, nous rencontrons Élisa, une jeune femme de 28 ans qui travaille dans une maison d'édition. C'est une working girl studieuse qui adore son smartphone et les réseaux sociaux. Mais elle les aime TROP au goût de son amoureux, Hugo, qui ne supporte plus le temps qu'elle passe avec son téléphone. Il en vient à lui poser un ultimatum qu'elle finira par accepter. Que va-t-elle devenir sans smartphone ? Entre maladresses, oublis et état de manque, Élisa n'est pas au bout de ses peines. Elle va, tant bien que mal, essayer de (sur)vivre. 

Élisa se retrouve dans des situations hilarantes. Elle nous raconte son quotidien avec beaucoup d'humour. La narration est faite à la première personne, ce qui nous permet de nous assimiler à l'héroïne. Elle est très attachante et pétillante. On prend plaisir à l'accompagner dans son défi; on ressent ses joies, ses peines et ses doutes. On s'identifie facilement à elle : on se retrouve tous plus ou moins dans le personnage accro à son téléphone. C'est une réalité qui n'est pas toujours une bonne habitude, puisqu'elle nous éloigne de nos proches et nous empêche de réellement profiter des moments présents.

J'ai beaucoup aimé toutes les références à la TV, au cinéma, ou encore à la lecture (Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, Desperate Housewifes, Disney, etc.). Cela m'a encore plus rapproché du personnage d’Élisa. L'ambiance de ce livre m'a fait penser à un croisement entre Bridget Jones et Le diable s'habille en Prada. C'est drôle du début à la fin.

Le livre est très bien écrit : on se représente avec facilité toutes les situations décrites dans l'histoire.  Par exemple, dans les premières pages, on découvre une scène où Élisa est poursuivie par un coq en rase campagne, j'avais vraiment l'impression d'assister à ce moment !
La lecture est très agréable et prenante. Le récit est très rythmé, on est entraîné au fil des pages avec Élisa. On ne voit pas le temps passer, ce roman nous fait passer un excellent moment.

Ma note : 5/5
Couverture de la version antérieure auto-éditée :
Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2CxAZrC

2 commentaires:

  1. J'ai vaguement entendu parler de ce roman et je dois dire que le résumé me tente beaucoup ! Je l'ajoute à ma longue wishlist et je verrais bien quand je le passerais dans ma PAL ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, il est très drôle et divertissant :-)
      Dès le début du livre, l'héroïne se fait attaquer par un coq, ça donne envie de savoir comment elle en est arrivée là... LOL

      Supprimer