"Etat d'ivresse" de Denis Michelis

Genre : Roman, Drame

Résumé :
La mère d'un adolescent, en état d'ivresse du matin au soir, se trouve en permanence en errance et dans un décalage absolu avec la réalité qui l'entoure. Epouse d'un homme absent, incapable d'admettre sa déchéance et plus encore de se confronter au monde réel, elle s'enferme dans sa bulle qui pourtant menace de lui éclater au nez. Etat d'ivresse brosse le portrait d'une femme brisée qui, en s'abîmant dans l'alcool, se fait violence à elle-même.

Extrait
"Il ne me reste plus qu'à prendre mon élan, qu'à courir pour sortir de cette maison et ne plus jamais y revenir. Mais quelque chose m'en empêche, et cette chose se trouve là, à mes pieds : mon verre tulipe."

Mon avis
Une femme, dont nous ne connaissons pas l'identité, détaille quelques jours de sa vie. Pigiste pour un magazine de psychologie, elle travaille depuis chez elle. Mais son quotidien est devenu compliqué depuis quelques années, à cause de l'alcool qu'elle consomme en excès. Elle erre dans sa maison, boit, essaye de se souvenir de ce qu'elle doit faire ou de ce qu'elle a fait. Son fils Tristan, 17 ans, ne se sent plus à sa place. Partagé entre l'amour pour sa mère et la haine qu'il ressent envers l'alcoolique qui a pris possession de la femme, il est de moins en moins chez eux, même s'il tente toujours de la faire réagir. 

Dès les premières lignes, on est plongé dans un état de confusion à l'image de l'héroïne. La femme effectue un monologue et se perd dans l'espace spacio-temporel. Elle se parle à elle-même. Elle semble complètement dépassée et perdue, mais elle est dans un déni profond. Elle ne comprend pas où est le problème, pourquoi sa voisine Célia n'est plus son amie, pourquoi elle n'a plus de voiture, où est son mari, quel papier elle doit rendre à François ?... De trous noirs en accès de colère, en passant par des états végétatifs, on assiste impuissant à cette déchéance. La femme fait pitié, elle est malheureuse, elle (se)  ment, elle est souvent hors de la réalité. La situation met mal à l'aise, tout comme elle nous rend triste ou nous agace.

Dans une ambiance glauque, on écoute cette femme à travers son récit décousu. Son esprit est brouillé, elle nous emporte dans ses pensées : on a vraiment l'impression d'être dans son corps. Contrairement à elle, on discerne le mal-être de Tristan, de Célia et de son mari. Ils souffrent tous de la maladie, pas seulement elle. On ne connait pas l'origine de son mal, mais les conséquences sont terribles. Elle a détruit sa santé, sa famille, sa relation mère/fils et se coupe peu à peu du monde. Son entourage a honte d'elle, elle renvoie une image pitoyable. Malgré tout, ils essayent d'être à ses côtés pour qu'elle se sorte de cette spirale qui la met de plus en plus en danger. 

L'auteur décrit très bien les émotions et l'état de misère, voire de folie, dans laquelle la femme s'est enfermée. Elle semble être très atteinte par la maladie : violences, amnésies, dialogue à elle-même comme si c'était une autre personne... Cela fait froid dans le dos. Le récit est très réaliste. On se sent happé par le roman : à certains moments, on a envie de secouer cette femme, à d'autres on la déteste pour ce qu'elle fait. Le livre est très bien écrit. Poignant, il est agréable à lire.

Ma note : 4/5

Intéressé.e par livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2CsOxCn


Via Masse Critique - Babelio

"Mon ombre assassine" d'Estelle Tharreau

Genre : Roman, Thriller

Résumé :
En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. 
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

Extrait :
"Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non que je sois inquiète, il m'a trop souvent éprouvée pour que j'aie encore peur de lui. Je suis confiante : ils ne trouveront rien, car, mise à part cette erreur, j'ai toujours veillé à ne jamais semer de petits cailloux sur mon chemin. J'attends simplement que les juges ne se trompent pas sur la qualification de ce qu'on me reproche : ce que je vais faire de mon temps en dépend."

Mon avis :
Nadège est une jeune institutrice intègre, bienveillante et douce. Ceci est l'apparence qu'elle donne au monde extérieur : à ses proches, à ses élèves et à leurs parents. En fait, Nadège est une personne malveillante, manipulatrice et sans scrupule. Elle se retrouve en prison car, en légitime défense, elle a tué un homme. Ceci est la version de son avocate et celle que tout le monde croit. La réalité est tout autre, et Nadège nous la livre au fil des pages : froide, sordide, inimaginable.

Ce roman nous plonge dans les pensées de Nadège qui nous raconte son histoire. Comme une confession, elle retrace son enfance : misérable, pauvre et sans amour. Délaissée par sa mère et son père, elle est livrée à elle-même. Elle lutte pour survivre aux assauts meurtriers de sa mère dépressive qui donne naissance à une autre sœur handicapée. Seul son grand frère, Julien, est bien loti : en permanence avec son père dans l'atelier familial, il bénéficie d'une vie paisible et choyée. Nadège se sent différente depuis qu'elle est toute petite. Elle semble être dotée d'une intelligence au dessus de la norme, mais elle a aussi depuis très jeune un comportement psychopathe. Elle teste les limites du bien et du mal, elle calcule les risques encourus et a très rapidement envie de passer à l'acte. Avant de tuer, elle va commettre des violences, souvent dissimulées. Elle est dépourvue de sentiments : elle n'aime personne, pas même sa propre famille qui sera son premier terrain de chasse, à commencer par sa sœur qu'elle nomme toujours le monstre. Adolescente, elle tuera pour la première fois, et ne s'arrêtera pas là. Très bonne comédienne, elle usera de son pouvoir pour assouvir ses noirs désirs.

La personnalité de Nadège est à la fois fascinante et abominable. À la limite du supportable, on découvre les envies de cette femme, son mode de fonctionnement. Dans une atmosphère glauque, on est en immersion dans la vie de Nadège : c'est choquant, répugnant mais tellement prenant. L'auteure a su donner vie à cette tueuse en série, on se sent happé par ce personnage criant de réalisme. Cela est accentué par les documents intercalés avec le journal intime de Nadège : il y a des extraits d'auditions (de Julien, de parents d'élèves, de collègues,...) et aussi des articles de journaux qui relatent l'avancée de l'affaire. J'ai également apprécié le prologue qui apporte des éléments sur le profil des tueuses en série; ceux-ci sont issus de réels ouvrages. C'est très instructif et cela nous même dans l'ambiance.

Ce livre m'a rappelé une ancienne lecture : La première fois j'avais 8 ans de Sandrine Lamoureux. J'ai retrouvé la même noirceur, le même dégout du personnage principal et aussi le même attrait de le découvrir et de lire jusqu'au bout de quoi il est capable. Le dénouement, incertain jusqu'aux dernières pages, a répondu à mes attentes. Le récit est calme, lent et pourtant infâme : Nadège parle de ce qu'elle fait, comme elle raconterait ses dernières vacances. On est comme hypnotisé : même si c'est terrible, on continue de lire. Le roman est bien structuré. L'auteure a écrit de façon très soignée. En bref, cette lecture est horriblement agréable.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2He75vL

"Dis-moi pourquoi" de Ninon Amey

Genre : Roman, Romance

Résumé :
Sarah, dévouée à ses amis comme à sa famille, peine à trouver sa place dans la vie. Son seul plaisir : s'échapper de la réalité grâce aux romans qu'elle doit lire dans le cadre de son travail.
Axel fait de son mieux pour gérer les soucis du quotidien et affronter un passé douloureux dont les souvenirs refont surface. La musique est son seul exutoire.
Leur rencontre les aidera-t-elle à affronter leurs propres traumatismes pour se réconcilier avec la vie, mais surtout avec eux-mêmes ?

Extrait :
"Les mecs, très peu pour moi ! Tout du moins ceux qui pensent qu'ils ont tous les droits. À vrai dire, je n'en ai pas encore rencontré beaucoup qui considèrent les femmes de la façon dont j'aimerais qu'ils le fassent, avec tendresse et respect, entre autres. Peut-être qu'un homme comme ça, ça n'existe pas, ou seulement dans les contes de fées. Ou alors ils sont déjà pris... C'est la faute à tous ces films romantiques, aussi ! Et à tous ces romans à l'eau de rose. Bon, il faut dire que si j'en lis autant, c'est parce que c'est précisément mon boulot. Je travaille dans une maison d'édition, et je dois lire une multitude de manuscrits pour trouver celui qui va sortir du lot. Et forcément, à lire des histoires d'amour extraordinaires, on se met à espérer..."

Mon avis :
Sarah, 24 ans, travaille dans une maison d'édition et cherche la perle rare parmi les manuscrits qu'elle reçoit. Elle vit dans un petit appartement et elle est entourée par ses amies Tania et Elodie. Celles-ci sont toutes les deux en ménage et l'une a des enfants. Jennifer, la petite sœur de Sarah, est sur le point de présenter à sa famille son petit-ami. Au milieu de tout cela, Sarah se sent à part : elle est seule et ne semble pas accorder sa confiance aux hommes. À la fin d'une soirée filles, Sarah rencontre Axel, barman, musicien et étudiant. Ils se sentent immédiatement attirés l'un par l'autre. L'histoire pourrait être simple, mais un week-end en famille va tout compliquer... 

Sarah est une jeune femme attachante. Fragile, elle est sensible et manque de confiance en elle. Elle n'ose pas s'affirmer : ni au travail, ni dans sa famille. Elle essaye de faire ce qu'on attend d'elle, au détriment de ses propres envies. Sa rencontre avec Axel va tout chambouler. Elle imagine que l'amour avec un grand A est enfin là pour elle, qu'elle va pouvoir connaitre aussi le bonheur de la vie de couple. Mystérieux, le bel Axel est solitaire : il ne veut pas s'investir dans des histoires de cœur et n'arrive pas à se projeter dans une vie amoureuse à cause d'un passé qui le torture. Tout est remis en question lorsqu'il rencontre Sarah. Ils hésitent à se lancer : sont-ils prêts ? Que risquent-ils ? Et alors que tout leur semble possible, la vie se joue à nouveau d'eux. Heureusement pour eux, ils sont bien entourés. Axel peut compter sur Pierre, son colocataire qui le soutien à sa manière; Sarah a ses deux amies et son cousin Thomas qui sont présents dès qu'il le faut.

La situation dans laquelle ils se retrouvent est particulière, presque amusante et pourtant injuste. On ressent beaucoup d'émotions : mélancolie, joie, doute, colère... Le récit nous permet d'être proche de Sarah mais aussi d'Axel, car il est raconté à la première personne du point de vue des deux protagonistes. J'ai aimé avoir les ressentis de chacun et comprendre ce qu'ils pensent, mais aussi observer leur évolution. Sarah va devenir plus piquante et s'imposer; tandis qu'Axel décidera d'affronter les démons du passé pour construire un avenir sereinement. 

L'histoire est une comédie romantique comme on en voit à la télévision, mais elle n'est pas linéaire : tout n'est pas toujours « tout beau tout rose ». En effet, il y a des rebondissements à plusieurs reprises qui dynamisent le récit et nous captivent. Le dénouement est satisfaisant, bien que facile à deviner. Cela reste appréciable malgré tout. J'ai bien aimé les citations en début de chapitres, particulièrement celles issues de romans de Guillaume Musso et Marc Levy. La lecture est plaisante. L'auteure a une plume fluide, agréable et sait nous entraîner dans cette jolie romance. J'ai eu l'occasion de lire deux autres de ses romans (Tout recommencer à zéro et Tout reprendre au début), celui-ci est mon préféré.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Cc5S2d


"Je te hais" de Gilles Caillot

Genre : Roman, Thriller, Policier, Suspense

Résumé :
Flic tourmenté, le capitaine Marc Kasowski aimerait pouvoir tirer un trait sur les horreurs de son passé. Mais comment oublier son père, ce bourreau qui a assassiné sa mère et sa sœur ? Surtout maintenant au moment où celui-ci va sortir de prison... 
Alors que le policier lutte contre ses terribles souvenirs d'enfance, un petit garçon et une fillette disparaissent. Et le kidnappeur envoie aux parents une lettre glaçante dans laquelle il détaille la manière dont il les a tués.
Cette affaire qui rappelle étrangement à Marc ce qu'il a lui-même vécu, risque de faire vaciller son fragile équilibre psychologique. Pour parvenir à démasquer le meurtrier, il va devoir plonger dans les abîmes de son histoire familiale. Et le prix à payer pour sa rédemption risque d'être terrible... 

Extrait :
"Environs de Lyon
15 juillet 1989
[...]
Ce drame épouvantable allait secouer l'opinion publique et ce n'était vraiment pas le moment, vu le contexte politico-judiciaire tendu.
En complément à cela, les affres de l'affaire Grégory Villemin étaient encore dans toutes les têtes. La sienne, mais aussi celles des médias et de ses confrères des Vosges. Enquête bâclée, secret de l'instruction bafouée, meurtre du principal suspect en 1985 au nez et à la barbe des forces de gendarmerie. [...]
- Je crois que cette saloperie va nous hanter un bon bout de temps."

Mon avis :
En 1989, la police découvre un drame familial particulièrement atroce : meurtres, pédophilie, viols,... Un condensé d'horreur laissant un jeune garçon traumatisé : Marc. Après cela, il est placé en foyer, où la vie est difficile. En 2017, Marc est devenu policier.  Les épreuves ne sont jamais très loin : il perd l'un de ses collègues lors d'une mission, ce qui lui vaut une éviction du service; et au même moment, deux enfants disparaissent. Le kidnappeur prétend avoir mangé la fillette, comme un célèbre tueur en série Américain. C'est un collègue de Marc qui est chargé de cette affaire. Lorsque Marc en entend parler, cela lui fait froid dans le dos : il trouve des similitudes entre son passé et ces tristes événements. 

Le récit débute avec la tragédie vécue par Marc en 1989 : son père a tué sa mère et sa sœur d'une manière abominable, et en ayant commis d'autres actes ignobles auparavant. On découvre son arrivée dans un foyer après le drame, où il rencontre son premier amour, Joëlle; mais aussi des caïds qui veulent imposer leur loi : Daniel et Nicolas. L'encadrement dans ce foyer est également plus que douteux, on se rend alors compte que l'enfance de Marc aura été désastreuse. Cet homme parviendra tout de même à s'en sortir et à devenir policier. Cependant, lorsqu'on le découvre en 2017, il ne semble pas vraiment apaisé, ni épanoui. Des cauchemars perturbent son sommeil, il boit pour essayer d'échapper à ses souvenirs mais chaque retour à la réalité est difficile : il se sent perdu. Dans son esprit, une grande confusion règne : il oublie des choses, la distinction entre cauchemar et réalité est parfois inexistante,... 
On se pose beaucoup de questions sur cet homme, qui occupe tout de même un poste de fonctionnaire de police : comment peut-il exercer ce métier sachant qu'il est clairement à côté de la plaque : il souffre, il a peur, il est en colère… Les émotions de Marc sont noires et négatives. 

En parallèle, les collègues de Marc travaillent sur une affaire de kidnapping : deux enfants ont été enlevés et la personne qui les retient a envoyé une lettre pour expliquer ce qu'il fait d'eux. L'enquête va s'avérer compliquée et ne manquera pas de rebondissements. Marc étant mis à pied, il ne suivra pas toutes les investigations, mais lorsqu'il va découvrir de quoi il est question, il va faire le parallèle avec sa propre histoire. 

Ce roman est très sombre : j'ai beaucoup aimé l'ambiance pesante et lugubre qui est présente du début à la fin. L'atmosphère est presque étouffante par moment, et les événements dont il est question tant en 1989 qu'en 2017, sont ignobles. L'auteur apporte du détail qui rend l'histoire d'autant plus réaliste. Le personnage de Marc est le plus marquant avec sa personnalité bien détaillée; les autres personnages ont également leurs qualités et leurs défauts. Sans avoir deviné tous les tenants et aboutissants de l'intrigue, j'avais trouvé certains éléments de réponse. Le dénouement est à la hauteur mais je reste avec une impression de confusion sur certains points : est-ce bien plausible que Marc ait pu travailler dans son état ? Pourquoi ne pas s'alarmer face à certaines situations, notamment d'amnésie

Globalement, ce livre est plaisant. Bien que complexe, l'histoire est très prenante. J'ai eu du mal à lâcher ce roman avant la fin. La structure du récit était agréable : des chapitres en 1989 pour découvrir Marc enfant, et des chapitres en 2017 durant l'enquête qui est palpitante. J'ai apprécié le dénouement, les révélations : c'était bien ficelé et imaginé. L'auteur a une plume entrainante et dynamique.

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2SGO1aM

Service Presse

"Le jour où ma sœur a débarqué" d'Aurore Chatras

Genre : Roman, Chick-Lit, Feel-Good

Résumé :
Métro, boulot, dodo. Voilà à quoi se résume la vie d'Elisabeth. Sa vie parisienne sans attaches lui convient. Une famille ? Un enfant ? Hors de question ! Seule compte sa vie professionnelle !
Un matin, cette trentenaire découvre sa petite sœur Maelys  sur le pas de la porte. Dix ans se sont écoulés depuis qu'elle a coupé les ponts avec son passé. L'aider ? Non, non, non... Et puis finalement, Lizziz cède. Après tout, ce n'est que pour quelques jours, un dépannage pour se donner bonne conscience, et ensuite, elle reprendra le cours de sa vie parfaite. Mais l'arrivée de Maelys lui réserve bien des surprises... Pour couronner le tout, sa petite soeur semble tremper dans des histoires louches, et Elisabeth, pour la protéger, va s'embarquer dans un périple qui changera à jamais sa vie.
Rappelez-vous de toujours vous méfier de qui sonne à votre porte... 

Extrait :
"En se tournant  vers moi, elle m'annonce avec le sourire d'une maman fière de sa progéniture :
- Lizzie, je te présente ma fille. [...]
Mon attention n'est focalisée que sur le bavoir sale, mouillé et plein de restes d'un précédent repas, et sur son énorme derrière avec sa couche pleine de machins immondes. [...]
Ma sœur berce la boule rose et m'observe, espérant une réaction de ma part. Je me triture le cerveau pour trouver la réplique parfaite à ce psychodrame familial. Vite, vite, une phrase pleine d'esprit. Mais la seule chose qui vient est :
- Elle bave comme Mamie Antoinette."

Mon avis :
Elisabeth, alias Lizzie, est une working-girl à l'emploi du temps millimétré. Dans sa vie, il n'y a que son travail. Elle n'a aucun ami, aucun plaisir. Elle a également tiré un trait sur sa famille il y a 10 ans : elle n'a plus de contact avec ses parents et sa sœur Maelys. Pourtant, cette dernière déboule un beau matin à son appartement, lui demandant de l'héberger pour quelques jours. À contrecœur, Lizzie accepte, mais ce qu'elle ignore, c'est que sa sœur n'est pas seule : elle a un bébé de 8 mois avec elle. La cohabitation s'annonce plus difficile que prévue, et tout se complique le lendemain matin alors que Maelys disparaît en lui laissant Olivia et une lettre expliquant qu'elles sont en danger. Dans quelle galère s'est-elle fourrée ? Comment va-t-elle faire seule avec cette chose baveuse ? Pourquoi prendre la fuite quand Maelys lui ordonne ? 

Lizzie est une personne carriériste et solitaire. Indépendante, elle ne veut pas s'encombrer de choses futiles (à ses yeux), telles qu'une famille ou des amis. Dynamique, elle est drôle et en même temps, on sent que ce caractère est une carapace. Elle se protège des relations humaines pour ne pas souffrir. On ne sait pas ce qu'il s'est passé il y a 10 ans, mais cela semble la hanter encore aujourd'hui. Elle est à la fois contrariée et touchée que sa sœur se présente chez elle. Perturbée sans son quotidien étriqué, elle lutte pour ne pas montrer ses sentiments et tente de poursuivre sa vie comme d'habitude. L'ambiance est tendue entre elles, il y a des secrets, des non-dits. Malgré tout, Maelys va s'imposer et chambouler la vie de Lizzie à jamais. Cette sœur revenue de nulle part, discrète et surprenante va pousser Elisabeth dans ses retranchements et la pousser à affronter ses démons. 
Lizzie m'a fait penser à Robin Sparkles de la série How I Met Your Mother quand elle se trouve face à Olivia, sa nièce de 8 mois. Elle a peur de ce mignon bébé, ne veut pas la porter, encore moins la nourrir ou la changer. Elle ne retient d'ailleurs pas son prénom : Hortensia, Ophélia, Olivia, c'est pareil, non ? J'ai beaucoup aimé ce personnage touchant, qui évolue au fil du roman, peut-être un peu trop vite à mon goût. Elle va rencontrer plusieurs personnes qui vont jouer un rôle dans sa transformation. Elle se retrouve dans des situations uniques, amusantes et stressantes. On ressent les diverses émotions de Lizzie : joie, peur, tristesse,...

L'intrigue est plus complexe qu'il n'y parait. On ne lit pas qu'une romance car on trouve aussi du mystère et un peu d'action. Il n'y a pas de temps morts, les évènements s'enchainent. Des flash-back viennent nous éclairer progressivement sur le passé d'Elisabeth. La narration à la première personne nous permet d’être au plus proche de l’héroïne et de ressentir ses émotions. Par contre, le roman gagnerait à maintenir davantage de suspense car on devine le dénouement avant la fin.  Certains éléments mettent rapidement sur la voie. Toutefois, j'ai trouvé le scénario original : on est embarqué avec Lizzie dans ses péripéties.

Globalement, j'ai passé un bon moment en lisant ce livre. Même si l'histoire est différente, elle m'a fait penser à Désolée, je suis attendue d'Agnès Martin-Lugand, où l'on retrouve une héroïne tout aussi obnubilée par son travail. Le récit est dynamique et rythmé. Agréable, le roman se lit facilement et apporte de la bonne humeur. L'auteure a une plume entraînante. 

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Aw09UU

"Alice au pays des biquettes" de Marie Meyer


Genre : Roman, Romance, Feel-Good

Résumé :
Vous connaissez l'histoire d'Alice au Pays des Merveilles ?
Forcément ! Qui ne la connaît pas vous me direz ? On est bien d'accord... Sauf qu'ici, rien à voir ! Pas de lapin blanc, pas de duchesse, pas de jeu de cartes... Juste mon chihuahua, des biquettes à profusion et moi !
Mon départ précipité, mais non moins hautement désiré, m'a conduite là où se trouvent plein de caprins de race alpine, mais pas que. J'ai aussi fait la connaissance d'un border-collie très... attachant, et de son maître le berger, non moins attachant. Oui, vous m'avez bien entendue, un berger ! Bien évidemment que ça existe encore... (soupirs...) et je ne vous parle pas de l'archétype avec béret, canne, manteau en peau de mouton, hein !
Non, quand on voit celui que j'ai déniché... ou plutôt qui m'a trouvée... je me dis que tout compte fait, je l'ai enfin découvert, mon Pays des Merveilles !

Extrait :
"Vincent ne me manque pas le moins du monde, je n'ai même pas vérifié s'il avait tenté de me joindre à nouveau et c'est vraiment le cadet de mes soucis. Que pourrait-il bien me dire, de toute façon ? Qu'il est désolé ? Je ne le croirais pas. [...]
Que ce que j'ai vu n'est pas ce que je crois ? Cette excuse-là, il faut dire que je l'adore, elle est collector ! Tu trouves ton compagnon en pleine action, mais non, tu te trompes sur l'action en question. Encore une histoire d'accident de zizi qui a percuté une foufoune en plein vol. Ah que c'est sympathique comme aventure ! Mais à moi, bizarrement, ça ne m'arrive jamais."

Mon avis :
Alice, jeune trentenaire, est une auteure de livres jeunesse. Elle écrit les aventures d'une héroïne du même nom qu'elle. Elle voyage aux quatre coins de la France pour trouver l'inspiration pour ses histoires. Alors qu'elle rentre d'un rendez-vous avec son éditrice, elle trouve son compagnon en charmante compagnie. Son sang ne fait qu'un tour : elle prend ses affaires et quitte Vincent. Elle part dans les montagnes où elle passait ses vacances d'enfance. À cause (ou grâce à) d'une panne de voiture, elle fait la connaissance de David, un berger, qui tient aussi une auberge. Isolée, cette maison abrite également Megan, 6 ans, la fille de l'homme; ainsi qu'Irène, alias Nanny, qui est au service de David depuis des années. Bloquée là une dizaine de jours, le séjour d'Alice ne sera pas de tout repos... 

Pétillante, Alice est une jeune femme bienveillante mais qu'il ne faut pas chatouiller. Elle  ne se laisse pas marcher sur les pieds et se fait entendre quand il faut, toujours avec une touche d'humour. Sa  répartie est à mourir de rire et ses maladresses uniques. C'est ce que David va apprécier chez elle. Derrière sa carapace, il a un bon fond et c'est un excellent père. Cependant, ayant trop souffert quelques années auparavant, il ne veut pas prendre de risque, ni pour lui, ni pour Megan. Luttant contre leurs sentiments, Alice et David se ressemblent plus qu'ils ne le croient. Leurs échanges vont être explosifs et parfois hilarants. On s'attache énormément à eux, tout comme à Megan et Irène. A l'inverse, Vincent est un homme sûr de lui et étonnant, mais cela ne joue pas en sa faveur. Il en est méprisable et hautain. Égoïste, il ne pense qu'à sa réussite. Ainsi, il fait du mal à son entourage. Par contre, sa (seule) qualité est la persévérance, au grand dam d'Alice.

Ce roman est un feel-good comme j'aime : un scénario original, des personnages uniques, de la romance et des rebondissements. Grâce à une ambiance conviviale, j'ai passé un très bon moment au pays des biquettes, même si l'atmosphère était parfois tendue entre les protagonistes. Les descriptions des montagnes enneigées sont détaillées. On a la sensation d'y être : on ressent le calme et la sérénité. Alice, David et les autres sont des gens simples auxquels on s'identifie facilement. J'ai particulièrement aimé la narration à la première personne et à tour de rôle entre Alice et David : on perçoit les émotions de l'un et de l'autre, ce qui nous permet de mieux les comprendre.

Dès les premières pages, on est captivé par le roman. Réaliste, le récit est entraînant et dynamique. On ne s'ennuie pas un instant. Même si je me suis doutée du dénouement, cela n'a pas gâché ma lecture, car la gentille Alice sait nous surprendre... et se faire surprendre. Cette jolie histoire est bien écrite. On a l'impression de regarder une comédie romantique. Agréable à lire, la plume de l'auteure est fluide et aboutie. J'ai adoré !

Ma note : 5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2BT2lpo

"La bibliothèque des cœurs cabossés" de Katarina Bivald

Genre : Roman, Romance

Résumé :
Tout commence par les lettres que s'envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l'Iowa. Après deux ans d'échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu'Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis ‒ et pas uniquement les personnages de ses romans préférés ‒, qui l'aident à monter une librairie avec tous les livres qu'Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. 
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel... 

Extrait :
"- Vous devez être la touriste, déclara-t-elle.
[...]
- Sara.
- Vous avez choisi un bien terrible jour pour arriver.
- Savez-vous où Amy Harris habite ?
La femme hocha la tête.
- Un jour terrible. [...] Amy est morte.
[...]
- Morte ? répéta-t-elle, un commentaire d'une extraordinaire stupidité, même venant d'elle."

Mon avis :
Sara, une jeune Suédoise, débarque aux Etats-Unis pour rendre visite à Amy, une vieille dame avec qui elle a eu des échanges épistolaires pendant deux ans. Rapprochées par leur passion commune de la lecture et des livres, Amy invite Sara à venir lui rendre visite. Cette libraire au chômage, toujours le nez dans un livre et n'y connaissant rien à la vie, va accepter. Cependant, elle va arriver au pire moment qu'il soit : Amy est décédée et ses funérailles sont en cours. Abattue par la nouvelle, les habitants et proches de la défunte, lui proposent de rester dans leur petite ville, comme convenu. Sara accepte et fait la connaissance de tous ces gens dont elle a entendu parler au travers des lettres d'Amy. Elle va même s'attacher plus que prévu à eux et les suivra dans leur idée saugrenue afin qu'elle reste plus longtemps.

Dans ce roman raconté à la troisième personne, on découvre l'arrivée fracassante de Sara dans l'Iowa. Cette jeune femme est très réservée. En dehors des livres, elle n'a pas de vraie vie. Ce voyage est une plongée dans l'inconnu. Quand son seul repère, Amy, n'est plus là pour la guider, c'est la panique. Cependant, la sympathie des habitants de la ville va la mettre à l'aise. Ils sont comme une grande famille où il y a beaucoup d'entre-aide. Ne pouvant rien donner en retour, Sara va imaginer sa façon à elle d'apporter sa contribution à la ville : créer une petite librairie. Cela aura des répercussions inattendues. Sans le vouloir, cela va dynamiser la vie à Broken Wheel et délier les langues. 

Intercalées dans le récit, nous découvrons les lettres d'Amy. Nous ne connaissons cette femme que par ces courriers : elle paraissait gentille et protectrice, et semblait avoir un fort caractère.
Sara, elle, est plutôt naïve et passive. Discrète, elle a du mal à trouver sa place et à prendre des décisions. Parfois agaçante, elle a pourtant un fond bienveillant. Nous ferons la connaissance des habitants de Broken Wheel avec Sara : Caroline, Grace, Tom, Andy, George, etc. Ils ont tous une personnalité bien à eux et un rôle précis. Cette communauté est atypique. 

Je n'ai pas accroché autant que je l'aurais voulu. Les situations me semblaient trop cocasses, décalées et peu réalistes. Le roman est plutôt burlesque et fantasque. L'histoire de départ était plutôt attrayante mais le déroulé m'a un peu déçue. Il n'y a pas vraiment de suspense : on devine aisément ce qu'il va se passer et le dénouement est prévisible.
Fluide, la plume de l'auteure est agréable à lire.

Ma note : 2,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Czbk0u

"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer

Genre : Roman, Témoignage, Historique

Résumé :
Trois semaines après la mort du petit Grégory, survenue le 16 octobre 1984, Gérard Welzer est missionné pour défendre Bernard Laroche. Plus de trente années ont passé : il est toujours au cœur du dossier, en tant qu'avocat de sa veuve et de ses enfants.
Pour la première fois, ce témoin clé de l'affaire criminelle la plus mystérieuse du demi-siècle écoulé la raconte telle qu'il l'a vécue. Il dénonce les informations erronées colportées par les médias, les faux coupable livrés à la vindicte populaire.
Surtout, il met en lumière les faits « oubliés » par la justice. Pour lui, la vérité a été approchée de très près : elle figure sans doute déjà dans le dossier. Il livre son intime conviction sur l'implication des personnes soupçonnées et ses hypothèses quant à ce qu s'est véritablement passé.
Dans une affaire où les haines sont tenaces, où les corbeaux sont nombreux, et où les procédures judiciaires successives aboutissent à des impasses, Gérard Welzer ose poser les bonnes questions et apporter ses réponses.

Extrait :
"Docelles, près d’Épinal, dans les Vosges, le 16 octobre 1984. 21 h 15. Le ballet des lampes-torches braquées sur la rivière déchire l'obscurité. Quand soudain, l’innommable... Les pieds et les poings entravés par des cordelettes, le corps sans vie de Grégory Villemin, âgé de quatre ans, un mois et vingt jours, est retrouvé dans les eaux glacées de la Vologne, à 6 kilomètres de son domicile de Lépanges. Avec son bonnet, son anorak, ses souliers de bambin, le petit garçon est soulevé de la chute d'eau où on l'a découvert."

Mon avis :
C'est un cold case : l'affaire du petit Grégory (quatre ans), tristement célèbre depuis plus de trente ans, n'a jamais été résolue. L'assassinat de ce petit martyr choque et intéresse l'opinion publique dès l'annonce du crime. Christine et Jean-Marie Villemin, les parents du petit, espèrent que le coupable sera vite appréhendé. Cependant, l'affaire s'avère complexe : quatre familles sont au cœur des discussions : Villemin, Laroche, Bolle et Jacob. Quatre familles liées mais pas forcément proche. Au contraire. Des tensions sont palpables depuis plusieurs mois, voire années. Jean-Marie et sa femme étaient la cible d'un corbeau qui les menaçait (téléphone, lettres). Visiblement, la haine provenait d'une jalousie attisée au fil du temps. Ces ressentiments ont provoqué le drame que l'on connait. Dans la vallée de la Vologne, le silence est d'or. En ajoutant à cela une sur-médiatisation et des procédures judiciaires maladroites, on obtient ce mystère qui restera peut-être à jamais irrésolu. 

Ce livre est écrit par Gérard Welzer, avocat de la famille Laroche, plus particulièrement de Bernard Laroche. Ce dernier a été accusé du meurtre de Grégory, avant d'être innocenté. Il a ensuite été tué par Jean-Marie Villemin, qui le croyait coupable et voulait venger la mort de son fils.
L'avocat décrit l'affaire de son point de vue. Il parle des faits, des incohérences de la procédure mais aussi de son travail et de ses convictions. Il y retranscrit aussi quelques documents (conversation téléphonique, lettres,...) pour appuyer ses dires. Il évoque les principaux protagonistes de l'enquête : Murielle Bolle, les époux Jacob, Bernard Laroche, le juge Lambert, etc.

Personnellement, j'ai appris quelques informations en lisant cet ouvrage, mais globalement, je connaissais le reste. Cela a été instructif sur les explications des procédures, et pourquoi certains événements n'ont pas été consignés ou ont été supprimés. On comprend rapidement que malgré les conflits familiaux, d'autres éléments sont à prendre en compte dans cette affaire : les procédures lourdes, maladroites et multiples; et les médias omniprésents qui ajoutaient une pression supplémentaire aux enquêteurs. 

En revanche, j'ai trouvé que le livre était un peu long, parfois répétitif. J'aurais aimé une rédaction chronologique plutôt que d'aller et venir dans le temps. En l'état, je trouve que cela manque de structure. Sans grande surprise, Gérard Welzer est persuadé que Bernard Laroche est innocent. Ce qui m'a déçue, c'est qu'il n'y a pas de plus-value après la lecture de ce roman. Je ne m'attendais pas à trouver le nom du coupable, mais peut-être davantage de pistes, d'hypothèses de la part de l'avocat. Etant aux premières loges, peut-être a-t-il une idée précise ? Une chose est sûre : ce mystère fascine toujours autant. On prend plaisir à échafauder des scénarios et s'interroger. Complot familial ? Tueur seul ? Le corbeau est-il l'assassin ? L'affaire Grégory sera-t-elle jamais élucidée ? 

Ma note : 3/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2A7qKYn

"Panique sous le sapin" de Valérie Bel

Genre : Nouvelle, Humoristique, Romance

Résumé :
Noël, un moment de joies familiale toutes simples ? Pas pour tout le monde... En tout cas, pas pour Jean-Pierre qui, ô catastrophe, a interchangé les cadeaux de deux femmes chères à son cœur.
Ah, quand on a une double vie, elle est parfois... doublement compliquée ! 

Extrait :
"J'eus immédiatement envie de lui enfiler le string sur la tête, de l'étrangler avec le soutien-gorge et de lui crever les yeux avec les attaches du porte-jarretelles, mais c'était Noël et les trois enfants nous observaient, un peu gênés d'assister à ce déballage de dessous intimes."

Mon avis :
Le jour de Noël, Anne-Sophie et Jean-Pierre s'échangent leurs cadeaux après que leurs enfants aient ouverts les leurs. Quelle surprise quand Anne-Sophie découvre un ensemble très sexy qui n'est pas à sa taille. Face à la réaction de son mari, elle comprend rapidement que ce cadeau ne lui était pas destiné, et qu'il a donc une maîtresse. Ruminant sa colère, elle se contient toute la journée et attend que Jean-Pierre dorme pour fouiller son téléphone. Elle découvre des SMS explicites envoyés à Anaïs. Anne-Sophie décide de prendre contact avec elle. Les deux femmes ne sont pas au bout de leurs découvertes.

Cette nouvelle est raconté du point de vue d'Anne-Sophie, de Jean-Pierre et d'Anaïs. Tour à tour, ils nous parlent de leur soirée, de l'ouverture du cadeau, et des conséquences. Animé par un sentiment de vengeance, Anne-Sophie va tout faire pour jouer un mauvais tour à son cher mari. On admire son courage et sa maîtrise d'elle, tout en espérant qu'elle arrivera à ses fins. Anaïs sera également chamboulée car elle avait placé beaucoup d'espoir dans sa relation. Naïve, on a pitié d'elle puisqu'elle n'a pas un mauvais fond. Quant à Jean-Pierre, ce couard, il faut avouer qu'il nous fera bien rire. Il est pris au piège dans ses mensonges et, comme dans des sables mouvants, il s'agite et s'enfonce. Il n'assume pas, ce qui rend Anne-Sophie et Anaïs encore plus furieuses.

Cette comédie légère et amusante nous fait passer un bon moment. L'histoire est prenante : on est tout de suite entraîné. De plus, on visualise facilement le comique de la situation. On pourrait se croire au théâtre, avec une pièce à huis-clos entre le mari, la femme et l'amante. Les personnages sont attachants.  C'est drôle et bien dosé. Le récit est dynamique et le dénouement satisfaisant. La plume de l'auteure est fluide et agréable à lire.

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2AbLxK6

"Les roses du Montfort" de Gilles Laporte

Genre : Roman, Historique

Résumé :
Au premier jour des vendanges de 1899, Louise fête ses dix-huit ans sur les pentes du Montfort. Son père, Charles Vinot, viticulteur sur ces coteaux des Vosges, veille sur elle comme sur sa vigne : sans relâche. Quitte à sacrifier son bonheur, il est prêt à la marier à un vieux garçon dont la parcelle avoisine la sienne.
Mais le phylloxéra, ce fléau, ruine les vignobles. Grâce aux conseil d'un pépiniériste réputé du pays et d'un spécialiste alsacien, la vigne de Vinot sera reconstituée. Le temps d'une passion avec un ingénieur venu du Nord, le bonheur de Louise sera épargné, jusqu'à ce que cet homme révèle sa nature profonde... 
Le travail patient de la terre et du vin, la paix retrouvée avec son père suffiront-ils pour que Louise, jeune rose à peine éclose, emportée par le tourbillon de l'Histoire, s'ouvre enfin au bonheur et à la liberté ?

Extrait :
"Ces jours-là, personne ne s'occupait des sarments trop longs ni les laisses trop courtes. C'était la dernière fête avant l'arrivée de l'hiver, l'avant-dernière avant le réveil de la nature. Suivrait une léthargie à peine troublée par le passage de saint Nicolas et la naissance miraculeuse de Noël, nourrie de pommes fatiguées et de noix croquées au coin du feu, de vieilles histoires tricotées avec de nouvelles chaussettes et de pipes grillées en sirotant de l'eau-de-vie de mirabelle, l'or du ciel lorrain."

Mon avis :
L'histoire débute en 1899. Marie et Charles Vinot vivent à La Neuveville sous Montfort, un petit village des Vosges bordé par les vignes du Montfort. Marie et Charles Vinot, ainsi que leur fille Louise vivent là depuis toujours. Charles bichonne sa vigne et essaye de remédier à une maladie qui risque de la détruire. Il est aussi attentif à Louise qui lui permettrait, grâce à un mariage arrangé, d'agrandir son exploitation. Marie fait de la dentelle et soutient sa fille du mieux qu'elle peut. Comment va se dérouler la vie au cœur de ce village Vosgien ? L'avenir de Louise est-il tout tracé ? Aura-t-elle son mot à dire ? Prendra-t-elle les bonnes décisions ?

Dans ce roman raconté à la troisième personne, nous faisons un bond dans le temps. Nous allons suivre la famille Vinot, plus particulièrement Louise, de 1899 à 1920. La vie ne sera pas toujours simple. Charles aimerait imposer son autorité, bien qu'il soit plutôt un homme gentil et doux. Il se montre maladroit avec Marie et Louise dans son projet de mariage. Cela aura des conséquences inattendues sur le quotidien des Vinot. Marie est une femme insoumise, malgré le statut de la femme (même si cela évolue petit à petit). Elle n'hésite pas à se faire entendre. Elle est forte et indépendante : son activité de dentellière rapporte un revenu à la famille. Louise essaye de construire sa vie, elle va prendre des décisions qui ne correspondent pas forcément à une jeune fille de cette époque; son caractère est comparable à celui de sa mère. Courageuse, elle assumera ses choix.
D'autres personnages plus ou moins sympathiques graviteront autour de la famille Vinot durant ces 21 années : l'oncle et la tante de Louise, des commerçants de la ville de Mirecourt; Léon Millot, viticulteur célèbre habitant à Mandres-sur-Vair; la famille Bourrel, Henri-Pierre, etc.

Passionnante, l'histoire est intéressante : simple mais efficace. On prend beaucoup de plaisir à suivre Louise, Marie, Charles durant des années plus ou moins difficiles. Entre le phylloxéra, les déconvenues familiales, la guerre de 14-18; il y aura aussi de bons moments. Ainsi, nous passerons par des émotions diverses et intenses, comme les héros : joie, peur, déception, colère, espoir,... 
Les descriptions des lieux sont très détaillées. Les informations sont également précises et instructives. On visualise sans mal ce qu'il se passe au fil des pages et on s'attache aux personnages.

Le livre est très agréable à lire. La plume est fluide, imagée et soignée. Émouvant, le contenu est aussi recherché et documenté : le parler vosgien, les traditions, le quotidien et certains faits sont véritables. Pour connaitre le village de La Neuveville sous Montfort, je trouve qu'on est vraiment plongé dans ce petit coin des Vosges, tout en voyageant aussi à Mirecourt, Épinal, Gerardmer, et jusqu'en Alsace. J'ai passé un très bon moment lecture.

Ma note : 5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2SXIIU5

"La guerre des patates" de Céline Theeuws

Genre : Roman, Humoristique

Résumé :
Grenaille est un village déserté. Les villageois ont peu à peu rejoint les villes, les commerces ont fermé et le maire ne sait plus que faire pour redonner vie à son hameau. Les familles Gros et Petit vivent non loin du centre-ville. Ces paysans cultivent la pomme de terre depuis des générations. La terre de la famille Gros n'est pas aussi fertile que celle de la famille Petit. Etienne Gros essaie depuis des années de produire autant de pommes de terre que son voisin. En vain. Son exploitation est au bord de la faillite. Quand un beau jour... Ce fermier va malgré lui faire une découverte extraordinaire pour sauver son exploitation. Il va créer une pomme de terre hors du commun. Cette découverte va bouleverser la vie du village, va aiguiser les appétits, mais aussi la jalousie.
Quelles sont les propriétés de cette pomme de terre qui fera tourner toutes les têtes ? Ce fermier va-t-il réussir à s'en sortir ? Une chose est certaine, il fera effectivement une découverte extraordinaire, mais peut-être pas celle que l'on croit.

Extrait :
"Quatre Gros vivaient encore dans la ferme de gauche [...] : ma vieille Gros, Gros père, mère Gros ou mère poule comme la surnommaient ses voisins et le fils Gros ; Edmontine, Etienne, Evelyne et Emmanuel ; quatre-vingts, cinquante-deux, cinquante et vingt quatre ans ; une bonne vivante très bavarde, un poète ventru, une femme émotive et un jeune homme timide. Une lignée de E.
[...]
Quatre Petit habitaient encore à Grenaille : Petit le vieux, Petit père, mère Petit ou mère économe comme la surnommaient ses voisins et la fille Petit ; Ferdinand, Francis, Félicie et Fleur ; quatre-vingts, cinquante-deux, cinquante et vingt-quatre ans ; un sourd, un jaloux aux jambes arquées, une grippe-sou et une pauvre d'esprit. Une lignée de F."

Mon avis :
Les Gros et les Petit sont dans le village de Grenaille depuis des générations. Les deux familles sont des agriculteurs et possèdent leur propre ferme : l'une en face de l'autre. Les contacts entre eux sont réguliers, mais les rivalités ne sont jamais bien loin. Vexé de récolter toujours moins de pommes de terre que son voisin, le père Gros s'isole durant de nombreux moins pour faire des recherches et expérimenter un nouveau type de pomme de terre qui lui permettrait de se différencier des Petit. Les résultats sont là : il sort de terre une patate unique et la baptise Flagada. Il n'y a plus qu'à la faire goûter à sa famille. Les retours seront inattendus et surprenants. Si Etienne est déçu, sa mère va trouver le moyen d'en tirer quelque chose. Le succès sera au rendez-vous, autant pour les Gros que le village qui était déserté depuis longtemps. Dans leur coin, les Petit fulminent en voyant la réussite de leurs voisins. Dès lors, tous les coups seront permis. Jusqu'où cela va-t-il aller ?

Dans une ambiance 100% campagnarde, on découvre une histoire décalée : c'est drôle et exagéré. Les personnages sont tous uniques et caricaturés. On a affaire à des gens qui ne pensent qu'à leur intérêt, à l'argent ou à la gloire. Le maire veut que son village revive et soit reconnu comme attractif; il voudrait que les commerces ré-ouvrent et que les sans-emplois trouvent une occupation. Les Petit, comme les Gros, veulent vivre correctement de leurs exploitations (pouvoir honorer les factures, faire de bons repas,...) mais surtout, ils veulent être la meilleure des deux fermes. Ils ont aussi une conception à eux de la famille : les Gros ne se marient qu'avec des personnes dont le prénom commence par E, et les Petit avec des prénoms en F. 
Je me suis particulièrement attachée à la grand-mère Gros, qui sera à l'origine du succès de la Flagada. Elle tient un rôle essentiel et amusant. Elle a des airs de Tatie Danielle. Fleur et Emmanuel sont aussi comiques, avec leur côté simplet
Globalement, ils sont touchants même quand la jalousie les dévore. On suit avec intérêt l'évolution de la situation des Petit et des Gros. 

Derrière l'humour, on perçoit quand même une leçon sur la nature humaine : envie, jalousie, haine, jugement, individualisme,... Cela nous amène à réfléchir (un peu). Jusqu'où peuvent mener ces comportements ? L'argent et la gloire font-il le bonheur ? Que se serait-il passé si chacun avait été bienveillant et respectueux ? Ne faudrait-il pas réfléchir en cohésion pour arriver à une satisfaction collective où chacun y trouve son intérêt, plutôt que d'agir avec des motivations personnelles au détriment des autres ?

En lisant, j'ai été surprise par le côté atypique et décalé. Je ne m'attendais à pas à ce style. Je n'ai pas été complètement transportée par l'intrigue, mais tout de même curieuse de connaitre la dénouement. Ce roman est un divertissement léger qui fait passer un bon moment.  J'ai eu l'impression de regarder une comédie française (un peu comme le film Un village presque parfait). Le récit est piquant, incisif et les personnages sont souvent médisants. Par sa plume imagée et soignée, l'auteure a rendu l'ensemble très réaliste : je voyais les événements se dérouler au fil des pages. Le livre est bien écrit et agréable à lire.

Ma note : 3/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2R0Z0OU

"La disparue de Noël" de Rachel Abbott

Genre : Roman, Thriller, Policier, Suspense

Résumé :
Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup; Natasha, sa fille de six ans assise à l'arrière, se volatilise sans explication.
Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais une couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.
Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha. Où était-elle passée toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ?

Extrait :
" - Allô ?
- Caroline ? Tu es rentrée chez toi ?
La voix lui disait vaguement quelque chose, mais elle n'arrivait pas à la resituer. Sans quitter du regard l'obstacle qui se trouvait devant elle, elle immobilisa la voiture et retira sa ceinture de sécurité.
- Pas encore, non. Pourquoi ? Qui est-ce ?
- Ecoute-moi. Quoi qu'il puisse se passer, il ne faut surtout pas que tu arrêtes la voiture. Quoi qu'il arrive, quelles que soient les circonstances, tu ne t'arrêtes pas, d'accord ?
L'homme parlait rapidement, mais d'une voix basse.
- Rentre chez toi. Rentre directement. Tu m'as bien compris ?
La panique qu'elle percevait dans la voix de son interlocuteur était le reflet de son angoisse grandissante."

Mon avis :
Caroline et sa fille Natasha sont victimes d'un étrange accident de la route un soir d'hiver. Caroline meurt, tandis que la petite de six ans disparaît. Personne ne retrouve sa trace. Six ans plus tard, Emma, la nouvelle femme de David, retrouve une jeune fille dans leur maison. Il s'agit de Natasha. Mutique, il est difficile de savoir d'où elle vient ni ce qu'il lui est arrivé ces dernières années. Tom et Becky, policiers, sont avertis du retour de Natasha, alors qu'ils étaient en train d'enquêter sur la mort d'une adolescente du même âge qu'elle. Coïncidence ? Alors que chacun essaye de reprendre un vie normale, un événement inattendu va bouleverser chaque protagoniste. La progression de l'enquête va apporter des zones d'ombres encore plus importantes et des questionnements sur le passé. Comment chacun ressortira de cette histoire ?

Le prologue relate l'accident de Caroline. On se rend tout de suite compte que ce n'est pas un banal accident, ce qui suscite tout de suite de l’intérêt : qui l'a appelée ? Que risquait-elle ? Où est Natasha ? Puis, nous découvrons le quotidien de David six ans plus tard : veuf de Caroline, il est en couple avec Emma. Ils ont un petit garçon de 18 mois. Emma a également perdu un quelqu'un qui lui était cher, elle comprend la douleur qu'il peut ressentir. Leur vie est chamboulée quand Natasha déboule de nul part. Ce n'est plus une petite fille, elle a grandi mais semble avoir vécu des choses douloureuses. Son regard n'est pas celui d'une adolescente de 13 ans. Ce qui interroge Becky et Tom, les policiers, c'est que Natasha devrait être heureuse, ou du moins soulagée, d'être rentrée chez elle; mais ça n'est pas le cas. David et Emma pensent qu'elle vit mal la situation : sa mère est remplacée par Emma, et son père a eu un autre enfant. Ils font tout pour la mettre à l'aise, en vain. 
Grâce à un récit à la troisième personne, le lecteur comprend que la situation est complexe. Du point de vue de Natasha, il est question de travail, de haine et de vengeance. Elle en veut à David de ce qu'il s'est passé six ans plus tôt. Ses ravisseurs lui ont-ils fait un lavage de cerveau ou est-ce que son père est impliqué d'une quelconque manière dans les événements passés et présents ?

Ce roman est comme un gruyère : autant de trous que de questions dans cette affaire ! On découvre les éléments du côté de la famille de David, mais aussi du côté des policiers. Les informations glanées au fur-et-à-mesure de l'histoire semblent avoir un lien entre elles, mais il est compliqué de les recouper car il nous manque des morceaux. Alors que les choses s’accélèrent et que l'on fait face à divers rebondissements, on commence à entrevoir les chaînons manquants. Passé et présent se font face : les (mauvais) souvenirs se réveillent; cela tourne au cauchemar pour nos protagonistes. 

Ce livre m'a tenu en haleine dès le début. Surprenant, le récit est intriguant et dynamique. L'histoire est bien réfléchie et aboutie.  Il est difficile de s'arrêter de lire une fois que l'on a commencé. En effet, on est en pleine réflexion et on veut toujours en savoir plus : est-ce que nos suppositions sont bonnes ? Qu'est-ce qu'il va encore se passer ? On est emporté dans la résolution de l'enquête, jusqu'au dénouement avec de multiples révélations. La plume de l'auteure est agréable, fluide et entraînante.

NB : Tom Douglas est un personnage récurent dans les livres de Rachel Abbott. N'en ayant lu aucun avant, cela ne m'a pas gênée pour autant.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2PwxGDe

"Kissmee" d'Aline Inacio

Genre : Roman, Romance

Résumé :
À quinze ans, Maxence Dardennes mène une vie bien remplie entre sa jument, sa chienne, ses amis, le rugby, la musique et les études. Quant à son père Thomas Dardennes, beau quarantenaire fraîchement fiancé à une superbe femme de trente-deux ans, il jongle entre sa vie de famille, l'éducation de son fils et la gestion du haras familial. Si tout semble parfait en apparence, la réalité cache cependant quelques zones d'ombres. Bien malgré elle, Antonia, une auteure de polars à succès de quarante et un ans plutôt solitaire, va contribuer à les révéler en débarquant un 10 juillet dans leur village de carte postale. Face à des questionnements et des émotions qui vont parfois les dépasser, ils vont tous les trois voir voler en éclats certaines de leurs certitudes. Quelle option vont-ils alors choisir ? La fuite ? L'acceptation ? Le renoncement ? Et est-ce vraiment aussi simple quand le regard des autres ou certains fantômes du passé pèsent sur vos épaules ? Entre le corps, le cœur et la raison que vont-ils laisser parler ?

Extrait :
"- Bonjour jeune homme, je peux t'aider ?
- Bonjour madame, en fait j'allais vous poser la même question.
- Pourquoi ? s'étonna Toni.
- Ben, je marchais dans la forêt avec mon chien, et on a entendu des pneus crisser. Vous avez eu un accident ? Apparemment vous allez bien, releva-t-il en la scrutant de haut en bas.
[...]
- Merci de ta proposition mais ça va et ma voiture fonctionne. Tout est OK.
- Bon, on va vous laisser alors. Tu viens Virgule ? dit Maxence en tapotant sa cuisse de la main.
- Tu habites au village ? Je peux te ramener en voiture si tu veux.
- Non merci madame, il n'est pas conseillé de monter dans la voiture d'un inconnu, répondit-il en repartant.
- Ben dans ce cas, tu devrais savoir qu'on ne parle pas non plus à des inconnus.
- C'est sûr, mais on doit aussi aider son prochain, alors faut prioriser, lança l'adolescent en haussant les épaules sans se retourner. Au revoir madame, conclut-il."

Mon avis :
Dans le petit village de Gwaine vit la famille Dardennes : Thomas et son fils Maxence; ainsi ses parents (César et Isobel) et sa fiancée Jennifer. Abigaïl, la sœur de Thomas possède un café au centre du village. Chacun a une routine bien encrée dans le quotidien. Cependant, Maxence semble préoccupé, son père ne le voit pas. C'est alors que débarque Antonia (alias Toni), une romancière qui vient prendre l'air à la campagne. Elle va poser ses valises pour quelques jours dans le village qui porte le même nom que sa meilleure amie, Gwen. Antonia aura l'occasion de croiser la famille Dardennes, mais ni elle, ni eux, n'imaginent que cette rencontre bouleversera leurs vies.

Maxence, adolescent de 15 ans, est dans une phase compliquée de sa vie. Instable, bien que sérieux, on comprend qu'il a des préoccupations qu'il garde pour lui; il n'ose pas les partager avec son père, trop occupé avec son travail. Thomas voit pourtant que son fils est étrange, mais il ne se sent pas à la hauteur pour recueillir ses confidences lorsque l'occasion se présente. Il se remet beaucoup en question et se dévalorise en tant que père. Des blessures passées semblent le tourmenter. Il est aussi pris avec les préparatifs de son mariage, et veille à prendre soin de Jennifer. Abigaïl est heureuse avec son bar qui marche plutôt bien. Son bonheur serait parfait si Alan, l'employé de Thomas, partageait ses sentiments amoureux... 
L'arrivée d'Antonia au milieu de ce petit monde va chambouler tout cela. Indépendante, c'est une femme au fort caractère qui n'a pas la langue dans sa poche. Elle dit ce qu'elle pense, mais fait preuve de beaucoup d'écoute et d'empathie. Elle va alors s'immiscer malgré elle dans les histoires de cette famille attachante. Néanmoins, si elle est fine psychologue avec les Dardennes, elle ne porte pas ce regard sur elle-même. Elle ne reconnait pas sa valeur et se persuade qu'elle n'est pas faite pour l'amour. L'adage "faites ce que je dis, pas ce que je fais" lui correspond totalement. Derrière sa façade joviale, des souffrances se cachent peut-être...  

Dans ce roman, nous naviguons entre le point de vue de Thomas, Maxence et Antonia. Ils nous livrent tour à tour leurs émotions : peur, joie, doute, colère, tristesse,... Nous sommes à leurs côtés et c'est appréciable d'avoir les ressentis de chacun. Je me suis attachée à tous les personnages, ils sont très touchants avec leurs forces et leurs faiblesses. On les voit évoluer durant les trois mois que dure l'intrigue. À la fois émouvant et drôle, le récit est aussi doux, tendre et invite à la réflexion. Il aborde des sujets parfois difficiles. L'un d'entre eux est traité avec beaucoup de bienveillance.
Ce livre sera pour un public averti car il comporte quelques scènes érotiques clairsemées au fil de l'histoire. Cela représente uniquement trois ou quatre passages.

J'ai apprécié la lecture de ce roman qui était simple mais intense et profond. J'ai eu l'impression de m'isoler dans la petite bulle de Gwaine. La description des lieux m'a donné la sensation de m'y trouver; les protagonistes ont l'air d'être comme tout le monde, ce qui les rend réalistes. On est vite captivé par l'histoire. L'écriture est soignée, fluide et agréable à lire. 

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2BaXW0W

Service Presse

"Ma bête" de Jean-François Regnier

Genre : Roman, Thriller

Résumé :
Ma Bête, c'est ainsi que Weston Forrester surnomme Duncan Smith qu'il capture à Boston, sur le parking d'une station-service. Le ravisseur veut faire de sa victime le meurtrier qu'il n'a pas le courage de devenir. Weston Forrester a tous les atouts pour mener le jeu et faire de Duncan Smith un criminel. La rencontre de ces deux hommes, dans un face à face tendu, va les amener à se découvrir aux limites de leurs forces et de leurs valeurs respectives.

Extrait :
"Je l'ai capturé sur Boylston Street, sur le parking situé derrière la station-service Gulf. […]
Mon Chevrolet Chevy Van noir est garé bien à l'écart de la station, le cul presque contre un mur, de sorte d'en ouvrant les deux portes arrière, personne ne peut nous voir. 
Il accepte facilement mon invitation. Il ne se méfie pas.
Coincé, il est coincé."

Mon avis :
Weston, un homme perturbé, se met en tête de se venger de personnes qui lui ont fait du mal dans son passé. Ne voulant pas tuer lui-même, il souhaite manipuler quelqu'un pour qu'il le fasse à sa place. C'est ainsi qu'il kidnappe Duncan. Ce dernier se retrouve du jour au lendemain dans une cellule, réduit à l'état d'animal maltraité. Il porte un collier anti-aboiement et reste enchaîné des heures durant. Weston s'amuse et apprivoise son nouveau compagnon, l'éduque, pour qu'il soit totalement à sa merci. Quelles missions attendent Duncan ? Se sortira-t-il de cette prison ? Weston parviendra-t-il à ses fins ? Tout se passera-t-il comme prévu ?

Ce roman est raconté à la première personne, tour à tour par Weston et Duncan; ainsi qu'un chapitre avec une troisième personne. Cela permet d'avoir le point de vue des deux protagonistes et leurs émotions (peur, doute, colère). On est au plus proche de leurs pensées et de l'état psychologique dans lequel ils se trouvent. Le livre n'en est que plus fort et dramatique.

Weston est marié à Miranda, une femme qui régit sa vie et qu'il doit bourrer de somnifères s'il veut être tranquille. C'est un homme sinistre et détraqué qui perd complètement les pédales. Pourtant, son plan est réfléchi depuis plusieurs années. Il l'a élaboré avec précision et discrétion. Il prend du plaisir à rabaisser et traîner plus bas que terre Duncan, ce qu'il n'arrive pas à faire avec d'autres personnes, comme sa femme. De dominé au quotidien, il devient le dominant avec Duncan, ce qui le rend comme tout puissant. Il aime ce pouvoir et cette puissance. 
Duncan est un simple jardinier à la vie tourmentée. Instable sentimentalement, il a connu des déconvenues qui le font encore souffrir. Dans sa vie, il aide la mère de son fils, gravement malade.  C'est à eux qu'il pense pour tenir alors qu'il se trouve dans une situation improbable et inimaginable. Humilié, il va se résoudre à suivre les ordres de son geôlier, mais sans lui donner une totale satisfaction.

Dans une ambiance glauque, nous suivons les jours d’emprisonnement de Duncan, comme dans un huis-clos. Des rebondissements vont ponctuer le récit qui est déjà intense et effrayant. L'histoire est sordide et prenante. Le dénouement est satisfaisant, même si j'aurais aimé avoir plus de certitudes. Sa rédaction est originale et appréciable sous sa forme. La lecture est agréable et facile. En effet, la plume de l'auteur est percutante grâce à des phrases courtes et directes. 

Ma note : 3,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2PgAT9D

Service Presse

"Bloody Harry - Tome 1 : La BD dont il ne faut pas prononcer le nom !" d'Alexandre Arlène

Genre : Bande dessinée, Humoristique, Fantastique

Résumé :
La prophétie raconte que cette BD est la plus drôle du monde des sorciers et que chaque page a été enchantée pour vous faire mourir de rire ! C'est un artefact bien trop dangereux... mieux vaut ne pas l'ouvrir.

Extrait :
"Le retourneur temporel

- Un tour et hop ! Je retourne en arrière étudier une heure de plus.

- Trois tours et hop ! On retourne dans le temps pour sauver cette brave bête !

-Bah non, on peut rien faire. C'est sérieux, le temps. Faut pas déconner."

Mon avis :
Harry Potteleur découvre l’existence d'un monde de sorcellerie : il y a donc des sorciers, les personnes sans pouvoir sont les Moldingues. Il va intégrer une école de sorciers pour le meilleur et le pire. Il peut heureusement compter sur le soutien de ses nouveaux amis, Le Roux et Hermine. Le directeur Crumbledore lui prodiguera de bons conseils, tout comme Rubéole Haigrie et les autres professeurs. L'ombre du terrible Loldemort plane en permanence. 


Dans cette bande dessinée, on revisite les premiers tomes d'Harry Potter au travers de petits sketchs humoristiques. Il n'y a pas une histoire linéaire, simplement des parodies de scènes des films. L'humour est noir, parfois violent avec les thèmes abordés (pédophilie, inceste,...). C'est pourquoi cette BD est réservée à un public adulte et averti.


J'ai beaucoup aimé cette parodie d'Harry Potter. Bien que le style soit décalé et osé, l'auteur ne dénigre pas pour autant l'oeuvre. On retrouve les mêmes situations et les mêmes personnages qui sont caricaturés (Doubby, Vicius, Neville,...), ainsi que les noms des maisons : Grosfondor, Serpentin, Poufmouffle et Serdongle. Il y a quelques clins d’œil à d'autres films/livres (Alice au Pays des Merveilles, Mon voisin Totoro, Matrix...).
Ce livre est réfléchi et agréable à lire. Les illustrations sont réussies : simples et percutantes. Je lirai avec plaisir d'autres tomes.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2zRb4Iv

"La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker

Genre : Roman, Policier, Thriller

Résumé :
À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.
Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Extrait :
"La vie après Nola, ce n'était plus la vie. Tout le monde dit qu'à Aurora, durant les mois qui suivirent sa disparition, la ville sombra lentement dans la dépression et la hantise d'un nouvel enlèvement.
Ce fut l'automne et ses arbres colorés. Mais les enfants n'eurent plus l'occasion d'aller se jeter dans les immenses tas de feuilles mortes amassées en bordure des allées : les parents, inquiets, les surveillaient sans cesse. […]
Le pire était la méfiance qu'éprouvaient les habitants entre eux. Des voisins, amis depuis vingt-cinq ans, s'épiaient à présent mutuellement. Et tout le monde de se demander ce que faisait l'autre le 30 août 1975 en fin d'après-midi. […]
La maison des Kellergan garda les volets clos durant des jours, des semaines, puis des mois."

Mon avis :
Pris dans le tourbillon du succès, Marcus Goldman, jeune écrivain, a beaucoup de mal à écrire son deuxième livre. Il décide de partir quelques jours chez son ancien professeur d'université, mentor et ami, le célèbre romancier Harry Quebert. Ce dernier a signé, une trentaine d'années plus tôt, un best-seller et coule des jours tranquilles à Aurora, petite ville bordée par l'océan. Durant son séjour, il tombe sur des souvenirs d'Harry : des photos de lui en compagnie d'une jolie jeune femme, un mot et un article de journal. Pris sur le fait, Harry élude ses questions et Marcus repart à New York. Alors que Marcus est toujours dans l'urgence de fournir un manuscrit à son éditeur, il reçoit un mystérieux appel d'Harry quelques temps après son séjour; puis son agent le contacte pour l'informer qu'Harry Quebert vient d'être placé en garde à vue. Il est accusé d'avoir commis deux homicides en août 1975, dont celui de Nola Kellergan portée disparue depuis ce fameux été. Ses ossements viennent d'être déterrés dans le jardin d'Harry et il est donc le principal suspect. Marcus se rend à Aurora afin de soutenir et disculper son ami. Persuadé de son innocence, il est pourtant bien loin d'imaginer tout ce qui l'attend.

Marcus commence par se renseigner sur l'histoire de Nola Kellergan. Le 30 août 1975, cette jeune fille de 15 ans est aperçue en sang dans les bois, puis elle disparaît. Une vieille femme, victime collatérale, est aussi tuée juste avant que Nola s'évapore définitivement. Malgré une enquête et des recherches intensives, elle ne sera jamais retrouvée : est-elle morte ou vivante ? Où se trouve-t-elle ? La ville d'Aurora se posera la question durant des années, jusqu'à ce jour de 2008 où des jardiniers tombe dessus en plantant des fleurs chez Harry Quebert.  Ce dernier parait sincère et terriblement marqué par cette découverte. Il avoue qu'il entretenait une relation amoureuse avec la jeune femme, alors que lui-même avait 35 ans. Une relation discrète, loin des regards curieux d'Aurora. Il jure qu'il est innocent : qui donc a pu tuer la douce Nola ?

Ce roman est raconté à la fois au présent (2008) et au passé (1975). Marcus nous raconte cette affaire, mais aussi son amitié avec Harry Quebert. Grâce aux différents témoignages des habitants de la ville, nous apprenons petit à petit comment se déroulait la vie à Aurora l'été 1975, qui était Nola et comment était perçu Harry.
Nous faisons alors la connaissance de plusieurs personnages : le révèrent David Kellergan, père de Nola; Tamara Quinn, propriétaire d'un petit restaurant; son mari Robert et leur fille Jenny. Nathalie, l'amie d'enfance de Nola; Travis et Pratt, les policiers; et encore bien d'autres. Chacun a sa propre personnalité avec des qualités et des défauts, des sentiments, des blessures... Bref, des gens décrits comme M. ou Mme Tout-le-monde. Cela les rend réalistes, parfois attachants, parfois intrigants. Selon les situations, on les trouve plus ou moins sympathiques. On ressent leurs émotions (joie, peur, colère). Suivant l'évolution de l'enquête, on doute plus ou moins de certains. Parmi les personnages secondaires, j'ai particulièrement apprécié la mère de Marcus qui apporte une pointe d'humour avec ses coups de téléphone à son fils.
Cette quête de vérité ne se fera pas sans mal. Au milieu de secrets et de non-dits, Marcus sera victime d’intimidations, mais il ne va rien lâcher. Ses découvertes seront nombreuses, insoupçonnées et excitantes. Aidé de l'agent Gahalowood, il va se montrer déterminé. J'ai aimé la relation qu'ils vont nouer : malgré leurs chamailleries, ils ont la même ténacité et ils se soutiendront. J'ai pris plaisir à mener ma propre enquête aux côtés de Marcus. J'ai pu faire des suppositions puis les vérifier.

Le récit est très entraînant, à la fois dynamique et lent. En effet, si les investigations sont palpitantes et ne manquent pas de rebondissements souvent inattendus, l'auteur a aussi pris le temps d'installer la romance entre Nola et Harry. Ainsi, on découvre leurs moments de complicité, leurs inquiétudes et leurs projets. J'ai été captivée par cette histoire complexe et passionnante. J'ai adoré l'intrigue qui est recherchée : elle fait réfléchir et transporte complètement le lecteur. De plus, l'auteur prend soin de bien expliquer les événements et n'hésite pas à en parler plusieurs fois de différentes façon, ce qui permet de reprendre tous les éléments et de ne pas se sentir perdu. Difficile de lâcher ce livre une fois commencé. Il est facile et agréable à lire. On se représente aisément les situations, les lieux grâce à une plume fluide et soignée. 

NB : une mini-série a été adaptée de ce roman.

Ma note : 5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2TUHcDr