"Tomb Raider - Le champignon noir - Tome 1" de Mariko Tamaki & Phillip Sevy

Genre : Bande dessinée, Aventure

Résumé :
Lara Croft se lance à la recherche d'un champignon qui semble avoir le pouvoir de rendre immortel celui qui le possède. Mais une organisation secrète, nommée l'ordre des Chevaliers du champignon noir, poursuit le même but et ne souhaite visiblement pas partager ce trésor inestimable. Lara va devoir faire preuve d'ingéniosité et de détermination pour survivre face à la menace de ces nouveaux ennemis et pour mener à bien sa mission... 

Extrait :
"- Avez vous une voiture ?
- Heu... J'ai un véhicule.
[...]
- Vous rigolez ?!
- Vous savez combien coûte le carburant de nos jours ?
- Ça ne va pas le faire.
D'abord : s'éloigner aussi vite que possible d'ici. Pour cela je vais avoir besoin de quelque chose d'un peu plus puissant."

Mon avis :
Après un entrainement, Lara Croft est abordée par M. Bellamy, un homme qui l'avait vue un peu plus tôt lors d'une conférence sur l'archéologie. Il se présente comme l'assistant du Professeur Demur qui souhaitait s'entretenir avec elle à propos d'un mystérieux champignon qui aurait le pouvoir de rendre immortel.
Le professeur souhaite que Lara l'aide à trouver ce champignon, mais elle ne souhaite pas se lancer dans de nouvelle recherches. Cependant, les événements vont s’enchaîner : M. Bellamy est retrouvé mort quelques heures plus tard. Intriguée, Lara se décidé à rencontrer le Professeur qui lui explique qu'il pense savoir où est le champignon, mais qu'il a besoin d'aide pour s'y rendre. Juste avant de partir, ils se font agresser par de mystérieux hommes.
Accompagnée de son fidèle ami Jonah, Lara décolle pour un long voyage qui ne sera pas de tout repos. Une fois sur place, Lara découvrira les chevaliers du champignons noirs et leur détermination à trouver le champignon. Qui trouvera le champignon en premier ? Sera-t-il bien conforme à sa légende ?
On est plongé dans l'univers de Tomb Raider, la bande dessinée est très imagée et réaliste. A la fin de ce premier tome, on a envie de lire la suite.  Toutefois, je pense qu'il me manque des éléments pour comprendre certains détails de l'histoire. Après recherche, je me suis rendue compte que cette BD vient à la suite du jeu vidéo Rise of the Tomb Raider. J'aime les films de Tomb Raider, mais je ne joue pas aux jeux, donc dommage que le livre ne soit pas complètement indépendant. Ça n'empêche pas de comprendre l'intrigue principale. Pour les fans des films et des jeux, je pense que ça plaira totalement !
Ma note : 3,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2OO7yEo

"L'inconnue du quai" de Mary Kubica

Genre : Roman, Thriller, Suspense

Résumé :
Hantée par l'image d'une jeune sans-abri et de son bébé, Heidi néglige l'avis de son mari et l'hostilité de sa fille : elle ouvre sa maison à l'inconnue du quai. Qui est vraiment Willow ? Mutique, vulnérable, a-t-elle quelque chose à voir avec l'inquiétante Willow Greer, dont le compte Twitter est plein de conseils macabres sur le suicide ? Peu à peu, la présence de l'inconnue dans la maison agit comme un révélateur des fissures familiales… 

Extrait :
"La première fois que je l'aperçois, elle se tient sur le quai bondé de la gare de Fullerton, à Chicago. Il fait un froid à vous glacer les os, il pleut à verse. Elle serre un bébé dans ses bras. Rien ne les abrite. Quelques jours plus tard, elle est de nouveau là. Aussi fragile. Cette fois, je vais lui parler. Sans trop savoir pourquoi. Ni où tout cela va me mener…"

Mon avis :
Heidi, Chris et leur fille Zoe, 12 ans, vivent à Chicago. Chris a un travail qui nécessite un investissement important et des déplacements réguliers. Cependant, ses revenus permettent à la famille de vivre correctement. Sa femme occupe un petit boulot dans un centre d'aide aux réfugiés. Aider les autres a toujours été une vocation chez elle. C'est pourquoi, elle ne peut pas rester indifférente lorsqu'elle croise Willow et son bébé sur le quai de la gare. Elle décide de la prendre sous son aile, allant même jusqu'à l'héberger sous son propre toit, allant contre l'avis de son mari. Willow est relativement mystérieuse, ils ne connaissent rien d'elle. Chris a-t-il raison de se méfier ? 

Ce roman se déroule sur quelques jours à peine, avec des chapitres racontés tour à tour par Heidi, Chris et Willow. Les propos de cette dernière ne concernent pas directement la situation présente, mais relate son passé à une personne qui l'interroge. Chacun parle à la première personne, ce qui nous permet d'être au plus proche d'eux et de leurs sentiments.
On découvre tout d'abord la vie de famille : banale et routinière. Zoe est en pleine crise d'adolescence : elle est toujours d'humeur massacrante, se plaignant de tout et de rien. Heidi et Chris sont mariés depuis près de 15 ans et la spontanéité des premières années a laissé place à des habitudes, des automatismes. Il n'y a plus la passion d'avant, surtout depuis qu'Heidi a dû faire le deuil d'une famille nombreuse. Elle est encore mélancolique et imagine ce qu'aurait été sa famille si elle n'avait pas été malade après la naissance de Zoe. Chris, lui, passe son temps au travail pour chasser l'ennui.

Quand Willow débarque, cela secoue tout le monde : les désaccords s'enchainent et les non-dits refont surface. La tension dans l'appartement devient palpable entre Heidi et Zoe et entre Heidi et Chris. Pourtant, Heidi s'obstine avec Willow et son bébé, sans trop se poser de questions. Dans le même temps, on découvre le passé trouble de Willow. On ressent de profondes souffrances qui prennent aux tripes à plusieurs moments. L'atmosphère est pesante. On se surprend à avoir des suspicions, le doute s'insinue progressivement : on a envie d'en savoir toujours plus : est-ce que cela va déraper ? Comment ? Pourquoi ? A cause de qui ? 
Dans une ambiance étouffante et malsaine, on voit ces trois personnages évoluer à huis-clos. On s'attache à chacun d'eux, ils ont tous quelque chose de touchant et sont réalistes.

L'histoire est originale et tout en finesse. Il n'est pas question de violences dans le récit, ni d'une enquête comme on peut en trouver dans un thriller classique. Il s'agit plutôt d'un thriller psychologique. Malgré un récit prenant, j'ai trouvé que celui-ci était assez plat : il n'y a pas de rebondissements, ni d'action. Le dénouement n'a pas été une surprise totale, puisque j'en avais deviné une partie grâce à ce que Willow explique tout au long du livre. On sent aussi arriver les choses : rien n'est brutal. Toutefois, on lit avec plaisir ce roman car on est tenu en haleine. La plume de l'auteure est fluide et plaisante.

Ma note : 3,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2NGbQkv

"Tout recommencer à zéro" de Ninon Amey

Genre : Roman, Romance, Drame

Résumé :
La vie d'Alicia bascule brusquement, le jour où son mari et sa fille sont victimes d'un accident de la route.
A la suite d'une trahison qui l'a ébranlé au plus profond de son être, Jérémie s'est juré qu'il ne se laisserait plus jamais briser le cœur par qui que ce soit.
Lorsque, lors d'un mariage, ces deux-là se croisent, il suffit d'un regard pour que la magie opère instantanément. Mais entre les peurs de l'un, la conscience de l'autre, et la famille qui s'en mêle… tout devient subitement plus compliqué. Pourront-ils réellement tout recommencer à zéro ?

Extrait :
"Faire son deuil ne se fait pas en quelques jours. J'ai besoin de temps. Et aussi qu'on me laisse tranquille. Je suis en droit de pleurer mon mari et ma fille aussi longtemps que je le souhaite. Même si personne ne comprend, même si ça dérange. Je ne sais plus où j'en suis. Je donnerais tout pour retourner en arrière. Que rien de tout cela ne soit jamais arrivé.
Pour tout recommencer à zéro."

Mon avis :
En 2012, Alicia connait la pire situation qu'il soit : son mari et sa fille ont un accident de la route. Aucun des deux ne survit. La voilà seule, face à une peine inimaginable. Ses parents la soutiennent durant les premières semaines, puis elle va devoir reprendre un semblant de vie. Elle réussi à faire illusion, mais les blessures sont très présentes. Quatre mois après le drame, elle doit se rendre au mariage de sa cousine Marjorie. Durant cette soirée, elle va rencontrer le beau Jérémie qui va lui rendre un peu de son sourire. Les deux trentenaires semblent s'entendre et s'attirer mutuellement. Malgré l'évidence, ils se refusent au bonheur à cause de leurs passés douloureux. 

Ce roman débute avec une première partie qui se déroule en 2012. On découvre Alicia en compagnie de son mari Julien, et de sa fille, Manon, âgée de 2 ans. Rapidement, les choses s'accélèrent. L'accident survient, plongeant Alicia dans une peine immense. On est complètement bouleversé par ces premières pages, très poignantes et atroces. On ose à peine imaginer la souffrance d'Alicia. Pourtant, malgré une narration à la première personne, j'ai eu l'impression qu'elle était parfois détachée. La colère, la détresse et l'angoisse de la jeune femme aurait pu transparaitre encore davantage; ses émotions aurait pu être encore plus ressenties.
Alors qu'elle va au mariage de sa cousine, elle est encore très fragile. De plus, elle est inquiète de se retrouver face à toute sa famille : voir des regards de pitié ou le bonheur des mariés. Toutefois, la soirée va se révéler moins difficile grâce à son voisin de table, Jérémie. C'est le seul qui ne connait pas son lourd passé. Il réussi à lui changer un peu les idées, elle se surprend même à le trouver attirant. Cet homme renferme lui aussi des blessures. Mystérieux, il semble attentionné et gentil. Les chapitres concernant Jérémie sont racontés à la troisième personne. J'ai préféré ce choix de narration qui aurait pu s'appliquer pour Alicia également.

En dehors d'Alicia et Jérémie, on découvre d'autres personnages, essentiellement la famille de la jeune femme. On a l'impression d'avoir affaire à un clan, avec comme leaders les tantes d'Alicia qui semblent avoir leur mot à dire pour tout concernant la vie des autres membres. Blessantes, elles s'immiscent dans les relations d'Alicia, son travail, lui ordonnant presque ses choix. J'ai trouvé la famille étouffante, surtout à cause de ces deux tantes toxiques et acerbes. Les parents d'Alicia n'osent pas les contredire, ce qui est agaçant. Plusieurs fois, on a envie de réagir en les envoyant tous balader. Heureusement, Alicia peut compte sur d'autres personnes : Anthony (son frère), Pauline (sa belle-sœur) et son oncle. Ils sont présents pour elle et bienveillants. 
La seconde partie du livre se passe en 2017. On retrouve les mêmes protagonistes quelques années plus tard : que sont-ils devenus ? Comment se sont passées ces cinq dernières années ? 

La lecture de ce livre est un plaisir, l'écriture est légère. Le dénouement final est sans surprise, mais satisfaisant. Je n'attendais pas de trouver du suspense, puisqu'il est essentiellement question de résilience. Le thème est abordé avec délicatesse dans cette histoire agréable à lire. La plume douce et le genre m'ont fait penser à Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès Martin-Lugand. Cependant, même si le point de départ est similaire, Ninon Amey n'a pas la même approche et raconte une histoire différente et tout aussi jolie. 

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2O76f6q

"Deux automnes" de Line Marlin

Genre : Roman

Résumé :
À Pont-à-Mousson, Jacques profite de sa retraite pour enfin se consacrer à sa passion : la peinture. Il aime peindre en plein air, loin du monde. Mais les beaux jours s’en vont et Jacques doit une nouvelle fois affronter ses souvenirs automnaux. Pestant contre les feuilles mortes, il se réfugie dans son atelier. C’est alors qu’une mystérieuse jeune fille pousse sa porte. 

Extrait :
" - Je peux vous aider, mademoiselle, questionna-t-il.
Il essaya d'être poli, mais sa voix trahissait son énervement. Il avait horreur d'être observé. Il assimilait cela à du voyeurisme violant son intimité.
- Pourquoi toutes les peintures représentant l'automne sont lugubres ?
Jacque ne sut que répondre. Ses yeux s'étaient agrandis et sa bouche restait résolument fermée. Jamais on ne lui avait fait ce type de remarque."

Mon avis :
Jacques est en pré-retraite suite aux difficultés économiques dans son entreprise, en Lorraine. Content d'avoir pu profiter d'un plan de départ, il s'adonne à la peinture, un passe-temps devenu une passion. Il s'est aménagé un petit local au rez-de-chaussé de sa maison. Certains visiteurs peuvent venir admirer son travail, surtout l'été lorsque sa porte est toujours ouverte. Avec l'arrivée de l'arrière saison, le temps se fait plus morse et le moral de Jacques également. De mauvais souvenirs refont surface, l'empêchant de profiter pleinement de sa vie. Un jour, une jeune fille pétillante débarque dans son atelier. Intriguée par ses œuvres, elle tente d'instaurer un communication avec Jacques. Dans quel but ? 

On découvre rapidement que Jacques est veuf depuis quelques années et qu'il n'a encore pas fait son deuil. Il vit dans le souvenir de sa femme et ne se projette pas dans l'avenir. Vivant au jour le jour, il est renfermé sur lui. Il ne sort que pour retrouver ses ex-collègues une fois par semaine. Il s'est oublié au fil du temps, entrainant avec lui ses proches : il ne voit plus ses enfants. Jacques a tout d'un ermite ou d'un vieil ours grognon. On s'attache cependant vite à lui. Sa peine et sa souffrance traversent les lignes : on ressent ses émotions. On comprend donc facilement pourquoi l'automne ne lui inspire que des toiles tristes.
La jeune fille vient perturber son quotidien. Dynamique, elle apporte de la gaieté et semble vouloir montrer à Jacques que l'automne n'est pas si sombre. Cette petite fée rousse attise la curiosité du retraité, mais aussi du lecteur. On s'interroge sur elle : comment est-elle arrivée là ? Connait-elle l'histoire de Jacques ? Qui est-elle ?

Ce court roman invite à la réflexion. Le thème du deuil est abordé avec soin au travers de l'histoire de Jacques. Le mot qu'elle m'inspire est ‘la renaissance’: faire face à la mort et apprendre à vivre autrement, en avançant sans l'être cher que l'on a perdu. On suit Jacques dans ce cheminement douloureux. Les descriptions faites dans le livre sont soignées et réalistes. La nature et les lieux sont bien imagés. Le récit est poétique et porteur d'espoir. La plume de l'auteure est fluide, agréable à lire. 

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2ObrjZi

"C'est pas sorcier Harry !" de Gordon Zola

Genre : Roman, Fantastique, Humoristique, Polar

Résumé :
Les sorciers en ont assez ! Assez qu'on ne les prenne plus au sérieux ! Le succès insensé et planétaire autour du Petit-sorcier-dont-on-ne-dit-pas-le-nom a fait de la sorcellerie aujourd'hui un simple jeu d'enfant ! Cela ne peut plus durer ! Sorciers, mages et magiciennes ont décidé de se réunir, d'agir et de frapper un grand coup pour affermir leur pouvoir occulte. Ils vont commencer par voler le septième et dernier manuscrit de l'auteur britannique JFK Bowling et plonger le monde des «Poildus» dans la terreur et le chaos ! Des services secrets anglais à la Mafia en passant par les milices de fans, le monde en émoi se coalise pour retrouver le livre...
La France ne pouvait pas faire moins que de mettre sur les rangs son plus digne représentant : commissaire Guillaume Suitaume, le pourfendeur de malotrus et de nuisibles ! Amis lecteurs, ce qu'il va découvrir risque de ne pas vous plaire !

Extrait :
"Message urgent pour les Mestupumpos
Envoi par chouette-express

Exceptionnellement, et pour réagir au raz-de-marée médiatique que va provoquer le prochain et dernier livre de JFK Bowling racontant les frasques insanes du Petit-sorcier-dont-on-ne-dit-pas-le-nom, la Grande Réunion de la M.E.S.T.U.P.U.M.P.O. (Mages Et Sorciers Tous Unis Pour Un Monde Plus Occulte) se déroulera en Guadeloupe impérativement le 1er novembre de cette année !
Je demande instamment à tous nos confrères et consœurs de répondre présent à cet appel !
Depuis presque dix ans, le monde rit à nos dépens… Il est temps d'apprendre à l'humanité exotérique que la sorcellerie n'est pas un jeu d'enfants !

Président de la MESUTUPUMPO
Votre dévoué Kolthar"

Mon avis :
En 2006, à l'approche de la sortie du dernier tome des aventures d'un certain sorcier, écrit par la désormais célèbre JFK Bowling, les sorciers du monde entier se réunissent à l'appel de Kolthar, le Président de leur association. Le but de leur rencontre est d'empêcher la sortie de ce livre car l'ensemble de cet œuvre porte préjudices à leur communauté. Il se sentent en effet moqués et rabaissés. Pour se faire, tous les coups sont permis. Ils sabotent la fête d'Halloween, volent le manuscrit de JFK Bowling, kidnappent l'acteur Dan Ralacliffe, et sèment la terreur un peu partout.
C'est pourquoi, aux quatre coins du monde, les policiers locaux sont envoyés sur ces mystérieuses enquêtes. En France, c'est Guillaume Suitaume qui est chargé de tous les faits étranges qui se sont produits; en Angleterre, c'est Coch Honnery qui est envoyé en mission; etc. Tous finiront par se retrouver et assembleront tant bien que mal les pièces du puzzle.

Les chapitres sont racontés du point de vue des sorciers (Kolthar, Bumbo Lundi, Eskalator, etc.) et des différents policiers. On découvre aussi l'Histoire, avec un grand H, car l'auteur retrace quelques classiques de la mythologie. Si on a l'impression que cela n'a rien avoir avec le récit, on découvrira pourtant le lien avec les incidents au moment de certaines révélations. Cependant, ces passages m'ont parus un peu longs : ils auraient pu être raccourcis et intégrés dans le reste du texte par petits passages.
Concernant l'intrigue principale, on découvre d'abord séparément des événements : la Grande Réunion de la MESUTUPUMPO; ensuite surviennent les épisodes de vol, dégradations et autres actes commis par les sorciers dans plusieurs pays (France, Angleterre, Guadeloupe, etc.). Enfin, petit à petit, les liens se font entre les enquêtes : les protagonistes vont se rencontrer et partager leurs informations pour comprendre tout cet embrouillamini.
Les personnages sont à l'image de ce livre : loufoques, drôles, décalés, farfelus ! On prend plaisir à les connaitre tous autant qu'ils sont. J'ai particulièrement aimé les parallèles avec la vie réelle : les noms ne sont que légèrement modifiés et de façon amusante. On trouve aussi des références à des films, hors Harry Potter; mais aussi des sous-entendus qui concernent la classe politique ou autres personnalités publiques. 

Ce roman est un polar humoristique sur le thème d'Harry Potter. Ce style littéraire ne me plait pas habituellement, mais j'ai voulu (re)tenter l'expérience avec cet auteur, et surtout avec ce livre en particulier : étant fan d'Harry Potter, cela m'intriguait. Dans l'ensemble, j'ai aimé ma lecture, en dehors des chapitres sur la mythologie. J'ai particulièrement apprécié les messages que l'auteur a laissé dans le texte, en italique, illustrant sa propre pensée. Cela ajoutait des touches d'humour. Pour moi, cela a aussi allégé le texte car les jeux de mots présents en permanence peuvent donner une sensation de lourdeur. Grâce à ces apartés, je n'ai pas ressenti cette lassitude.
L'histoire est originale, complexe et réfléchie. Le roman est facile et agréable à lire. Il comporte de nombreux rebondissements et du suspense. Le dénouement s'avère pertinent et surprenant.

Ma note : 3/5


Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Dspq6h

"Du sang sur les blés" de Josée Llinares

Genre : Roman, Policier

Résumé :
Dans le huis clos d'un village de Beauce, des ossements sont découverts par un cultivateur. Aussitôt avertis, le commissaire Damien Melville et l'inspecteur Vincent Campos, basés à Chartres, se voient confier l'enquête. Les rebondissement se succèdent au rythme des meurtres. Une chasse à l'homme s'organise, c'est le début d'un cauchemar éveillé… 
Au même moment, Marie, journaliste à Paris, reçoit une lettre anonyme. Le doute s'immisce dans son esprit. Elle part sur la trace de ses origines sans se douter que son implication dans l'investigation policière va la plinger dans un univers sanglant. Les destins croisée dévoilent un lourd secret… Quelle abomination vont-ils encore découvrir ?

Extrait :
"Gabriel Revert pratiquait le métier de longue date. Au cours de sa carrière, il avait été confronté à toutes sortes de victimes décédées des conséquences de fusillades dans des quartiers glauques, d'empoisonnements dus à l'absorption de produits toxiques, de pendaisons diverses par corde, draps, ceintures et mêmes cravates, sans compter les suicides plus ou moins bien déguisés... Mais ce quidam avait quelque chose de particulier, d'insolite.
Il lui plaisait !"

Mon avis :
Les policiers Melville et Campos sont appelés sur une scène de crime dans un petit village à côté de Chartres. Il s'agit de restes humains datant d'une vingtaine d'années. L'enquête débute et s'avère difficile : aucun indice, pas de trace, pas de disparition déclarée à l'époque. Ils interrogent tous les habitants du bourg : du café, en passant par l'école, la mairie; mais aussi l'imposant château, tous vont être questionnés. C'est alors que s’enchaînent subitement les meurtres. Ont-ils un lien avec le squelette ? 
Les choses se compliquent encore quand débarque Marie, une jeune journaliste qui a reçu d'étranges messages anonymes la conduisant dans le village. Elle est venue chercher des réponses personnelles et se retrouve au milieu de l'enquête. Les policiers piétinent. Le tueur est organisé et méthodique. Sera-t-il interpellé ?

On entre dans les faits dès les premières pages du roman. Nous sommes dans les années 80, un crime atroce est commis par plusieurs hommes. 25 ans plus tard, le corps décomposé de cette victime est découvert par hasard, alors qu'un tueur se met à sévir dans le village. Difficile de croire aux coïncidences. On comprend rapidement qu'il s'agit d'une vengeance. Mais le mystère sur le mobile, le tueur et l'implication d'autres personnes restent en suspens tout au long de l'intrigue. 
Aux côtés des policiers, nous faisons la connaissance des personnalités principales du village : Baptiste et Mado qui tiennent une auberge; Brice Dumas, notaire ; Thomas Rosnay, médecin; Paul et Jeanne Saintval, propriétaires du château; Julien Chevallier, instituteur, etc. Nous découvrons également d'autres personnages : Marie et Sam, deux parisiens entraînés malgré eux et de manière inattendue dans l'histoire; Melville et Campos, les policiers chargés de l'enquête; Gabriel Revert, le médecine légiste qui aura fort à faire. Je ne me suis attachée à personne car aucun d'entre eux n'est sortie du lot, malgré qu'ils aient tous leurs caractères. Certains étaient plus sympathiques que d'autres.

Il faut dire aussi que le récit est très rythmé, on avance rapidement en allant à l'essentiel; l'intrigue nous tient en haleine. C'est pourquoi, les personnages sont devenus secondaires. Au fur et à mesure des avancées, on fait nos suppositions : j'avais deux suspects, l'un d'eux était bien le tueur en série. En revanche, même si l'on a bien une vague idée du pourquoi, on reste tout de même un long moment dans le flou. C'est le dénouement final qui apportera les dernières réponses à nos questions, de façon trop brutal à mon goût. Cela aurait pu être davantage développé, j'aurais aimé avoir quelques détails en plus sur des relations, les conséquences de l'affaire. Un épilogue n'aurait pas été de trop.

Ce que j'ai bien aimé, c'est qu'on le point de vue du tueur, appelé L'Homme. Plusieurs chapitres lui sont consacrés tout au long du roman. Cela nous permet d'avoir son ressenti, d'essayer de le comprendre et de le démasquer. Globalement, j'ai passé un bon moment avec une enquête intéressante et recherchée. Les passages sur les meurtres sont assez explicites, l'auteure entre dans le détail, ce qui nous plonge un peu plus dans l'horreur de la situation. Le récit est sans fioritures, on va droit au but. L'auteure a cependant réussi à prendre le temps de faire les descriptions des personnages et des lieux de manière détaillée, rendant l'ensemble du livre réaliste. Le suspense a également été omniprésent, captivant le lecteur. La plume est fluide et agréable à lire.

Ma note :  3,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2zsh9eF

"Fanny, de l'ombre à la lumière - Tome 1 : une femme en errance" de Maude Perrier

Genre : Roman, Drame

Résumé :
Cela n'arrive qu'aux autres. Voilà ce que pensait Fanny avant que Maître Delalande ne toque à sa porte et ne la mette dehors. Après son petit-ami et son travail, elle perd maintenant son appartement. Fanny devient ce que l'on appelle une Sans Domicile Fixe, une S.D.F. 
Confrontée à l'horreur de la rue, la jeune femme va devoir faire preuve d'une volonté et d'un courage hors du commun pour tenir le choc. Au cours de cette épreuve, elle rencontrera le meilleur et le pire de la nature humaine.
Dans cette première partie de Fanny, de l'ombre à la lumière, vous êtes plongé.e dans l'ombre. Vous allez tomber avec Fanny, lutter, pleurer et vous débattre avec elle, parce que malheureusement, cela n'arrive pas toujours qu'aux autres.

Extrait :
"Cela fait une semaine que je me débats, j'ai l'impression que des mois se sont écoulés.
La vérité est que je ne tiendrai pas des mois. Je ne suis ni Mireille ni Sandra ni toutes ces autres. Je ne suis pas taillée pour affronter cette vie d'errance. Pour cela il faudrait que j'accepte, je n'y parviens pas. Je refuse encore de me voir pleinement comme une sans domicile fixe ‒ une SDF. Mon présent, mon futur, ne peut se résumer en trois lettres !"

Mon avis :
Paris. Fanny, 26 ans, est dépressive depuis deux ans. Son ami, Joël, l'a quittée pour sa meilleure amie; dans la foulée, son employeur a fait faillite, la laissant sans emploi. Elle s'est noyée dans le chagrin et, progressivement, s'est déconnectée du quotidien. Elle a négligé sa vie, son logement, dont ses factures et son loyer. L'ultime coup dur se produit donc un beau matin, alors qu'elle ne s'y attendait pas vraiment. Un huissier la déloge en quelques heures. Pas de discussion possible, elle est expulsée. La voilà dehors avec deux ou trois sacs préparés à la hâte. Que faire maintenant ? Où aller ? Comment se sortir de cette situation ?

Alors qu'elle tente de faire le vide, Fanny va vivre ses premiers instants compliqués : la dure loi de la rue; insoupçonnable lorsque l'on n'y prête pas attention. Elle rencontrera heureusement son ange gardien, Mireille, qui lui donnera quelques conseils et la guidera vers des endroits sécurisés, notamment la halte qui accueille les femmes la journée. C'est là qu'elle aura plus d'informations et d'aides pour survivre : elle prendra rendez-vous avec une assistante sociale, elle découvrira les bains-douches, et autres astuces pour garder un semblant de dignité. Gentille mais sauvage, Mireille donnera ses premières leçons de rue à Fanny. Celle-ci est désemparée, mais pas résignée. Elle dit elle-même qu'elle va vite s'en sortir. Fanny est touchante de naïveté. Elle semble dans le déni et n'est pas prête à admettre la réalité, et pourtant : elle est bel et bien une sans domicile fixe. 

Le temps passe, les démarches n'avancent pas vraiment, et le parc locatif est saturé. Fanny commence à s'organiser une routine dans la rue : elle a ses rituels, ses habitudes, mais garde l'espoir de s'en sortir. Son quotidien est dur, elle est épuisée, souvent paniquée, et parfois perdue. Elle fera la connaissance de Sandra, une jeune femme de 19 ans qui est dans la rue depuis deux ans. Mise à la porte par ses parents à cause de son homosexualité, ce bout de femme a un fort caractère. Débrouillarde, elle sait dénicher les bons plans pour rendre sa condition plus douce. Fanny et Sandra vont se lier d'amitié et s'entre-aider. En outre, elles peuvent compter sur le gérant d'un bar, Momo, qui leur offre le café tous les matins; mais aussi les personnes des maraudes qui distribuent à boire et à manger tous les soirs. Ces petits riens représentent énormément pour les gens de la rue; même si pour certains, comme Fanny, c'est dur à admettre. Il faudra qu'elle touche vraiment le fond pour accepter ce genre d'attention. Honteuse, elle n'aime pas faire pitié, ni mendier. Elle veut à tout prix garder sa fierté. Elle va aussi apprendre à se méfier des mains tendues, qui parfois, n'en sont pas vraiment. Les galères ne sont donc pas finies, elles vont vite s'en rendre compte. Fanny tiendra-t-elle bon ? Ou finira-t-elle par baisser les bras ? Quelles épreuves attendent encore les jeunes femmes ?

Ce roman raconte la vie dans la rue, comme si on y était. Les personnages et les situations sont décrits avec beaucoup de réalisme. Dans une atmosphère sombre et dramatique, on suit Fanny, qui nous raconte ses mésaventures. La descente aux enfers, l'espoir qui s'étiole au fil des jours, le sentiment de ne plus contrôler sa vie, nous vivons tout cela avec beaucoup d'émotions et l'on s'attache vite à Fanny, tout en s'inquiétant de son sort. Ce qui m'a le plus marquée, c'est cette impression d'invisibilité que ressent Fanny en étant de l'autre côté : tous ces SDF qu'on ne voit pas, qu'on laisse de côté; ils semblent être un décor banal pour les habitants qui vaquent à leurs occupations. J'ai également bien aimé le personnage de Sandra, qui a été rejetée par ses parents à cause de son orientation sexuelle, comme beaucoup de jeunes encore de nos jours. Elle semble rebelle mais elle a bon fond.
Au travers d'un récit pragmatique raconté à la première personne, l'auteure a su nous plonger dans l'enfer de la rue. L'histoire est réfléchie et la lecture rendue agréable par une plume fluide. A la fin de ce premier tome, on a déjà envie de poursuivre la lecture avec le second pour connaitre le dénouement final.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2O6n4yl

Service Presse

"La damnée de Castlewood" de Mickaël Druart

Genre : Nouvelle, Horreur, Fantastique

Résumé :
Sourde aux sombres rumeurs entourant le lieu que l'on prétend maudit, Abigail Brown accepte un poste de gouvernante au sein de l'orphelinat de Castlewood. Mais tandis que dans le regard brisé des enfants s'abat l'effroyable vérité dissimulée entre les murs du château, Abigail se voit délivrer un funeste présage. Toutes les gouvernantes, avant elle, se sont indignées du sinistre traitement infligé aux orphelins de Castlewood.
Toutes, finalement, y ont pris part.
Après avoir cédé à la folie.
Après avoir cédé à la Damnée.

Extrait :
"– Cet orphelinat est maudit… Tu sais ce qu'ils en disent, à Castlewood. – Et j'en ai franchi les portes. La gouvernante qui m'a accueillie a été charmante, et je suis certaine que je m'y plairai. Ne crois pas aux rumeurs…
Dans un frisson d'effroi, Virginia ferma les yeux, mais attrapa avec plus de force les mains de sa fille.– Les enfants… Ils entendent les enfants crier… Et ceux qui y sont entrés… On dit qu'ils ont vu des choses.
D'un baiser sur le front de sa mère, Abigail tenta de la rassurer.
– Ce ne sont que des rumeurs, Maman. Pourquoi m'auraient-ils embauchée, s'ils étaient si terribles ? Ai-je le profil d'une gouvernante sadique ?"

Mon avis :
Il y a des années, dans l'orphelinat de Castlewood, Ebenzer est devenu le souffre douleur de ses camarades, en particulier de Garance, la meneuse. N'arrivant plus à supporter cela, il se réfugie dans la bibliothèque où il trouve un livre qui pourrait l'aider à se défendre et à régler ses problèmes. Grâce à celui-ci, il invoque la Damnée… sans imaginer les répercussions que cela aura durant des décennies.

Trente-trois ans plus tard, Abigail accepte de devenir gouvernante dans cet établissement, réputé étrange, hanté et où les enfants y seraient maltraités. Faisant fi des rumeurs, elle prend son poste, non sans une certaine appréhension. Elle découvre une centaine d'enfants, aux airs hagards et tristes. La demeure est dans le même état : lugubre et sombre. Les autres gouvernantes ne semblent pas plus avenantes, surtout la méprisante Miss Peterson; sans parler de l'inquiétant Directeur. 
Quelques jours après son arrivée, de curieux événements se multiplient pour Abigail, la faisant douter de sa santé mentale. Pourtant, les paroles farfelus d'une fillette lui reviennent. Elle n'en avait pas tenu compte ce premier jour, mais si elle avait raison ? Les comportements des autres adultes sont tous malsains, elle se sent seule. Pourra-t-elle rester longtemps à son poste ? Doit-elle persévérer, au risque de perdre la raison ?

Cette nouvelle est le prequel du livre Les enfants de Castlewood . Nous découvrons donc les origines de l'histoire de l'orphelinat de Castlewood. Dans une ambiance tout aussi sinistre, on fait la connaissance furtive de quelques enfants, qui ont conduit à libérer la Damnée; puis les conséquences que cet acte provoquera. C'est aux côtés d'Abigail que nous allons pénétrer dans l'orphelinat et voir l'envers du décor.
On est très vite peiné par les orphelins : leur existence est rendue misérable par les adultes qui les encadrent. Ils dorment, mangent, et n'ont aucune autre activité. Même si l'auteur ne s'attarde pas sur les sévices qu'ils peuvent endurer, on les perçoit pourtant bien. Quand la belle et gentille Abigail arrive, elle se dit qu'elle saura les aider. Elle semble avoir le cœur sur la main et se sent prête à affronter ses collègues pour le bien-être des enfants. Abigail est le seul personnage qui apporte de la bienveillance. Pourtant, les choses vont vite basculer dans la folie, l'horreur et l'incompréhension. 

L'atmosphère de cette nouvelle est dramatique et angoissante. On s'imagine très bien à l'intérieur des murs de Castlewood et on se sent mal à l'aise en lisant : les émotions d'Abigail sont bien décrites. D'ailleurs, ces sentiments sont renforcés lorsqu'on lit les passages de son journal intime. On discerne bien la panique et la crainte. La sensation d'être oppressé est constante.
Implacable, le récit est prenant, rythmé et se lit très rapidement. Le dénouement nous amène au commencement du premier opus : la boucle est bouclée. Pour moi, il est donc nécessaire de lire Les enfants de Castlewood avant celui-ci pour ne pas spoiler des éléments de l'intrigue. J'ai bien aimé cette nouvelle dont la plume est toujours agréable à lire. J'ai une petite préférence pour Les enfants de Castlewood, où j'ai retrouvé plus de suspense et d'intensité.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2OR3tPx

"Mieux vaut prendre la fuite !!" de Ness E.H.

Genre : Roman, Chick-Lit, Feel-Good

Résumé :
Que faire quand vous vous rendez compte que votre patron est un escroc, que votre fiancée est un menteur pathologique qui couche avec la voisine et que la police vous demande votre aide pour réunir des preuves contre la banque privée qui vous emploie ?
Quelle autre alternative à part prendre la fuite ? Quand votre nom allait être mêlé à un scandale financier qui impactera tous vos proches et surtout que vous ne retrouverez plus jamais de travail dans le domaine pour lequel vous avez fait de si longues études ?! Sans parler de votre soi-disant fiancé que vous avez surpris quelques heures plus tôt embrassant à pleine bouche la voisine !
Voilà comment Alexie se retrouvera seule - et un peu pompette – au bar d’un célèbre hôtel parisien, sans aucune perspective pour son avenir.
Mais la vie réserve bien des surprises et ce soir-là elle fera deux rencontres décisives !
A l’issu de la première, elle aura une proposition de job complètement surréaliste et inattendue, qui inclura qu’elle abandonne tout ce qui faisait sa vie… et la seconde sera un inconnu d’une nuit, qui, en d’autres circonstances aurait vraiment pu être l’homme de sa vie ! Mais elle n’aurait pas pu le rencontrer à un plus mauvais moment, surtout quand elle va découvrir qui il est !
La voilà donc devenue assistante de production à Hollywood, Lexie oubliera tout sous le soleil californien, elle se construira une nouvelle vie loin de tous ces ennuis ! Mais prendre la fuite n’arrange rien, et les choses en suspend finissent toujours par vous rattraper ! Elle n’échappera pas à la règle, surtout quand elle apprendra que le prochain tournage se déroulera à… Paris ! La voilà donc de retour trois ans plus tard, et elle n’est pas au bout de ses surprises !

Extrait :
"Quant aux petits-amis, Lex n'avait jamais eu beaucoup de chance, elle avait l'impression qu'inconsciemment elle choisissait toujours les mauvais mecs… à tel point qu'elle s'était décidée à voir une psy, se disant que tout cela avait peut-être un rapport avec son père… Elle avait vite cessé de la consulter quand la psy lui avait expliqué clairement (et impitoyablement), qu'elle était bien sûr inévitablement névrosée depuis ce que leur père leur avait fait et qu'automatiquement elle choisissait des garçons avec qui les relations ne pouvaient pas aboutir ni être stables, étant donné qu'elle avait une véritable phobie du mariage et de l'engagement.
Cette brillante analyse lui avait valu une cuite dont elle avait mis trois jours à se remettre puis elle s'était décidée à larguer Brandon (oui c'était vraiment son prénom, sa mère avait été fan de Beverly Hills), son petit-ami du moment, un musicien persuadé que son art le mènerait sous peu à la célébrité (ce dont elle doutait sérieusement)."

Mon avis :
Alexie ‒alias Lexie‒ vivait à Paris jusqu'au jour où sa vie à volé en éclat. D'une part, l'établissement bancaire où elle travaillait, était mêlé à des détournements de fonds. Cela a fini par être découvert : Lexie s'est trouvée infiltrée dans sa propre entreprise pour renseigner la police. Une fois révélée, l'affaire a fait scandale : son patron a été arrêté et ses collègues se sont retrouvés au chômage. D'autre part, Lexie a découvert le même jour que Joshua, son petit-ami la trompait avec leur voisine, Roxanne. Dévastée, Lexie a appelé à la rescousse ses deux meilleurs amis, Mina et Eric, et s'est réfugiée chez sa mère. Pour tenter d'oublier sa culpabilité vis-à-vis de son entreprise et le désastre de sa vie amoureuse, Lexie sort et s'attarde dans un bar.
C'est là que sa vie prend un tournant radical, alors qu'elle accepte la proposition d'un riche homme d'affaire, Cole. Il lui propose de devenir l'assistante d'Elvira, une productrice de films à Hollywood. Cela implique de partir immédiatement pour commencer cette nouvelle vie. Le constat est vite fait : Lexie a tout perdu ici. Elle a peur des répercussions de la perte de son emploi, de son implication dans la chute de son patron, et elle ne veut plus jamais voir Joshua; bref, elle veut oublier et fuir ! Elle choisi donc les Etats-Unis. 

Après cet historique, nous retrouvons Lexie trois ans plus tard. La vie lui sourit à Hollywood : elle a un job qui lui plait, un bel appartement, de nouveaux amis. Sa vie est plus légère, bien qu'elle soit très occupée. Elle est restée en contact avec sa famille et ses amis en France, mais n'a plus entendu parler de ses problèmes. Cependant, pour les besoins d'un film elle doit se rendre à Paris. Elvira compte sur elle pour l'aider à gérer le tournage là-bas, d'autant qu'elle connait la ville. Peu rassurée, Lexie revient donc en France. Si au départ, tout semble bien se dérouler, tout va s'enchainer très vite et les ennuis vont remonter à la surface et s'accumuler. L'attachante Lexie va voir sa vie chamboulée à nouveau, sans savoir jusqu'où tout cela va la mener.

Elle aura heureusement le soutien de ses amis Mina et Eric, deux personnes touchantes et bienveillantes; mais aussi de sa mère et sa sœur, qui l'ont toujours soutenue dans ses choix, contrairement à son père, imprévisible et dénigrant. Elle sera surprise de se lier avec Scarlett, la star du film, qui semblait plutôt être une gentille idiote; mais surtout, elle va retrouver Jess, sa demi-sœur, une ex-garce méprisante qui semble maintenant de son côté. Nous pourrons aussi découvrir d'autres personnages, comme Cole, Mireille, Nicolas, Roxanne, Joshua, etc. Tous les personnages ont un rôle bien précis dans la vie ‒passée ou présente‒ de Lexie; ils ont des personnalités bien tranchées et réalistes. On les appréciera un peu, beaucoup ou pas du tout !

L'histoire de Lexie est originale, complexe et subtile. On prend plaisir à découvrir un récit réfléchi et plus pimenté qu'un roman feel-good classique. Au delà de l'humour, de la romance et des quelques péripéties que l'on retrouve traditionnellement, il y a un suspense particulier tout au long du livre, car Lexie va se retrouvée dans une drôle de situation. — Le personnage de Lexie m'a fait penser à Jean-Claude Dus dans Les Bronzés 3. Tout lui réussi aux USA quand il est JC la mèche‟, mais dès qu'il revient en France, c'est la cata… Captivé, on tente de comprendre ce qui lui arrive : qui, pourquoi, comment ? On passe par toutes ses émotions : joie, peur, tristesse, colère… Le dénouement était prévisible, mais cela ne gâche en rien la lecture. Cette dernière est d'ailleurs agréable : le style de l'auteure est fluide, le récit est dynamique avec de nombreux rebondissements. J'ai adoré !

Ma note : 5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici →  https://amzn.to/2DuQXnO

Service Presse

"Quoi qu'il nous en coûte" de Marjorie Levasseur

Genre : Roman

Résumé :
Rien ne prédestinait Grégoire, fraîchement diplômé en médecine, à officier si tôt dans le Cabinet de son père… et surtout sans lui. Ayant perdu ses deux parents quelques mois plus tôt dans un accident de la route, le jeune homme se retrouve bien vite face à de nouvelles responsabilités en devenant tuteur légal de son frère aîné. 
Le jour où il reçoit sa première patiente, une adolescente loin d’avoir la langue dans sa poche, ses premiers pas en tant que médecin généraliste d’une commune bourguignonne se font chaotiques, d’autant plus que la jeune fille, par ses propos, laisse planer un certain mystère sur l’aide providentielle que leur aurait fournie son père, à elle et à sa sœur, par le passé.
Intrigué, Grégoire est bien décidé à démêler le faux du vrai, quelle qu’en soit l’issue… 

Extrait :
"- Vous savez visiblement des choses que j'ignore sur mon père… Si vous et votre sœur étiez ses patientes, comment se fait-il que je ne trouve aucune trace de votre dossier ?
- Parce qu'il n'en a pas créé.
- Mon père a toujours été très à cheval sur les procédures. Pourquoi aurait-il fait une chose pareille ?
- Peut-être parce qu'il avait du cœur…
Grégoire était de plus en plus intrigué par les propos de cette adolescente. Qu'est-ce que sa sœur et elle avaient bien pu confier à son père ?"

Mon avis :
Grégoire Martin, 27 ans, est un jeune médecin généraliste. Il vient de reprendre le cabinet de Serge, son père, près de Dijon. S'il est heureux d'exercer la profession qu'il souhaitait, il est cependant mélancolique lors de son premier jour. En effet, c'est avec Serge qu'il aurait dû faire ses premiers pas, et partager ce cabinet. Malheureusement, le destin en a voulu autrement, puisque ses parents sont décédés tous les deux quelques mois auparavant. La première patiente qu'il reçoit semble avoir ses habitudes dans les locaux, alors qu'il n'y a aucun dossier médical la concernant. Lamia, la jeune fille de 14 ans, entretient le mystère en confirmant qu'elle et sa sœur, Nawel, étaient bien suivies par Serge Martin, mais qu'il n'y avait pas de trace de leurs passages.
Lamia laisse Grégoire avec une foule de questions. Mais il ne lui faudra pas beaucoup de temps avant de revoir Lamia, et faire la connaissance Nawel. En revanche, il lui faudra de la patience avant que Nawel lui fasse des révélations et lui explique le rôle de Serge dans leurs vies. Quel est ce secret ? Comment Grégoire va réagir ? Suivra-t-il le chemin de son père ?

Grégoire est un jeune homme attachant, sérieux et responsable. Il a dû faire face au décès brutal de ses parents alors qu'il finissait ses études et doit désormais gérer seul son frère Romuald, handicapé. Courageux, il a su organiser son quotidien pour mener à bien son travail de médecin généraliste, et également consacrer du temps à son frère. C'est alors que Lamia et Nawel surgissent dans sa routine fragile. Les deux sœurs sont en détresse, même si elles tentent de masquer leurs difficultés. On sent qu'elles sont sur le qui-vive et méfiantes. Derrière leurs forts caractères, on découvre deux jeunes femmes généreuses et aimables, qui ne demandent qu'à vivre comme tout le monde. Grégoire est intrigué et il saura finalement gagner leur confiance. 

Lorsque l'on découvre l'histoire de Lamia et Nawel, on est bouleversé. D'une part, parce qu'on ne s'attendait pas à cette révélation; et d'autre part, parce que c'est un sujet dont on entend peu parler. C'est la première fois qu'il est abordé dans un roman que je lis, et j'ai été contente de découvrir cette histoire originale et émouvante. Je n'en dirai pas plus sur le sujet contenu dans ce livre, pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture. Simplement, c'est intéressant, bien abordé et cela invite à la réflexion. Je n'avais pas conscience que ce phénomène était encore si important en France.
Suite à cela, on fait également la connaissance d'autres personnages qui sont responsables de la situation des deux sœurs. Ils sont antipathiques, voire cruels; et pourtant, ils sont de la même famille. Seul l'un d'entre eux a conscience de l'absurdité des faits, il s'agit de Fateh, leur frère. Coincé par le reste de sa famille, il fait tout ce qu'il peut pour soutenir ses sœurs. Il est très touchant et bienveillant.

Réaliste, le récit apporte plusieurs rebondissements et nous tient en haleine. Captivé, on est transporté aux côtés des protagonistes. On tremble pour eux, on s'indigne et on a envie de les aider. Même si le dénouement final semble inévitable, il arrive brusquement et se termine alors qu'on voudrait en savoir davantage. J'aurais aimé avoir un chapitre de plus, un épilogue pour connaitre la situation après les événements. A moins qu'une suite ne soit envisagée ? (UPDATE : oui, il y en aura bien une !) Sinon, c'est notre imagination qui devra écrire l'aboutissement qu'il souhaite !
La plume de l'auteure est toujours agréable à lire; simple, fluide et efficace.

Ma note : 4/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Ds2wMz

Service Presse

"L'appel des Launeddas" de Muriel Martinella

Genre : Roman, Thriller, Policier, Suspense

Résumé :
Au lac d'Annecy, un double suicide par noyade. Des témoins affirment avoir vu un couple main dans la main, pénétrer ses eaux dormantes. Or, malgré des recherches organisées par la gendarmerie, assistée d'un sonar sophistiqué pour sonder les profondeurs de ce lac, seul le corps d'une femme est retrouvé...
De retour des Etats-Unis pour assister aux obsèques de sa mère, Eve et sa tante Juliette qui l'a élevée vont remonter le passé en s'aidant de documents audio ou épistolaires laissés par le couple. Au cours d'une longue et rude nuit, Eve va pousser Juliette dans ses retranchements jusqu'à lui extirper la genèse des trois morts violentes auxquelles elles sont mêlées. 
Une vérité qui se paiera au prix fort...

Extrait :
"Eve rendit à sa tante la coupure de presse concernant la disparition de sa mère (Dauphiné Libéré du 16 octobre 2017 : DISPARITIONS TROUBLANTES AU LAC D'ANNECY) et chercha autour d'elle de quoi s'asseoir. Rien n'avait changé ici depuis son départ définitif, dix-sept ans plus tôt."

Mon avis :
Ève revient des Etats-Unis où elle vit, parce que sa mère, Marie, s'est suicidée au lac d'Annecy. Après l'enterrement, elle se remémore le passé douloureux et mystérieux de ses parents, avec sa tante Juliette. En effet, Ève n'a quasi jamais connu sa mère, car celle-ci a été condamnée à vingt-ans de prison ‒ elle est née juste après sa condamnation. Colin, le mari de Marie, s'était donné la mort peu de temps avant. Juliette a donc élevé Ève comme sa fille jusqu'à ses 16 ans, où elle s'est enfuie pour ne jamais revenir.

Ève n'a jamais eu de réelle explication sur les événements passés : sa mère a commis un meurtre, celui de leur voisin Iddo Cellini, après le suicide de son mari. Qu'est-ce qui l'a poussée à réaliser un tel geste ? Pourquoi ce couple heureux a-t-il basculé dans l'horreur ? 
Les obsèques de Marie sont l'occasion de mettre les choses à plat avec sa tante, qui en sait plus qu'elle n'a bien voulu lui avouer jusque là. Pour les aider à se confier, Ève hérite du journal de sa mère, qui donnera de précieuses informations; puis, elle écouteront les confessions de Colin. A cela, s'ajouteront quelques éléments de Juliette, qui nous fera assembler les pièces du puzzle, loin d'être si simple.

Ce roman se déroule durant une seule nuit, en présence de Ève et Juliette. Durant ce huis-clos, elles retraceront donc la vie de Marie et Colin, avant l'issue tragique de leur couple. On découvre par leurs confessions, les personnages de Marie et Colin, ainsi que d'Iddo Cellini. Le jeune couple emménage dans un appartement, ils sont gais, dynamique et pleins de projets. La rencontre avec leur étrange voisin fera tout basculer. Celui-ci nous paraîtra tout de suite antipathique et l'on comprendra assez rapidement ses intentions. C'est pourquoi, on aura de la peine pour Marie et Colin, qui vont endurer des moments difficiles. Durant le récit, des zones d'ombres vont être éclaircies, des secrets dévoilés. Ainsi, le lecteur assistera à plusieurs rebondissements durant l'histoire. Si certains étaient prévisibles, le dénouement final a été inattendu. 

J'ai bien aimé la construction du livre : remonter les événements et mener l'enquête grâce à un journal et un enregistrement audio; et l'action qui se déroule seulement en quelques heures. L'auteure a su entretenir le suspense tout au long du roman, même si j'ai trouvé que c'était parfois long, sans dynamisme. La fin a été surprenante et originale. L'écriture est fluide, c'est agréable à lire.

Ma note : 3/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2Ds2YKL

Service Presse

"Juste puni" d'Anaïs W

Genre : Roman, Drame

Résumé :
«Aujourd'hui, je suis résigné à ce que ma vie soit un enfer. Chaque jour, j'encaisse ainsi les coups, les insultes et cache mes marques aux yeux des autres. Après tout, je ne suis pas battu, mais juste puni pour avoir détruit l'existence de mon père.»
A 17 ans, Mathieu en est convaincu, il n'a pas le droit au bonheur, jusqu'au jour où il fait la rencontre d'Amory et cède à cette amitié inattendue.
Mathieu va alors se retrouver déchiré entre son père qui le ramène sans cesse à sa place de chien, et Amory et sa famille qui s'efforcent de lui faire ouvrir les yeux sur l'absurdité de sa situation.
Au milieu de la tourmente, quelle vérité Mathieu choisira-t-il ?

Extrait :
"Quand j'ai compris pour son père, je n'ai rien dit à personne. Ce n'était pas normal… mais je pensais que ce n'était pas si grave. J'avais juste aperçu quelques bleus, des écorchures… et j'étais loin d'imagine la violence dont son père était capable… Je me souviendrai toute ma vie du jour où j'ai vu pour la première fois, ce que Mathieu cachait vraiment… Jamais je ne pourrai me défaire de cette image. — Amory"

Mon avis :
Mathieu est un adolescent de 17 ans lorsqu'il déménage à Laval, à l'opposé de l'Est de la France où il a grandi. Il a fait une tentative de suicide, lassé d'être frappé. Voulant éviter les questions, l'homme a préféré éloigner son fils. Le plus dramatique est que Mathieu croit mériter les coups, les insultes et l'humiliation qu'il subit depuis tant d'années. Son père lui a avoué qu'il était responsable de la mort de sa mère. Mathieu se considère comme un meurtrier. Au quotidien, aucune communication. Le jeune homme réussi à construire un semblant de vie en dehors de son appartement : il noue des liens avec trois adolescents, dont Amory; mais il retrouve aussi Amandine, une jeune fille qu'il a connu au collège. Sa vie est pourtant bien compliquée : les traces des coups doivent être justifiés, cachés. Sauf que ses nouveaux amis ne sont pas dupes et ils voudront l'aider. Mathieu va-t-il ouvrir les yeux ? Va-t-il se sortir des griffes de son père ?

L'emprise est vraiment le mot qui convient pour parler de l'état d'esprit de Mathieu. Ce garçon est battu depuis ses 7 ans. La violence s'accentue au fil du temps. C'est lui qui nous parle de sa vie, il se confie au lecteur. On comprend très vite qu'il y a une grosse emprise psychologique de son père sur le jeune homme. En effet, la seule fois où Mathieu a demandé pourquoi son père le battait, il lui a simplement répondu qu'il avait tué sa mère, lui enlevant l'amour de sa vie. Depuis, Mathieu pense que l'acharnement de son père n'est qu'une punition. Alors, il encaisse, il souffre, mais il ne dit rien : c'est normal. Jusqu'à ses 17 ans, personne en dehors d'Amandine, son amie du collège, n'a soupçonné quoique ce soit. Tout est passé inaperçu. L'entrée au lycée va marquer un tournant. Amory va tout de suite comprendre la détresse de Mathieu. Petit à petit, il va l'apprivoiser pour tenter de l'aider. Amandine réapparaît dans sa vie et, elle aussi, va vouloir faire bouger les choses.
Cependant, ce n'est pas simple. Tant que Mathieu se pensera responsable de la mort de sa mère, il continuera à excuser et protéger son père. Amory et Amandine vont le pousser à en savoir plus : qui était sa mère ? Comment est-elle décédée ? Quel est vraiment son rôle dans sa mort ? Ils essayent aussi de lui faire comprendre que, quoiqu'il ait pu faire, son père n'a pas à se comporter de la sorte.

Mathieu est très touchant et courageux. On voudrait l'aider lorsqu'il nous raconte son quotidien. On comprend qu'il croit mériter sa vie, puisqu'il a subit un lavage de cerveau depuis tout petit. Son père lui a rabâcher qu'il a tué sa mère, c'est donc devenu sa vérité, son histoire. Il n'a jamais cherché à remettre en question cela : son père reste la figure paternelle, sa référence. De bonne volonté, Amory et Amandine déploient tous leurs efforts pour faire réagir Mathieu, même si c'est parfois maladroit. Le plus important est qu'ils ne lâcheront rien jusqu'à la fin, malgré le comportement difficile que Mathieu peut avoir.
Le personnage le plus antipathique est évidemment le père de Mathieu. Impossible de comprendre comment il peut faire subir tout cela à son fils. On imagine que la mère de Mathieu, quelque soit sa mort, n'aurait pas voulu que Mathieu ait cette vie.

Dans une ambiance sinistre, on suit avec beaucoup d'émotions le quotidien de Mathieu. Le récit est brutal, choquant, mais réaliste. Des situations telles que celle là sont malheureusement vraies : les cas de maltraitance sur les enfants sont réels et ignobles. Les faits divers en rapportent trop régulièrement. Le suspense dure tout au long du roman sur l'issue de l'histoire. On craint pour la vie de Mathieu. Son père pourrait-il aller encore plus loin ? Donner le coup de trop ? Quel dénouement va-t-on découvrir ?
La plume fluide et agréable de l'auteure nous transporte totalement : c'est  simple et percutant, mais plaisant à lire. Il est difficile de poser le livre une fois commencé.

Ma note : 4,5/5

Intéressé.e par ce livre ? Vous pouvez le trouver ici → https://amzn.to/2DtwL5O

Service Presse