"Personne n'a oublié" de Stéphanie Exbrayat

Genre : Suspense, Policier, Historique

Résumé :
Sam, huit ans, tombe du haut d'une grange et meurt le crâne fracassé. Pour sa mère Colette, impossible de croire à un accident. Elle soupçonne François, son mari, un homme violent et secret, de ne pas être étranger au drame. Dix ans auparavant, Colette, enceinte d'un autre homme, a été contrainte de l'épouser. Dès lors, son mari a imposé la terreur et la tyrannie au sein de leur foyer. Bravant la violence de cet homme, Colette s'engage dans une dangereuse quête de vérité. Quel rôle a t-il joué dans la mort de Sam ? Et quel est ce trouble passé que François semble vouloir cacher à tout prix ? Au cœur de ce petit village du Morvan, les esprits s'échauffent et les tensions remontant à la guerre atteignent leur paroxysme. Le village bruisse de rumeurs et de douloureux secrets ne tardent pas à resurgir... 

Extrait :
"La jeune femme ne parvenait pas à se défaire de l’image cauchemardesque de son fils mort sur les pavés de la grange, sa chevelure blonde, poisseuse et noire de sang, sa jambe désarticulée comme celle d’un pantin cassé."

Mon avis :
1962. Dans un petit village de France, Colette vient de vivre un drame : son fils Sam, huit ans, est mort en tombant de la grange. Elle culpabilise car habituellement, il l'accompagne toujours dans ses déplacements. En effet, elle ne veut pas qu'il reste avec François, son mari, qui se montre dur et violent. D'ailleurs, il n'est pas le père biologique de l'enfant. Une fois le choc initial passé, Colette s'interroge sur les circonstances de la mort de Sam; les choses ne semblent pas claires, et son mari reste toujours aussi fermé. Elle décide de mener son enquête pour découvrir ce qui est vraiment arrivé à Sam. Pour cela, elle va également devoir remonter dans le passé de François, dont elle ne sait rien. Son parcours sera semé d’embûches, Colette n'est pas au bout de ses peines.

Dès les premières lignes, nous entrons dans le vif du sujet : Colette a été hospitalisée suite au décès de son fils. Lorsqu'elle rentre chez elle, des questions surviennent : que faisait Sam dans la grange alors qu'il n'avait pas le droit d'y aller ? Comment François a-t-il pu le voir tomber dans la grange, alors qu'il affirmait couper du bois cent mètres plus loin ? Colette se demande alors si François n'aurait pas tué Sam : cet homme très secret se montre parfois violent. Et s'il avait découvert que Sam n'était pas son fils et qu'il avait voulu se venger ? Qui est vraiment François ? Qu'a-t-il fait avant de débarquer en 1953 dans leur village ? Sam aurait-il découvert quelque chose de compromettant ?
Dans une ambiance pesante, nous suivons Colette dans son enquête au travers d'un récit à la troisième personne, mais aussi de passages du journal intime de la jeune femme. Elle pourra compter sur le soutien de sa voisine Madeleine, qui sera une alliée et une amie inestimable. Bienveillante, elle saura soutenir Colette durant des mois d'investigations. Le docteur du village, un ami de la mère de Colette, se montrera aussi très présent pour elle. Connaissant la vie de la jeune femme, il la protège de façon paternelle. Au fil des pages, Colette va nous raconter sa vie actuelle, mais également son passé : son enfance difficile, son premier amour et surtout, pourquoi elle a épousé un homme qu'elle n'aime pas. Petit à petit, nous la verrons progresser dans son enquête. On est vraiment à ses côtés, et on peut ressentir toute la tristesse et la fatigue de cette femme. Sam était sa raison de vivre, sans lui, elle n'a plus goût à la vie. Au fur-et-à-mesure, Colette évoluera et finira par s'épanouir de plus en plus.

En plus d'être prenant et intéressant, ce roman est instructif.
Il nous parle de la condition de la femme à cette époque : elle n'avait aucune liberté. Le mari avait les pleins pouvoirs : il décidait si elle avait le droit de travailler (si c'était le cas, il gardait souvent la paie pour lui), elle devait demander son autorisation pour tout; la femme devait obéir à son mari et celui-ci gérait leurs vies (patrimoine, etc.). C'est en 1965 que la réforme des régimes matrimoniaux permettra à la femme de s'émanciper.
Nous découvrons également l'atmosphère tendue de l'après guerre : début des années 1960, les crimes commis pendant la Seconde Guerre Mondiale sont encore très présents dans les esprits. L'épuration judiciaire (c'est-à-dire, le jugement des collabos et criminels de guerre) a eu lieu jusqu'en 1953; puis une amnistie a été votée. Ainsi, beaucoup n'ont donc pas été jugés pour leurs crimes, provoquant la consternation et l'insatisfaction de nombreuses personnes.

Le livre est captivant et bien écrit. Dans ce récit, l'auteure a su nous faire partager toutes les émotions de Colette, mais aussi retranscrire les conditions de vie de l'époque. Le seul bémol est que certaines questions ne trouvent pas de réponses lors du dénouement : cela laisse le lecteur faire ses propres suppositions, mais, pour moi, c'est aussi un tout petit peu frustrant. La plume de l'auteure est soignée et agréable à lire.

Ma note : 4,5/5

2 commentaires:

  1. Coucou Angélique, peux-tu me donner la signification de tes notes ? Merci d'avance, Diego Rica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Ce sont des notes allant de 0 à 5 (0 = je n'ai pas du tout aimé; de 1 à 2.5 = je n'ai pas/peu accroché; de 3 à 4.5 = j'ai bien aimé; 5= beaucoup aimé/coup de cœur).

      Ce qui fait varier la note, c'est à la fois l'histoire, mais aussi la plume de l'auteur.e. Je peux ne pas avoir apprécié une histoire, mais avoir adoré le style d'écriture; ou inversement, aimer l'histoire, mais être moins transportée par le style.

      Bonne journée !
      Angélique @Leslecturesdangelique

      Supprimer